Saga des marques de jeans : DEMON DENIM

Tout commence en décembre 2006, lorsque -ce qui devait devenir 1 an plus tard Denim Demon- fournit 300 jeans numérotés en toile denim selvedge à la chaine de magasin suédoise Solo, qu’elle va écouler intégralement en 2 semaines.
Un an plus tard, donc, la marque de jeans suédoise Denim Demon voit le jour officiellement.

A l’origine de cette marque qui n’a de démoniaque que le nom, une histoire de famille : trois frères Oskar, Anton et Patric et leur père Kjellåke s’associent pour créer cette affaire 100% familiale.

Une famille fière de ses origines : le Jämtland, une région située à 700 km au Nord de Stockholm, et qui a la particularité d’être l’une des régions d’origine des Sami, un peuple indigène du Nord de l’Europe fort de plus de 2000 ans d’histoire, et pour lequel la confection de vêtements est plus que culturelle : elle est vitale, dans cette région où les hivers sont particulièrement rigoureux.

Mais revenons à nos démons. J’entends, à Denim Demon. Pour les fondateurs de la marque suédoise, le denim est une question de passion, de culture et d’histoire.

Avec la conviction viscérale que pour réaliser quelque chose de sincère, cela doit venir du cœur. Et leur cœur bat au rythme de celui de la culture Sami, principale source d’inspiration des collections Denim Demon.

L’ambition de Denim Demon est de produire des jeans appréciés pour leur qualité, leur personnalité, et être une source de fierté en les portant. Et de faire en sorte que chaque pièce Denim Demon raconte une histoire, en référence à la culture Sami, exprimée jusque dans le détail, comme le choix de certaines couleurs ou le recours à certains procédés de personnalisation.

Sans oublier un leitmotiv : la robustesse de ses réalisations, éprouvée par la rigueur de la vie dans ces lointaines contrées.

Laissons le dernier mot à Demon Denim, qui résume sa philosophie par ce paradigme : «Les Sami sont un peuple fier, nous sommes fiers de notre marque de denim».

mondenim.com (c) Copyright 2012