Le Tokushima Hand Dyed : le Denim version Haute Couture

mondenim.com (c) Copyright 2015

Le Tokushima Hand Dyed Denim est considéré par Naked & Famous comme étant probablement son modèle le plus abouti. Ni plus ni moins.

Il s’agit d’un modèle tout à fait exceptionnel, réalisé dans une toile denim selvedge de 17oz, teinte à la main à partir d’indigo naturel, pour un rendu texturé à souhait.

La teinture à la main est une méthode traditionnelle au Japon, et est encore réalisée aujourd’hui à Tokushima. On ne compte qu’une poignée d’artisans dans le monde maitrisant encore aujourd’hui cette technique exigeante et rare, qui consiste à baigner plusieurs fois de suite la toile denim dans des bacs d’indigo naturel.

Si la plupart des indigotiers sont originaires d’Inde, il s’agit ici d’une méthode traditionnelle réalisée exclusivement à partir d’indigotiers qui ont poussé sur le sol japonais, et issu d’un lent processus de fermentation d’environ 1 an, ce qui rend ce jeans d’autant plus exceptionnel.

Coffret du Tokushima Hand Dye

Le Tokushima Hand Dyed dans son coffret

 

Le processus de teinture à la main est reconnu comme l’un des trésors de la Culture et de l’Histoire japonaise, et la ville de Tokushima distinguée comme l’un des hauts lieux de ce savoir faire ancestral.

L'étiquette du Tokushima

L’étiquette du Tokushima Hand Dyed

Le Tokushima Hand Dyed est réalisé dans la fameuse coupe WeirdGuy, accompagné d’un coffret bois et d’un carré de toile denim selvedge, et commercialisé en 15 exemplaires. Ce qui nous permet de dire que le Tokushima est un peu au denim ce que la Haute Couture est à la mode.

mondenim.com (c) Copyright 2015

Jeans et denim de A à Z : l’aizome

mondenim.com (c) Copyright 2014

Aizome” décrit une évocation du bleu du ciel, de l’eau, de la mer et du Japon. “Ai”, c’est le pays natal qui donne toute la sérénité de l’esprit.

L’aizome est l’une techniques de teinture les plus vieilles du Japon, présumée avoir été importée de Chine et qui aurait évolué au fil du temps : pour obtenir lindigo : les feuilles séchées de lindigotier sont mises à fermenter pendant tout l’hiver pour obtenir le sukumo. Puis un mélange de saké, de cendre de bois, de chaux, d’eau etc… est ajouté, le tout chauffé pour un second cycle de fermentation, qui permettra d’obtenir l’indigo.

Elle fut longtemps utilisées pour les vêtements de travail extérieur, les tissus de décoration et même les vêtements et armures de samouraï.

Quasiment disparue et remplacée par des procédés de teinture industriels incomparablement plus productifs, cette technique totalement naturelle produit un bleu indigo d’une intensité incomparable. Pas étonnant qu’elle fasse de la résistance dans le Sud du Japon, comme la région d’Okayama, pour la production des fameux jeans denim japonais.

Phase de séchage (c) Blog.budoexport.com

Phase de séchage (c) Blog.budoexport.com

mondenim.com (c) Copyright 2014

Jeans et denim de A à Z : l’indigo

mondenim.com (c) Copyright 2012

Le bleu indigo (de l’Espagnol ‘indien’) est l’une des couleurs de l’arc-en-ciel. Mais c’est surtout la couleur qui va rapidement s’imposer comme LA couleur du jeans en denim, à la fois moins salissante, facile d’entretien et consensuelle.

La teinture indigo est à l’origine extraite de l’indigotier (appelé également l‘indigo des teinturiers ou l‘indigo des Indesindigofera tinctoria), un arbuste cultivé dans les pays chauds.

L’indigo d’origine naturelle, dont la particularité est de révéler sa couleur au contact de l’air, a désormais été supplanté par l’indigo d’origine synthétique, qui a pour vertu de mieux se fixer dans la toile, et est donc beaucoup moins sensible au délavage.

mondenim.com (c) copyright 2012