Le denim dans tous ses états

mondenim.com (c) Copyright 2013

Dans sa capacité à se réinventer perpétuellement, le denim a vu ces dernières années sa sphère d’influence s’étendre progressivement à l’art et la décoration, inspirant artistes, créateurs et autres stylistes, tous séduits par sa grande polyvalence, sa faculté d’adaptation, sans oublier sa grande accessibilité.

C’est ce que plusieurs marques de denim ont logiquement compris, en s’exprimant dans des registres pouvant dépasser largement le cadre imposé du pantalon, un phénomène encouragé par l’utilisation croissante de matières recyclées, comme dans le cas de la marque éco-responsable NUDIE JEANS, qui a créé un tapis à partir de morceaux de jeans de sa collection, pour un résultat plutôt convaincant :

Nudie Jeans (c) Copyright 2013

Chaussures, boucles d’oeilles, bracelets, sacs à main, mobilier, fauteuils, intérieurs d’automobile, objets de décoration en tout genre… le champ d’application de la toile denim semble n’avoir pour limite que notre propre imagination, pour preuve cet isolant réalisé à partir de toile denim.

‘innombrables applications donc, qui outre le montrer sous un nouveau jour, ont la vertu de créer une filière de recyclage pour le denim, une sorte de seconde vie, premier pas vers l’économie circulaire (lire aussi notre article ‘Jeans denim et économie circulaire‘).

mondenim.com (c) Copyright 2013

Génération jeans denim : Nicholas Hoult

mondenim.Com (c) Copyright 2013

Photo : Nicholas Hoult

Nicholas Hoult est un acteur britannique dont la carrière commence particulièrement tôt : il n’a que 7 ans lorsqu’il décroche son premier rôle au cinéma, dans le film « Intimate Relations ».

C’est après plusieurs rôles secondaires pour le cinéma et la télévision que Nicholas Hoult décroche un rôle dans la série Skins, révélant différentes facettes de son talent, notamment sa capacité à jouer dans une comédie ; nous sommes alors en 2007, il n’a que 18 ans.

Depuis, Nicolas Hoult a joué notamment dans le film ‘A single man’ (Tom Ford, 2009), ‘X-Men : Le commencement’ (Matthew Vaughn, 2011), et incarnera prochainement un gentil zombie dans ‘Warm Bodies’, de Jonathan Levine.

A 23 ans, Nicholas Hoult fait partie des acteurs plein de promesses à qui tout réussit – comme en témoigne sa collaboration en tant que mannequin avec la marque Tom Ford – et à qui tout va – du costume ajusté au style preppy, en passant par l’incontournable jeans + sneakers.

mondenim.com (c) Copyright 2013

Saga des marques : STONE ISLAND et le jeans

mondenim.com (c) Copyright 2012

La marque STONE ISLAND a été créée -un peu par hasard- en 1982. A cette époque-là, la société C.P. COMPANY fait partie, grâce à sa marque éponyme et la créativité de son styliste Massimo Osti, des références au sein la mode casual italienne.

Dès le milieu des années 70, Massimo Osti s’intéresse de prêt aux surplus de vêtements de l’armée italienne (leur fonctionalité, la typologie des coupes, les types de finitions…), ce qui lui permet de comprendre la philosophie de la tendance vintage, et l’amène à vouloir étudier différents procédés de fabrication.

Un jour, un arrivage très spécial et fondateur : une bache de camion très épaisse de couleur rouge d’un côté, bleu de l’autre. Mais que diable faire de cette bache? Après mure réfflexion, Massimo décide de lui administrer un long traitement de délavage pour l’assouplir et la rendre simplement…portable.

Dès les premiers prototypes réalisés avec cette fameuse toile, une conviction s’impose : ils n’ont pas grand’chose à voir avec le territoire de C.P COMPANY, d’où la décision de réaliser une collection de 7 vestes en jeans et de lui donner un nom : STONE ISLAND, qui devient ainsi une marque de prêt-à-porter pour homme et pour juniors qui a à la fois un rapport naturel avec la mer et le look  vêtements militaire, et dont le logo reprend l’iconographie d’une boussole. Mais pas d’inquiétude : Massimo Osti et son équipe n’ont manifestement pas besoin de boussole pour trouver la direction du bon goût, casual et chic, avec une cette touche italienne irrésistible.

