Le denim “sculptant” : révolution ou simple phénomène de mode?

Le denim sculptant est un phénomène qui a démarré dans le courant des années 90, lorsque des marques, parmi lesquelles Salsa Jeans (collection Wonder), Liu Jo (collection Bottom Up), Paige Denim ou Miss Sixty, et plus récemment Levi’s (collection Curve ID) ont décidé de proposer aux femmes des modèles dont l’effet sur la silhouette serait soit-disant “miraculeux”, “bluffant”, en réponse à une forte attente en terme de fit, c’est à dire de qualité d’ajustement naturel d’un jeans à sa morphologie.

Effet d’annonce ou réalité? De l’avis général, c’est une réalité.

Grâce à la conception même des produits, très technique, qui a souvent fait l’objet d’un long développement, de nombre de brevets, et qui se traduit par le recours à diverses techniques, qui vont de l’ajout de plis ou de pinces, la tension de la fibre, une découpe arrondie entre ceinture et poches, conçues pour amplifier la chute de reins.

Le denim sculptant existe logiquement en de nombreux délavages, tailles, coupe de jambes et épaisseurs de toile.

Les promesses de ces jeans miracles? Offrir la meilleure coupe pour chaque morphologie, se rapprocher de la perfection, affirmer ses formes et non les cacher… Tout un programme, qui a forcément de quoi séduire, surtout lorsque la plupart des lancements de jeans sculptants ont été réalisé avec d’importants moyens financiers, notamment à travers des campagnes de communication.
Alors, une question : s’agit-il d’une révolution dans l’univers du jeans féminin, ou bien d’un simple effet de mode?

Sans parler de révolution, tout prête à penser qu’il s’agit bien d’une étape majeure et durable dans l’histoire plus que centenaire du denim : en ayant identifié précisément les attentes des femmes en matière de denim, en analysant scrupuleusement les différentes typologies de morphologies et en s’appuyant sur des techniques de productions très sophistiquées, les marques proposent des produits dont le bénéfice impacte directement la silhouette. Il n’y a donc aucune raison que cela se limite à un effet de mode ponctuel.

mondenim.com (c) Copyright 2012