Un jeans denim peut-il être unisexe ?

mondenim.com (c) Copyright 2012

Il y a priori une contradiction entre jeans et unisexe.

Le jeans est d’une part un article identitaire, d’autre part a vocation à épouser parfaitement la morphologie de la personne qui le porte, ce qui le rend difficilement ajusté pour un homme et pour une femme à la fois. C’est d’autant plus le cas ces dernières années, avec le lancement par les grandes marques de denim de jeans aux coupes de plus en plus précises et adaptées aux différentes morphologies, comme le jeans sculptant pour femme, ou les jeans tapered.

Et pourtant, le jean unisexe existe bel et bien. Il y a d’un côté une marque comme NUDIE JEANS, qui propose une gamme de modèles de jeans pour homme pouvant aller à une clientèle féminine. De l’autre, une marque comme CHEAP MONDAY, dont la gamme jeans est unisexe, ce qui est rendu possible grâce à la toile denim stretch, donc élastique et adaptable à différentes morphologies de jambes pour une taille donnée.

Le jeans unisexe est donc paradoxal, mais il existe, à l’instar d’autres secteurs comme les parfums, et c’est finalement une question de choix et de conviction personnels.

mondenim.com (c) Copyright 2012

 

 

Etes-vous plutôt jeans denim “taille basse”, “taille normale” ou “taille haute”?

mondenim.com (c) Copyright 2012

La ‘taille‘ est déjà très présente dans l’univers du jeans denim, que l’on parle de la taille d’un modèle (L, XL etc…) ou du tour de taille (encore appelé tour de ceinture, soit le la circonférence du corps mesurée à l’endroit le plus creux de l’abdomen).

La taille d’un jeans, c’est aussi une façon de décrire la position du tour de ceinture lorsque le jean est porté. Ainsi, on distinguera le jeans taille basse, taille normale ou taille haute.

A ma droite, le jeans taille basse (Low Waist) : un style de jeans porté bas, c’est-à-dire juste à la hauteur des hanches (dimension inférieure entre l’entrejambe et la ceinture); très en vogue dans les années 70, revenu en force dans les années 90 et devenu un classique de la mode jeans, très prisé des adolescents et jeunes adultes.
Le taille basse est souvent associé à des coupes de jeans bootcut ou slim, majoritairement pour une clientèle féminine.

A ma gauche, le jeans taille hausse (High Waist), en vogue dans les années 50 et dans les années 80, traditionnellement prisés par une population un peu plus âgée ou aux goûts plus traditionnels, mais également à nouveau très tendance: nombre de jeans sculptant on recours au taille haute, comme une manière d’accentuer la cambrure du bas du dos, et faire ainsi ressortir avantageusement le postérieur. Associé à des coupes de jeans bootcut ou droite.

Entre les deux, le jeans taille normale (Regular Waist), un classique, intemporel. C’est le choix sans risque, compatible à tout type de coupes, notamment droite et tapered.

Si, dans les collections actuelles, on trouve surtout des modèles taille basse ou taille normale,  la hauteur de la taille forme un tout avec la coupe et le confort du modèle, contribuant à sa cohérence, son originalité et son agrément.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Le jeans denim ne s’est pas fait en un jour

mondenim.com (c) Copyright 2012

Le denim fait désormais partie de notre quotidien, plébiscité par sa capacité d’adaptation à tous les styles et les morphologies, décliné dans de multiples expressions, entre jeans de coupes différentes, versions courtes (short ou mini-jupe), version top (veste, chemise…), ou dans d’infinies variations autour des 7 couleurs de l’arc-en-ciel, dont l’indigo n’est pas la moindre.

Pour autant, le denim ne s’est pas fait en un jour. Retour rapide sur 150 ans d’histoire en quelques dates fondatrices.