STONE ISLAND propose notamment une gamme de jeans denim premium, superbement travaillés et finis.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Ressusciter votre jeans denim préféré : c’est possible !

mondenim.com (c) Copyright 2012

L’existence d’un jeans denim n’est pas un long fleuve tranquille. Que vous soyez soigneux ou non, il est probable que votre jeans endure éraflures, trous et autres déchirures plus ou moins sérieuses au cours de son existence, jusqu’à devenir irréparable.

Que faire lorsque cela arrive à votre jeans préféré, celui que vous avez patiemment fait à votre morphologie, celui dont le vécu est trahi par son délavage unique, celui que vous n’êtes vraiment pas prêt à remiser, même sans être fétichiste?

Eh bien oui. Il y a d’abord une solution simple techniquement, mais pas toujours esthétique : le rapiècement. Souvent utilisé en ornement (à des fins purement esthétiques), le rapiècement peut trouver à la rigueur sa place sur un modèle de jeans délavé avec effet vieilli,  c’est en revanche moins évident pour un jean brut ou sobrement délavé.

Mais il y a surtout LA solution : le reprisage. Ce procédé plus complexe vous demandera soit de bonnes connaissances en couture et une bonne machine à coudre, soit de vous adresser à un spécialiste : il est question ici de raccommoder votre jeans avec du fil de couleur aussi proche que possible de sa toile denim.

Le reprisage a un double avantage par rapport au rapiècement : il est en principe plus discret et renforce la zone réparée.

Ressusciter votre jeans préféré, c’est donc possible.

Anecdotique nous direz-vous ? Pas tant que cela, si l’on en juge, d’une part le développement de quelques sites internet (américains) spécialisés dans la réparation de jeans (il existe bien des cliniques pour doudous!), d’autre part les conseils de réparation que certaines marques prodiguent, comme la marque suédoise NUDIE JEANS, à la fois parce que réparer un acte éco-responsable, mais aussi parce qu’elle connaît l’attachement de certains amateurs pour leur denim, et a compris que préserver ses jeans n’est absolument pas antinomique avec l’achat d’un nouveau jeans que tout fabricant peut légitimement  appeler de ses voeux (lire ausi l’article ‘Le jeans denim : un marché de renouvellement durable‘).

mondenim.com (c) Copyright 2012

 

 

 

Jeans et denim de A à Z : le denim sanforisé

mondenim.com (c) Copyright 2012

Une toile denim sanforisée est une toile qui a subi une phase de sanforisage, une action mécanique associée à celle de la chaleur pour réduire la tendance au rétrécissement du coton.

Réalisé à partir de toile denim sanforisée, un jeans sanforisé voit ainsi réduit sensiblement le risque de rétrécissement au cours des premiers lavages (de 1% à 3% selon les modèles).

La bonne nouvelle, c’est que la sanforisage, c’est un peu au denim ce que la prose est au Bourgeois Gentilhomme : vous portez certainement un jeans denim sanforisé, sans le savoir, car cela fait aujourd’hui partie des standards de l’industrie du denim, sans pour autant que cela soit nécessairement indiqué sur l’étiquette intérieure du jean (parfois, figure la mention ‘pre-shrink‘)

Le sanforisage a donc une vertu essentielle : elle vous évite d’avoir à choisir un jeans dans une ou deux tailles supérieures à votre taille habituelle en prévision d’un fort effet de rétrécissement, ce qui est loin d’être l’optimal et s’apparente à un vrai pari sur l’avenir, et la capacité du jean à “bien” rétrécir.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Saga des marques : MOOS TAILORED BASIC et le jeans

mondenim.com (c) Copyright 2012

MOOS TAILORED BASIC est une marque de vêtements hollandaise créée par Koen Tossijn (Atelier TOSSIJN), qui met à profit son talent de couturier pour réaliser une collection de prêt-à-porter extrêmement soignée, ainsi que de pièces sur mesure, parmi lesquelles le jeans denim.

Force est de constater que MOOS TAILORED BASIC est un hommage à ce qui se fait de mieux en terme de denim : utilisation des meilleures toiles denim selvedge japonaises, qualité de finition et souci du détail impressionnants, et naturellement précision de la coupe et confort impeccable du sur-mesure.

Est-ce un travail d’orfèvre ou d’artisan couturier? Peut être un peu des deux… En tout état de cause, Koen Tossijn contribue à rendre (ou plutôt à procurer) au jeans ses lettres de noblesse.

mondenim.com (c) Copyright 2012