Génération denim : Charles Berling et le jeans

mondenim.com (c) Copyright 2012

Photo : Charles Berling

Charles Berling est un comédien français dont la carrière commence sur les planches, au début des années 80 ; sans jamais s’éloigner du théâtre, pour lequel il interprète les œuvres de nombreux auteurs contemporains (Camus, Koltès, Beckett, Fassbinder, Pagnol ou Garcia Lorca) et classiques (Molière, Shakespeare), c’est par le cinéma que son talent polymorphe va éclater au grand jour, à partir du début des années 90.

Au total, Charles Berling peut aujourd’hui revendiquer une quinzaine de rôles pour la télévision, et surtout une cinquantaine pour le cinéma, dans des registres extrêment variés, notamment dans ‘Petits arrangements avec les morts’ (Pascale Ferran, 1994, film qui lui offre sa première nomination aux Césars), ‘Nelly et Mr. Arnaud’ (Claude Sautet, avec Michel Serrault et Emmanuelle Béart), ‘Ridicule’ (Patrice Leconte, 1996), un rôle dérangeant dans ‘Nettoyage à sec’ (Anne Fontaine, 1997), ‘Ceux qui m’aiment prendront le train’ (Patrice Chéreau, 1998), ‘L’ennui’ (Cédric Kahn, 1998, avec Sophie Guillemin), ‘Les destinées sentimentales ‘ (Olivier Assayas, 2000), ‘Je reste’ (Diane Kurys, 2002, avec Sophie Marceau et Vincent Perez), plus récemment ‘L’homme de sa vie’ (Zabou Breitman, 2006) ou dernièrement ‘Le Prénom ‘ (Alexandre de la Patelière et Mathieu Delaporte, 2012, avec Patrick Bruel).

Charles Berling prête également sa voix pour la version française du film documentaire d’Al Gore ‘Une vérité qui dérange’ (2006), sans oublier son goût pour la mise en scène (notamment ‘Fin de partie’, de Samuel Becket, qu’il met en scène en 2008), ou ses récents débuts dans la chanson.

Eclectique, Charles Berling l’est autant dans son jeu que dans ses goûts vestimentaires, se laissant volontiers tenter par un look polyvalent et smart casual qui lui ressemble, élaboré autour d’un jeans denim et d’une veste.

mondenim.com (c) Copyright 2012