XVIème siècle : début de l’usage de la toile de jean dans la confection des vêtements

1860 : un autrichien émigré aux Etats Unis, Levi Strauss, commence à commercialiser ses pantalons en toile denim

1870: Jacob W Davis, autre inventeur génial, s’associe à Levi Strauss pour confectionner des pantalon ultra-résistants, aux poches renforcées avec rivets : un must pour les bûcherons

1890 : naissance du fameux modèle iconique : le Levi’s 501 (R)

1904 : création de la société BLUE BELL en Caroline du Nord, d’abord spécialisées dans les vêtements à usage professionnel pour les cheminots américains, et qui commercialisera à partir des années 40 des jeans à la marque WRANGLER.

1911 : Henry David Lee, fondateur de la société HD Lee Merc., lance le fameux Bib Overall, un modèle de salopette en toile denim à usage professionnel, pratique et résistant.

Années 40 : le jeans sort de son usage exclusivement professionnel pour devenir l’une des stars du vêtement de loisir

1949 : le jeans se conjugue au féminin -il était temps, avec le Lady Lee Riders, de LEE.

Années 50 : Le jeans entre dans la légende hollywoodienne, adopté par des stars comme Marlon Brando ou James Dean, contribuant à sa popularisation et l’avènement de son positionnement lifestyle.

Fin des années 60 : le jeans est l’un des symboles de la libération sexuelle

Années 70 : foisonnement de créativité, entre succès des coupes évasées et déclinaisons en couleurs (les Rainbow Pants, de LEE)

Années 80 : le Baggy devient l’incarnation de la tendance streetwear, tandis que le slim s’impose auprès de la clientèle féminine

Années 90 : Un vent nouveau souffle sur la planète jeans, porté par la créativité et l’impertinence de marques comme DIESEL, G-STAR, REPLAY ou LE TEMPS DES CERISES

Années 2000 : le jeans explore inlassablement de nouveaux territoires, se démultipliant en version premium -les marques de créateur s’en donnent à coeur joie, en version néo-artisanale (le denim japonais, le succès des marques DENHAM, BLEU DE PANAME, NAKED AND FAMOUS DENIM), en version sculptante (SALSA JEANS, LIU.JO JEANS ou LEVI’S ID CURVE), ou encore en version éco-responsable (NUDIE JEANS)

C’est précisément cette longue et riche histoire qui confère au jeans denim son ancrage dans son époque et sa capacité à faire ‘bouger les lignes’, comme si assumer son histoire lui permettait d’inventer l’avenir, comme l’illustre son succès auprès des nouvelles générations – Y et bientôt Z.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Jeans denim du futur : que reste-t’il à inventer ?

mondenim.com (c) Copyright 2012

En 140 ans d’histoire, dont près de 70 ans comme l’une des pièces majeures de la mode vestimentaire de loisir, le denim a inspiré des générations entières de créateurs et de fabricants, pour s’exprimer dans une grande variété de versions, déclinées dans de multiples coupes, coloris ou procédés de personnalisation.

L’offre de jean est telle aujourd’hui -on dénombre plusieurs centaines de marques de jeans à travers le monde, avec des tailles de gammes qui peuvent s’élever pour certaines marques à plusieurs dizaines de modèles- que l’on peut raisonnablement se demander si les futures collections de jeans seront vraiment porteuses de nouveauté, ou au contraire surtout destinées à recycler des anciennes collections.

D’autant qu’une part des marques de jeans les plus créatives du moment, comme des marques de créateurs ou des marques de denim japonaises, ont tendance à revenir à des procédés de fabrication traditionnels (vieux métiers à tisser, confection à la main), voire s’inspirer des codes des vêtements de travail en denim de l’époque.

Mais alors, peut-on encore attendre à l’avenir des vrais nouveautés du côté du jeans?

En fait, on peut faire confiance au talent des créateurs et des fabricants pour continuer à réinventer le jeans en l’ancrant pleinement dans son époque, que ce soit sur un plan technique ou stylistique.

