Jeans denim X Keith HARING par Patricia FIELD

mondenim.com (c) Copyright 2013

Jeans Keith Haring par Patricia Field

L’oeuvre de l”artiste américain Keith HARING (1958-1990) est actuellement à l’honneur à Paris, à l’occasion d’une grande rétrospective organisée par le Musée d’Art Moderne de Paris et le Centquatre (exposition du 19 avril au 17 août 2013).

Par sa dimension iconographique, cette oeuvre démontre tous les jours une étonnante faculté d’adaptation sur tous les supports, bien au-delà de la toile classique -Keith HARING était d’alleurs un adepte du street art.

C’est donc tout naturellement que l’on retrouve les fameux motifs du génial artiste disparu prématurément exprimés sur toile…denim. Une initiative que l’on ne doit toutefois pas à Keith HARING lui-même, mais à la styliste américaine Patricia FIELD (connue notamment pour avoir travaillé pour la série Sex and the City).

Réalisé en 2010, ce jeans stone bleached est doublement tendance : d’une part parce en tant que jeans imprimé, d’autre part pour son hommage appuyé à Keith HARING.

mondenim.com (c) Copyright 2013

Bien choisir son jeans denim : les détails font la différence !

mondenim.com (c) Copyright 2012

L’adage populaire ‘Le diable est dans les détails‘ est souvent justifié. Souvent, mais pas toujours. Car s’il est un domaine où les détails sont au contraire recherchés, c’est dans le secteur du denim.

A cela deux raisons principales :
1. Si le marché du jeans fut longtemps cantonné à des modèles basiques, où le regular fit, le lavage Stone Wash, les surpiqûres orange et autres 5 poches régnaient sans partage, l’avènement d’une nouvelle génération de marques de denim à partir des années 80 (Diesel, Replay, 7 For All Mankind, G-Star…), et le repositionnement du jean au coeur de la mode (la naissance du jeans de créateur) ont incontestablement favorisé l’augmentation de l’offre, incitant les marques à différencier leurs modèles, notamment avec force détails.

2. le marché du jeans s’est lui aussi adapté à la tendance à la personnalisation des codes vestimentaires, tournant le dos à une forme d’uniformisation qui avait fini par lui porter préjudice à la fin des années 70.

Le jeans a l’avantage de pouvoir se décliner en une infinie variété de détails, qu’il s’agisse des coutures (couleurs du fil), des boutons, de motifs brodés ou imprimés (par exemple sur les poches arrières, ou le jeans imprimé), ou de la réalisation de l’effet usé, entre éraflures et délavages personnalisés.

Au point que ce sont bien les détails, contribuant à l’originalité et même la rareté d’un modèle de jeans, qui font aujourd’hui la différence.

mondenim.com (c) Copyright 2012