Mon jeans EDWIN Sen … 24 mois plus tard

mondenim.com (c) copyright 2013

Ce sont pour l’essentiel les biens de consommation faisant l’objet d’un marché de revente d’occasion qui sont amenés à être évalués dans le temps, comme par exemple le marché de l’automobile ou du nautisme (fiabilité, principaux risques de panne, coût à l’entretien etc…)

Deux raisons principales expliquent que le jeans denim soit évalué dans son état neuf, et non dans le temps :

-son évolution dans le temps, sa tenue et son niveau d’usure peuvent varier en fonction de la façon dont il est porté et entretenu.

-le jeans denim n’est que très marginalement acheté d’occasion

Pour autant, l’évolution dans le temps d’un jeans nous intéresse chez MONDENIM.COM, dans la mesure où l’évolution dans le temps va pouvoir sensiblement varier d’un modèle à l’autre.

Courant 2012, nous vous présentions le jeans EWIN Sen, l’un de nos jeans favoris (lire l’article ‘mes jeans favoris : l’EDWIN Sen‘) et l’un des must de la collection denim signée EDWIN.

Revoici notre jeans EDWIN Sen titrant 24 mois au compteur, après avoir été porté environ 130 jours en cumulé et lavé une bonne trentaine de fois.

copyright mondenim.com

EDWIN démontre toute sa maîtrise technique à travers son modèle phare, l’ EDWIN Sen, dont la qualité de la coloration et de sa toile denim selvedge brute expliquent sa très bonne tenue dans le temps, avec un délavage progressif et régulier et aucun signe d’usure marquant. Un argument commercial qui n’est pas négligeable. Ce n’est pas un hasard si la marque japonaise a développé une gamme Sen avec différents degrés de délavage (lire aussi notre article ‘le niveau de maturation : un moyen de structure l’offre de jeans denim?’.

mondenim.com (c) Copyright 2013

 

Le niveau de maturation : un moyen de structurer l’offre de jeans denim ?

mondenim.com (c) Copyright 2013

Pas facile de décrire avec précision la teinte d’un jeans parmi une infinie variété de nuances d’indigo du plus foncé au plus délavé.

Au fil du temps, les marques de denim ont élaboré chacune leurs propres procédés de coloration et de délavages, et rivalisé de créativité dans les noms de leurs modèles : Stone Rinse, One Wash, mais aussi Dark Blue, Crystal Blue, Blue Reborn, Royal Rinse, Solid Blue, Indigo Crushed, Contrast indigo ou encore Clean Wash…

Au point que pour se faire l’idée de la couleur d’un jean, la meilleure solution reste de regarder sa toile denim.

Une devinette : quel est le point commun entre certains fromages (Parmesan, Comté…), certains alcools (Rhum, Porto…) et le denim? Pas grand-chose à première vue? Et bien si : ces produits évoluent tous sous l’effet du temps : l’affinage pour le fromage, le viellissement en fût pour certains alcools, et le délavage pour le denim.

Si la maturation, en tant qu’effet du temps, est utilisée pour structurer l’offre de certains produits alimentaires (le Comté -de 6 mois à 24 mois ou le Porto -5 ans à 15 ans d’âge, voire davantage-), qu’en est-il pour le jeans?

Avec l’avènement de la mode vintage dans le prêt-à-porter, l’empreinte si particulière qu’ a le temps sur le jean et la parfaite maîtrise par les denimiers des procédés de délavage de la toile denim, on peut tout à fait imaginer qu’à un degré de délavage donné corresponde une équivalence en terme de durée d’utilisation : ainsi un jeans vintage équivalent à 2 ans de maturation sera logiquement plus délavé qu’un jean à 6 mois d’âge.

C’est en tout cas l’approche que commencent à adopter certaines marques, parmi lesquelles la marque de denim californienne KORAL LOS ANGELES avec sa ligne “Lived For length“, qui propose des nuances de délavage de 0 (brut) à 48 mois, ou encore EDWIN, qui propose au sein de sa gamme SEN un assortiment de modèles dont le délavage est l’équivalent d’un jeans de 1 an, 2 ans et 4 ans d’âge.

mondenim.com (c) Copyright 2013

Saga des marques de jeans : KORAL LOS ANGELES

mondenim.com (c) Copyright 2013

KORAL LOS ANGELES a été créé pour revenir aux fondements-mêmes de ce qui fait un Grand jeans, véritable triptyque de la toile denim : qualité des matières, finitions raffinées et coupe impeccable.” C’est autour de ce triptyque consubstantiel à la toile denim que David Koral définit son projet, sa Marque.

KORAL LOS ANGELES, c’est un peu l’héritage d’un véritable enthousiasme pour le jeans, celui de plusieurs générations de créateurs, les pionniers du jeans premium qui en ont fait la quintessence de la représentation de la mode chic et de tous les jours. Tout autant que le résultat d’une passion créatrice pour le denim et sa capacité à se réinventer perpétuellement.

La quête des meilleures matières ? Elle se traduit pour KORAL LOS ANGELES par la collaboration avec certaines des meilleures filatures du monde.

La perfection des coupes ? Elle se manifeste par un travail inlassable, fait d’ajustements permanents à travers différentes étapes de délavages, d’essayages et de prototypages.

Le raffinement des finitions ? Il s’exprime par l’exploitation de toutes les propriétés chromatiques de la toile denim, et de personnalisations réalisées à la main.

Dans le souci de restituer l’effet du temps sur ses jeans, KORAL LOS ANGELES a développé la collection LIVED FOR LENGTH, qui propose des jeans équivalents à une maturation allant de 0 (brut) à 48 mois. Une précision qui ne manque pas d’intérêt. Et qui révèle le perfectionnisme et la maîtrise technique de la marque de la Côte Ouest.

Encore peu distribuée en Europe, force est de constater que KORAL LOS ANGELES a des choses à dire, et porte la promesse de parvenir à trouver sa place dans le secteur pourtant très concurrentiel du denim premium. A suivre…

mondenim.com (c) Copyright 2013