Jeans et denim de A à Z : l’oz

mondenim.com (c) Copyright 2013

L’oz (ounce) est une unité de poids anglo-saxone (1 oz = environ 28,4 g).

C’est aussi l’unité utilisée dans l’industrie textile pour quantifier le poids d’un tissu (et par voie de conséquence son épaisseur), notamment la toile denim. Cette unité de poids est calculée par m2 de tissu : 1M2 de toile denim de 10oz pèse donc  284g.

Initialement prisé par les professionnels et les puristes du denim, l’oz s’impose progressivement comme l’un des indicateurs utilisés auprès du grand public pour définir un modèle de jeans, à l’instar de ses dimensions (Weidth et Length) et de sa finition (couleur / délavage).

L’industrie du denim exprime sa diversité par la variété d’épaisseur des toiles utilisées, étalonnée de 6-9 oz pour les plus légères -utilisées pour certaines collections estivales (en particulier féminines) – à 21, voire 23 oz pour des denims japonais brut pour homme, à la toile rigide et ‘cassante’. Le poids de toile denim le plus communément utilisé se situe autour de 10 à 12 oz.

mondenim.com (c) Copyright 2013

Jeans et denim de A à Z : la toile denim

Le denim, contraction de « de Nîmes » en référence au tissu sergé fabriqué à l’origine dans cette ville, est un tissu en coton composé d’un entrelacement d’un fil de trame clair avec un fil de chaîne teint ; son processus de délavage est progressif, compte tenu de son procédé de teinture qui n’est pas ‘à cœur’.

C’est ce qui différencie le denim de la toile de jean, originaire de Gênes, qui est unie car tous les fils sont de même couleur et teintés ‘à cœur’.

Utilisée depuis le XVIème siècle pour confectionner des vêtements, la composition de la toile de jean s’est progressivement diversifiée pour donner naissance vers la fin du XVIIIème siècle au denim.

C’est aux Etats-Unis pendant l’entre-deux-guerres que le denim obtient ses lettres de noblesses, en se substituant peu à peu à la toile de jean : le jeans (le pantalon) en toile de jean cède ainsi la place au jeans en denim, la toile de jean étant plus rugueuse, donc moins agréable à porter que le denim.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Aux origines du denim : LEVI STRAUSS

Le denim n’existerait peut être pas – en tout cas dans sa forme actuelle- sans le génie créatif et commercial d’un Autrichien immigré: Levi Strauss. Retour sur quelques dates qui structurent l’histoire du denim.

1853. Levi Strauss vend des toiles de tentes et des bâches à San Francisco. Avec l’arrivée massive de migrants chercheurs d’or, il est sollicité par l’un d’eux pour lui réaliser un pantalon ultra-résistant, facile d’entretien.
Son idée : confectionner un pantalon (en réalité une salopette) à partir d’une toile de tente (de couleur marron). Son premier client satisfait, les ventes vont se multiplier sous l’effet d’un efficace bouche-à-oreille.
Ainsi L’ancêtre de notre jean est né, mais il est alors loin de sa forme d’aujourd’hui.

Environ 1860. Levi Strauss découvre la toile sergée de Nîmes -qui deviendra l’authentique toile denim. Il commence à commercialiser ses pantalons en toile denim, créant pour cette occasion la société Levi Strauss & Co.

1870: un autre inventeur génial, Jacob W Davis, est sollicité par un bûcheron pour lui confectionner un pantalon ultra-résistant. Il lui vient l’idée de renforcer la solidité des poches par l’utilisation de rivets; les deux pioniers du denim que sont Levi Strauss et Jacob W Davis s’associent et, protégés par un brevet, peuvent produire des vêtements avec rivets en exclusivité pendant 20 ans.

1873 : face à une concurrence accrue, Levi Strauss innove une fois encore, en apposant sur les poches arrières des surpiqûres orange, le fameux “double stitching“. C’est le véritable acte de naissance du denim, car tout ce qui fait le jeans d’aujourd’hui est là : la toile denim, les rivets et les surpiqûres.

1890: Jamais aussi bon que dans l’adversité, Levi Strauss réagit aux assauts de la concurrence -qui peut désormais utiliser les fameux rivets- en lançant le premier modèle Levi’s 501(R); “501″, à l’origine la référence du lot de tissu utilisé pour les premières fabrications, présente l’avantage d’être facilement mémorisable et rapidement écrit sur les bons de commandes des vendeurs de vêtements… ce qui incitera d’ailleurs Levi Strauss à baptiser la plupart de ses futurs jeans par un nombre à 3 chiffres et commençant par 5.

Les jeans de Levi Strauss and Co vont continuer à conquérir le monde du travail américain, entre chercheurs d’or, bûcherons, cowboys.

26 septembre 1902: fin du premier chapitre de l’histoire de Levi Strauss & Co et de sa marque Levi’s, avec la mort de Levi Strauss à l’âge de 73 ans. Ses neveux reprennent le flambeau de l’entreprise familiale, et vont pouvoir exprimer à leur tour leur talent à l’aube du XXème siècle, qui verra l’avènement du denim pour tous.

mondenim.com (c) Copyright 2012