Jeans denim ou smart phone : pourquoi choisir ?

mondenim.com (c) Copyright 2014

(c) denimfuture.com

(c) denimfuture.com

C’est peu dire que l’on entretient aujourd’hui un rapport particulier avec son jeans (“Seconde peau“), et plus récemment avec son téléphone portable (“prolongement de la main“).

Au point que cette double relation fusionnelle laisse parfois des traces… Il n’est pas rare de voir progressivement apparaître au cours du processus de délavage du jeans les marques sur l’une des poches de l’emplacement du téléphone, rappelant une empreinte contemporaine en forme d’inscriptions rupestres ou de tatouage du denim, témoignage de la place qu’a réussi à conquérir le téléphone en quelques années dans nos vies.

Le lancement récent d’un nouveau modèle de smart phone d’une marque bien connue a même été l’occasion de révéIer une prétendue double conséquence négative sur le téléphone en le rangeant dans la poche de son jeans : d’une part un effet de décoloration de la toile denim (la fameuse affaire ‘Dyegate‘), d’autre part un effet de torsion… Alors, juste riposte du jeans à l’égard du téléphone, ou simple rumeur destinée à nuire à ce lancement?

Quoiqu’il en soit, jeans et smart phone sont condamnés à faire bon ménage, tant il est devenu inconcevable de se passer au quotidien de l’un ou de l’autre.

Mais la solution pourrait bien provenir de la tendance actuelle à l”upsizing’ du smart phone (le segment prometteur des ‘Phablettes‘, modèles de téléphone à mi-chemin entre le smart phone classique et la tablette : une tendance qui rend de plus en plus difficile de le ranger dans sa poche de jeans…

 mondenim.com (c) Copyright 2014

Jeans denim : les règles d’or du jean

mondenim.com (c) Copyright 2012

Les règles d’or sont à la mode. Mais la mode a aussi ses règles d’or, et notamment le denim.

En effet, quelques règles s’imposent pour obtenir le meilleur de votre jeans, que ce soit en terme de fit, d’aspect ou d’espérance de vie de votre chère pièce en denim.

On peut regrouper ces règles d’or en 3 catégories :
-Bien choisir son jeans
-Bien le porter
-Bien l’entretenir

Tout commence naturellement par la nécessité de bien choisir son jeans, ce qui n’est pas une sinécure, compte tenu de l’offre pléthorique (lire aussi l’article ‘Jeans denim : trop de choix tue le choix?’)

Si l’on dit souvent que le jeans a la capacité d’être assorti avec pratiquement n’importe quel vêtement, bien porter son jeans n’en est pas pour autant systématique : certaines associations sont plus heureuses que d’autres, selon que l’on opte pour un look casual chic (l’association jean + veste + chemise + chaussures de ville), décontracté (jean + tee shirt + sneakers) ou fashion (jean + perfecto). Une solution : l’inspiration de ‘lookbooks‘, ou catalogues de looks, proposés par les marques ou les media.

Enfin, l’entretien de son jean n’est pas du tout anodin. Tant pour prolonger sa durée de vie que pour faire en sorte qu’il s’adapte le plus fidèlement possible à votre morphologie pour devenir votre seconde peau. A cet égard, les conseils d’entretien des marques sont essentiels, notamment d’attendre le plus longtemps possible avant le premier lavage, sans oublier une règle de base : moins vous laver votre jeans, plus vous le préserver et moins vous consommer d’eau.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Bien choisir son jeans denim : pour ou contre les jeans denim d’occasion

mondenim.com (c) Copyright 2012

Le denim ne faillit pas à la tendance actuelle du développement du marché d’occasion, que l’avènement des boutiques de dépôt-ventes de prêt-à-porter et des sites de petites annonces en ligne encourage largement.

Pour autant, acheter un jeans d’occasion est-il une bonne idée ? Son statut particulier de “seconde peau” n’est-il pas en contradiction avec l’idée même de la “seconde main” ?
A l’instar d’une paire de chaussures, un jean n’est-il pas destiné à prendre l’empreinte de son propriétaire d’origine, incompatible à un changement de mains ultérieur?