Puisque le denim peut être tissé avec d’autres fibres, on peut s’attendre à de l’innovation dans les matières utilisées, pour mettre en valeur des qualités spécifiques: qu’elles soient synthétiques (pour des qualités d’élasticité, d’isolation, de légèreté, de souplesse…) ou plus nobles (l’exemple du jeans et du cachemire, comme le propose NAKED AND FAMOUS).

On peut également s’attendre à des initiatives innovantes dans le domaine éco-responsable: la recyclabilité (coton recyclé, mais aussi fibres synthétiques recyclables à l’infini), la réduction de la consommation d’eau nécessaire au traitement des toiles denim (on connait déjà les procédés à l’ozone ou à l’ultra-son), ou encore des procédés de coloration moins polluants.

Par ailleurs, l’importance de la qualité du fit dans le succès d’un modèle est telle que l’on peut s’attendre à ce que les marques aillent toujours plus loin dans l’ergonomie, le confort et la mise en valeur des différentes typologies de morphologie: le denim sculptant, ou le denim 3D (G-STAR) nous réservent des surprises.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Jeans et denim de A à Z : le jean sculptant

mondenim.com (c) Copyright 2012

Le denim sculptant est une tendance qui s’est développée dans le secteur du jeans féminin dans les années 90, d’abord sous l’impulsion de quelques marques, comme Liu.Jo ou Salsa Jeans, avant d’être rejointes par d’autres et notamment Levi Strauss, avec sa gamme Levi’s ID Curve.

Le principe ? Des modèles très techniques, ayant fait l’objet d’un long développement, fondé sur une analyse détaillée des morphologies féminines, le recours à diverses techniques allant de l’ajout de plis ou de pinces à l‘utilisation de toiles plus ou moins stretch, dont l’effet sur la silhouette et la chute de reins sont décrits comme “miraculeux”.

(lire aussi l’article “le denim sculptant: révolution ou simple phénomène de mode?”)

mondenim.com (c) Copyright 2012

Jeans et denim de A à Z : le fit

mondenim.com (c) Copyright 2012

Le fit, c’est un peu le 5ème élément du jeans denim.

Aux trois mensurations principales (longueur du tour de taille, du tour de hanches et longueur d’entrejambe), au positionnement de la taille du jean (taille basse, regular ou haute), il faut ajouter un cinquième critère : le fit.

Fit” a de multiples significations en Anglais: “ajustement”, “agencement”, “raccordement”, pour n’en citer que quelques unes.

Le fit d’un denim signifie sa qualité d’ajustement à la morphologie, sans recours à une quelconque retouche, et qui s’exprime à travers la qualité de sa coupe, impactant aussi bien la silhouette / le look et le confort. La phase d’essayage, jadis synonyme chez un tailleur d’ajustement du vêtement, se traduit par “fitting” en Anglais.

Le fit va de paire avec une attente accrue d’individualisation de leur jeans de la part des consommateurs, dans un esprit “sur-mesure”; pour une certaine catégorie d’amateurs avertis, c’est ainsi autant pour le prestige de la marque que pour la qualité de son fit qu’ils seront prêts à acheter parfois à un prix déraisonnable leur jean favori.

Il n’est donc pas étonnant que les fabricants et créateurs de jeans mettent beaucoup en avant la qualité du fit de leur modèles, leur permettant de se différencier de l’offre concurrence et de justifier leur prix de vente. Le succès du denim sculptant est d’ailleurs là pour en témoigner. (lire aussi les articles “le denim sculptant: révolution ou simple phénomène de mode?” et “Le denim de A à Z : le denim sculptant”)

Mais le fit sert aussi et surtout à désigner le confort d’un jeans : la notion de confort qui s’ajoute aux critères bien connus pour définir un jeans (W-tour de taille et L-longueur de jambes). On trouvera ainsi un confort (fit) du plus ajusté (slim) au plus ample (loose), en passant par la référence mediane : le fameux Regular fit.

Le fit est donc un critère dont il faudra tenir compte dans le processus de choix de son jeans, orientant logiquement plus vers une coupe que vers une autre.

mondenim.com (c) Copyright 2012