Saga des marques de jeans : NATURAL SELECTION DENIM

mondenim.com (c) Copyright 2012

NATURAL SELECTION DENIM est une marque de denim britannique, créée en 2009 , qui puise son inspiration autour du concept darwinien de Sélection Naturelle.

Transposé à son univers – le denim, la Sélection Naturelle s’exprime pour NATURAL SELECTION DENIM à travers une recherche d’évolution technique et stylistique permanente pour faire la différence en terme de coupe et de confort, et à travers une qualité de conception, de réalisation et de finition sans concession.

La Collection AW12 est l’occasion pour NATURAL SELECTION DENIM d’exprimer son approche conceptuelle et exigeante à travers une variété de jeans denim -dont certains réalisés à partir de la fameuse toile denim selvedge japonaise – et déclinés dans une variété de lavages inspirés.

NATURAL SELECTION DENIM met aussi à l’honneur le denim avec un modèle de chemise en jean sans poche, tout en sobriété, ou encore une veste en jean brut irréprochable.

Que l’on soit ou non un amateur de Darwin, l’approche de NATURAL SELECTION DENIM a de quoi séduire, en apportant à la toile denim une touche SO BRITISH…

mondenim.com (c) Copyright 2012

Génération denim : Drew Barrymore et le jeans

mondenim.com (c) Copyright 2012

Photo : Drew Barrymore

Drew Barrymore est une actrice américaine qui n’a que 7 ans lorsqu’elle obtient son premier rôle au cinéma : dans le film ‘E.T l’extraterrestre’, réalisé en 1982 par Steven Spielberg, qui n’est autre que son parrain. C’est à cette époque qu’elle apparaît pour la première fois dans l’émission à sketches américaine ‘Saturday Night Live’.

Quelques rôles vont suivre au cours de la décennie 80, mais c’est au milieu des années 90 que Drew Barrymore renoue vraiment avec le succès, grâce à ses rôles dans ‘Wayne’s world 2’ (Stephen Surjik, 1993), ‘Batman forever’ (Joel Schumacher, 1995, avec Michele Pfeiffer), ‘Tout le monde dit I love you’ (Woody Allen, 1996) et le block Buster ‘Scream’ (Wes Craven), les deux opus de ‘Charlie’s Angels’ (Dylan Sanders, 2000 et 2003), ‘Confession d’un homme dangereux’ (la première réalisation de George Clooney, 2002) ou encore ‘ce que pensent les hommes’ (Ken Kwapis, 2009, avec Scarlett Johansson et Ben Affleck).

A l’actif de Drew Barrymore aujourd’hui : une quarantaine de rôle pour le cinéma, pour une douzaine de rôles pour la télévision, ainsi que la réalisation du film ‘Bliss’, en 2009.

De son adolescence rebelle et tourmentée, Drew Barrymore a conservé son attachement à la liberté et une forme d’irrévérence.

Suivie de près par les media depuis son enfance, Drew Barrymore assume aujourd’hui parfaitement sa notoriété, affichant sa maturité et des goûts vestimentaires assurés : sa garde-robe s’exprime aussi bien dans un registre très habillé que beaucoup plus décontracté, où le denim a toute sa place, que ce soit en version jeans denim slim avec effet vieilli ou en version veste en jean (photo en médaillon).

mondenim.com (c) Copyright 2012

Saga des marques : SANDRO et le jeans

mondenim.com (c) Copyright 2012

SANDRO est une marque de prêt-à-porter créée dans les années 90 par deus sœurs, Evelyne Chetrite et Judith Milgrom.

Après quelques collections développées en duo, les deux sœurs choisissent de poursuivre leur parcours professionnel séparément : Judith Migrom part créer la marque MAJE, laissant la direction de SANDRO à Evelyne Chetrite.

D’abord distribuée par un réseau de boutiques de marques de créateurs, SANDRO ouvre sa première boutique dans le Marais, à Paris, au milieu des années 2000, posant les bases d’une nouvelle stratégie de distribution par un réseau de boutiques SANDRO, confirmée et amplifiée avec l’arrivée dans l’équipe d’Elie Kouby et Frédéric Biousse, deux ex-Comptoir des Cotonniers, en 2007.

Attachée à ses leitmotives : créativité, dynamisme et quotidienneté, SANDRO s’adresse aux jeunes adultes bien dans leur époque, pour qui chaque détail compte.

Le denim fait naturellement partie des collections Homme et Femme de SANDRO, qu’il s’agisse de vestes en jean ou de jeans denim, de coupes plutôt classiques (droite ou slim), dans des variations de lavages indigo, mais aussi gris, rouge, voire un modèle imprimé grunge pour femme.

SANDRO est aujourd’hui une marque de prêt-à-porter, accessoires, chaussures et vêtements de bain pour Homme et pour Femme, distribuée dans près de 20 pays : en Europe (France, Italie, Allemagne, Belgique, Luxembourg, Espagne, Irelande, Royaume-Uni), au Canada, aux Etats-Unis, au Liban, Japon, Emirats Arabes à Hong Kong, ainsi qu’en Russie, Turquie, Suisse et Corée du Sud.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Génération denim : Gwyneth Paltrow et le jeans

mondenim.com (c) Copyright 2012

Photo : Gwyneth Paltrow

Gwyneth Paltrow est une actrice américaine que l’on aurait tort de cantonner au statut d’actrice sexy, ex petite amie de Brad Pitt ou de Ben Affleck.

