Jeans et denim de A à Z : l’Overall

mondenim.com (c) Copyright 2012

L’ overall’ est à l’origine une catégorie de pantalons et salopettes destinés à être enfilés par-dessus les vêtements, pour une utilisation essentiellement professionnelle.

Ils sont intimement lié à l’origine du denim, aux Etats Unis, à l’époque ou les fabricants de denim s’adressaient exclusivement à une clientèle professionnelle.

En effet, la marque américaine LEE a en effet l’idée de proposer un vêtement de travail solide et pratique, le fameux Bib Overall, un modèle de salopette en toile denim, en 1911.

Aujourd’hui, l’Overall définit en général un modèle de salopette, que certaines marques proposent dans leurs collections denim Femme.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Jeans et denim de A à Z : “Zip” et “Button fly”

mondenim.com (c) Copyright 2012

Photo (c) mondenim.com

Côté denim, êtes-vous plutôt “zip” ou “button fly“? En d’autres termes, préférez-vous un denim à fermeture éclair ou à fermeture à boutons?

Historiquement, un jeans fut d’abord réalisé avec fermeture à boutons, par analogie à ses ancêtres, les surpantalons ou salopettes (les fameux ‘overalls‘), utilisés alors comme vêtements de travail.

C’est dans les années 20 que les fermetures éclairs ont fait leur apparition sur le jean. D’abord accueillies sans grand enthousiasme, elles se sont progressivement imposées; aujourd’hui, fermetures éclair et fermetures à boutons se partagent les faveurs du denim.

Si les modèles de jeans iconiques (comme le Levi’s 501 (R)) ou vintage sont souvent réalisés avec la fermeture boutons, les marques utilisent aujourd’hui indistinctement les deux solutions de fermeture.

Mais où le zip a marqué des points ces dernières années, c’est en voyant son recours diversifié dans la confection du jeans, qui pour personnaliser les poches arrières, qui pour agrémenter le bas du pantalon, comme le proposent LEE, FREEMAN T.PORTER, LE TEMPS DES CERISES, FIORUCCI ou encore G-STAR, principalement pour certains de leurs modèles de jeans pour femme.

Alors, aux détracteurs du zip, osez une réponse sibylline, tel Docteur Evil dans Austin Powers : “Zip it”!

mondenim.com (c) Copyright 2012

Denim et jeans : l’origine du mythe

Le jeans d’aujourd’hui désigne en réalité un pantalon en denim. Mais au fait, pour quelle raison ? Petit rappel historique.

 

Le denim,  contraction de « de Nîmes » en référence au tissu sergé fabriqué à l’origine dans cette ville, est un tissu en coton composé d’un entrelacement d’un fil de trame clair avec un fil de chaîne teint ; son processus de délavage est progressif, compte tenu de son procédé de teinture qui n’est pas ‘à cœur’.

 

C’est ce qui différencie le denim de la toile de jean, originaire de Gênes, qui est unie car tous les fils sont de même couleur et teintés ‘à cœur’.
Utilisée depuis le XVIème siècle pour confectionner des vêtements, la composition de la toile de jean s’est progressivement diversifiée pour donner naissance vers la fin du XVIIIème siècle au denim.
C’est aux Etats-Unis pendant l’entre-deux-guerres que le denim obtient ses lettres de noblesses, en se substituant peu à peu à la toile de jean : le jeans (le pantalon) en toile de jean cède ainsi la place au jeans en denim, la toile de jean étant plus rugueuse, donc moins agréable à porter que le denim.

 

Levi Strauss a incontestablement eu un rôle majeur dans l’avènement de la paire de jean en denim :
d’abord fabricant de vêtements de dessus (les ‘overalls’ : des pantalons et salopettes destinés à être enfilés par-dessus les vêtements pour une utilisation essentiellement professionnelle), Levi Strauss va contribuer au formidable essor pantalon en jean en tant que vêtement de loisirs; et c’est cette utilisation pendant les loisirs que les attentes de confort vont amener progressivement les fabricants à privilégier le denim au détriment de la toile de jean, et à cette occasion privilégier la légendaire teinte bleue indigo.

 

La dénomination « jeans », utilisée stricto sensus pour parler d’un pantalon en toile de jean, voit le jour au cours des années 30, avant de s’imposer dans le monde entier, et faire désormais partie du langage courant aux quatre coins du monde.

Depuis l’après-guerre, le jeans a fait partie, par les valeurs de liberté auxquelles il se réfère, des symboles vestimentaires de la contestation, notamment celui du mouvement hippie des années 60-70.

On continue souvent à appeler aujourd’hui “jeans” un pantalon en denim, et non plus en toile de jean, même si les professionnels (fabricants, vendeurs), les journalistes et certains amateurs commencent à parler de denim pour qualifier un pantalon en denim.

 

Parler de « denim », c’est rendre hommage à cette étoffe miracle, désormais portée quotidiennement par une grande partie de la population dans le monde, même si, finalement, peu importe le terme employé – denim ou jeans, jeans ou denim : nous parlons de la même chose, nous partageons la même passion !

mondenim.com (c) Copyright 2011