Sur le papier, acheter son jeans d’occasion présente le double avantage d’acquérir un modèle de jean :

-à un prix sensiblement inférieur au prix du neuf, permettant parfois d’accéder à une pièce d’une marque de créateur à laquelle on ne pourrait prétendre “au prix fort”

-qui peut bénéficier d’un rendu vintage, ou un effet usé naturellement, ce que certaines marques de créateur proposent à la revente en tant que modèles “vintage” à des prix qui n’ont rien à voir avec un prix d’occasion

C’est aussi indirectement -car ce n’est pas la motivation première a priori- en ligne avec la tendance éco-responsable en prolongeant d’autant la durée de vie d’un jean; ce qui est d’autant moins insensé que la durée de vie potentielle d’un denim est en moyenne nettement supérieure à celle d’autre type de pantalon (lire l’article “Le saviez-vous : 400 fois“).

Enfin, certaines marques n’hésitent pas à proposer de racheter certains de leur modèles d’occasion pour les revendre en version “vintage” – comme par exemple la marque suédoise NUDIE JEANS.

Dans les faits, d’autres facteurs entrent toutefois en jeu.

D’emblée, il faut mettre l’affectif de côté, nombre d’accros au denim ne pouvant concevoir l’idée même de revendre leur jeans, car c’est une partie d’eux-mêmes, tout comme acquérir un jean d’occasion peut donner l’impression d’acheter une partie de l’histoire de la personne qui l’a préalablement porté.

Par ailleurs, si acheter un jean neuf n’est déjà pas un long fleuve tranquille (lire les articles de la rubrique “Bien choisir son denim“), c’est encore plus compliqué pour un jeans d’occasion, car il ajoute aux incertitudes sur son authenticité (lire l’article “vrai-faux denim : comment les repérer” et “jeans confrefaits : comment les repérer“?) les aléas de son évolution à travers son usage et ses lavages successifs :

-évolution en terme d’aspect (la décoloration par lavages successifs n’est pas maîtrisée comme le délavage que réalisent les marques dans leur processus de fabrication de leurs modèles)

-évolution en terme de fit : la toile denim a tendance à se détendre d’une manière non homogène et selon la morphologie de la personne qui le porte. Ainsi, un modèle d’une taille particulière lorsqu’il est neuf peut avoir évolué d’au moins une demi, voire une taille au niveau de la taille, et dans certains cas la longueur de jambes peut avoir sensiblement évolué -rétréci en l’occurence

-évolution en terme d’usure, allant jusqu’à représenter une fragilité accrue au niveau des zones frottement ou des éraflures originelles

En réalité, il y aura toujours quelques opportunités à dénicher : un jeans de créateur comme un DOLCE & GABBANA, un PAIGE ou un DSQUARED2, très peu porté et vendu à un prix très compétitif. Mais ces opportunités sont rares, car on peut décemment s’interroger sur les raisons qui poussent le vendeur à mettre en vente une telle pièce.

En définitive, acheter un jeans d’occasion est un exercice risqué mais qui peut parfois payer, à certaines conditions: -opter pour un modèle dont les finitions et le colori s’accomodent d’une vieillissement naturel : gare au jeans black, (dont le délavage de la teinte noire n’est pas toujours heureux) ou aux denims brut, qu’il est conseillé de porter longtemps avant le premier lavage précisément parce qu’il fait progressivement corps avec la morphologie de son propriétaire; enfin, évitez les jeans enduit d’occasion, dont la couche d’enduit est fragile et dont l’état peut réserver des surprises en cas d’achat à distance…

-pouvoir essayer l’article avant de l’acheter, pour vérifier sur soi l’effet de la première vie de la pièce en question sur ses dimensions réelles – pas toujours évident via un site de petites annonces

-connaître son origine (demander la facture d’achat est fortement conseillé) et si possible ses condition d’entretien et d’utilisation

C’est donc à chacun(e) de voir si l’économie réalisée justifie de prendre les risques inhérents à l’achat d’un jeans d’occasion.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Mes jeans favoris : un jean denim HIGH

mondenim.com (c) Copyright 2012

mon denim préféré : un denim HIGH (collection homme)

On a tous un denim préféré. Il est parfois aussi difficile (et incertain) à trouver que l’âme soeur.
Un peu par hasard, j’ai fait l’acquisition il y a environ 3 ans d’un denim de la marque HIGH. Je m’y suis rapidement attaché, tant il s’est adapté progressivement à ma morphologie pour devenir une vraie seconde peau. Les particularités de ce modèle? coupe ajustée, toile denim épaisse, finition bleu foncé (rendu “brut”), bordures de poches avant blanches.

Depuis, j’aimerais bien convaincre HIGH de recommencer à proposer une collection de denim pour homme. J’espère être entendu. Et vous, quel est votre jeans denim préféré?

mondenim.com (c) Copyright 2012