Car c’est tout naturellement que Gwyneth Paltrow se destine à une carrière de comédienne, contre l’avis de son père –réalisateur et de sa mère –actrice.

A ce jour, l’actrice américaine a à son actif une quarantaine de rôles en 20 ans de carrière : au départ dans le film ‘Shout’ (Jeffrey Hornaday, 1991), puis dans ‘Hook’ (Steven Spielberg, la même année), ‘Jefferson à Paris’ (James Ivory, 1995), un petit rôle dans le thriller mythique ‘Se7en’ (David Fincher, 1995), puis ‘Pile et face’ (Peter Howitt, 1998), ‘Shakespeare in love’ (John Madden, 1998) qui lui offre la consécration en remportant l’Oscar du meilleur rôle féminin 1999, ainsi que ‘Le talentueux Mr Ripley’ (Anthony Minghella, 1999) ou encore ‘Iron Man 1 et 2’ (Jon Favreau, 2008 et 2010).

Gwyneth Paltrow fait souvent honneur au denim, qu’il s’agisse de jeans de créateur ou d’autres pièces comme le veste en jean (photo en médaillon).

mondenim.com (c) Copyright 2012

Génération denim : Yannick Noah et le jeans

mondenim.com (c) Copyright 2012


Photo : Yannick Noah

Yannick Noah fait invariablement partie des personnalités préférées des Français depuis plusieurs années, plébiscité pour ce qu’il est, ce qu’il dit et ce qu’il fait.

Yannick Noah, c’est un exemple rare de reconversion vraiment réussie: tennisman français le plus titré des 50 dernières années -vainqueur notamment de Roland Garros en 1983, entraîneur qui va faire permettre par deux fois à l’équipe de France de tennis de remporter la Coupe Davis, reconverti depuis le début des années 90 dans la musique, avec le succès que l’on connaît : une dizaine d’albums à son actif, des tournées triomphales -notamment un concert mémorable au Stade de France, en 2010.

C’est aussi un engagement associatif depuis plus de 20 ans, répondant présent à de nombreuses sollicitations, qu’elles proviennent de l’association ‘Les Enfants de la terre’, créée par sa mère, des ‘Restos du coeur’ ou de ‘Sol En Si’.

Yannick Noah s’est même illustré en mettant ses mensurations d’athlète et un corps toujours sculptural à la disposition d’une campagne publicitaire d’une marque de sous-vêtements.

En filigrane de ce parcours remarquable, plusieurs constantes : la générosité, la passion, le charisme et une bonne prise de recul.

Après avoir rangé short et polo de tennis (qu’il ressort toutefois occasionnellement pour des matchs exhibition d’anthologie), Yannick Noah a trouvé sa voie à travers un look casual à la mesure de son tempérament, qui donne la part belle à la toile denim, qu’il s’agisse de jeans ou de veste en jean (photo en médaillon) – il ne rechige d’ailleurs pas au ‘double denim‘.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Génération denim : Jane Birkin et le jeans

mondenim.com (c) Copyright 2012


Photo : Jane Birkin époque “Mélody Nelson”

Jane Birkin est souvent présentée comme l’artiste française la plus britannique -à moins que cela ne soit l’inverse. Elle est aussi souvent présentée comme la muse et la compagne de Serge Gainsbourg, la maman de Charlotte Gainsbourg et de Lou Doillon – tout ceci est vrai, déjà exceptionnel mais insuffisant pour résumer une vie aussi riche.

Car Jane Birkin, c’est aussi une carrière artistique impressionnante :

-des rôles dans plus de 60 films, parmi lesquels -pardonnez notre sélection très subjective: ‘Blow-Up’ (Michelangelo Antonioni, 1966, Palme d’or 1967), ‘Don Juan 73′ (Roger Vadim, 1973), ‘Sept morts sur ordonnance’ (Jacques Rouffio, 1975), ‘Mort sur le Nil’ (John Guillermin, 1978), ‘Circulez y a rien à voir’ (Patrice Leconte, 1983),’Daddy Nostalgie’ (Bertrand Tavernier, 1990), ‘On connaît la chanson’ (Alain Resnais, 1997), ou plus récemment ‘Mariées mais pas trop’ (Catherine Corsini, 2003)

-des rôles dans 8 pièces de théâtre, d’auteurs aussi variés que Marivaux (‘La Fausse suivante’, mise en scène par Patrice Chéreau, 1985), Josiane Balasko (‘L’ex-femme de ma vie’, 1988), Shaskespeare (‘Hamlet’) ou Sophocle (‘Electre’, mise en scène par Philippe Calvario, 1986)

-une vingtaine d’albums, pour la plupart composés par Serge Gainsbourg, comme ‘Jane Birkin – Serge Gainsbourg’ (1969), ‘La ballade de Johnny Jane’ (1976) , ‘Ex-Fan des Sixties’ (1978) ou encore ‘Amour des Feintes’ (1990).

Jane Birkin a traversé les époques et les modes sans jamais s’éloigner du denim, que ce soit en jeans Flare époque ‘Mélody Nelson‘ en 1971 (photo en médaillon), en jeans droit taille basse, en jean loose avec revers retroussé au-dessus des chevilles façon Boyfriend, ou encore en mini-short en jean, sans oublier la veste en jean (comme sur l’affiche du film ‘Don Juan 73′).

mondenim.com (c) Copyright 2012