Jeans denim ou smart phone : pourquoi choisir ?

mondenim.com (c) Copyright 2014

(c) denimfuture.com

(c) denimfuture.com

C’est peu dire que l’on entretient aujourd’hui un rapport particulier avec son jeans (“Seconde peau“), et plus récemment avec son téléphone portable (“prolongement de la main“).

Au point que cette double relation fusionnelle laisse parfois des traces… Il n’est pas rare de voir progressivement apparaître au cours du processus de délavage du jeans les marques sur l’une des poches de l’emplacement du téléphone, rappelant une empreinte contemporaine en forme d’inscriptions rupestres ou de tatouage du denim, témoignage de la place qu’a réussi à conquérir le téléphone en quelques années dans nos vies.

Le lancement récent d’un nouveau modèle de smart phone d’une marque bien connue a même été l’occasion de révéIer une prétendue double conséquence négative sur le téléphone en le rangeant dans la poche de son jeans : d’une part un effet de décoloration de la toile denim (la fameuse affaire ‘Dyegate‘), d’autre part un effet de torsion… Alors, juste riposte du jeans à l’égard du téléphone, ou simple rumeur destinée à nuire à ce lancement?

Quoiqu’il en soit, jeans et smart phone sont condamnés à faire bon ménage, tant il est devenu inconcevable de se passer au quotidien de l’un ou de l’autre.

Mais la solution pourrait bien provenir de la tendance actuelle à l”upsizing’ du smart phone (le segment prometteur des ‘Phablettes‘, modèles de téléphone à mi-chemin entre le smart phone classique et la tablette : une tendance qui rend de plus en plus difficile de le ranger dans sa poche de jeans…

 mondenim.com (c) Copyright 2014

Customisation : le coup de griffe signé ZOO JEANS

mondenim.com (c) Copyright 2014

(c) AFP

(c) AFP

La capacité du denim à traverser les époques doit beaucoup à sa capacité à se réinventer à travers la customisation.

Beaucoup a déjà été inventé pour personnaliser son jeans, notamment par des procédés de vieillissements inédits, parfois insolites, pour réaliser l’effet délavé ou usé recherché.

Mais l’été dernier, il faut reconnaître qu’une équipe japonaise a créé l’événement en dévoilant une technique du customisation de jeans pour le moins décalée, pour un résultat authentiquement ‘destroy’ ; des dirigeants d’un zoo japonais, au nord de Tokyo, ont en effet laissé certains de leur pensionnaires prestigieux -lions, tigres et autres ours- se faire les crocs – ou les griffes – sur de la toile denim.

C’est en jetant dans les enclos du zoo différentes matières que le directeur du zoo, Nobutaka Namae, s’est rendu compte que l’une d’entre elles suscitait particulièrement leur attention : la toile denim. Et devant le traitement infligé par ses pensionnaires, le denim s’est avéré plus solide que prévu, avant d’être lacéré et déclaré ‘artistiquement mort’. L’idée a alors germé de récupérer ces lambeaux de toile lacérés à coups de dents et de griffes et les confier à des stylistes pour fabriquer deux jeans.

Cerise sur le gâteau, ces créations originales ont été exposées par le zoo, sous la griffe “ZOO JEANS“. “Œuvre” des lions et des tigres, ces deux denims ont été mis aux enchères et le produit de la vente reversé au zoo et à l’organisme international de protection des animaux WWF.

zoojeans jacron

Mais au-delà d’une initiative aussi originale que charitable qui méritait d’être soulignée : et si avec ZOO JEANS une nouvelle griffe était née ?

mondenim.com (c) Copyright 2014

Le niveau de maturation : un moyen de structurer l’offre de jeans denim ?

mondenim.com (c) Copyright 2013

Pas facile de décrire avec précision la teinte d’un jeans parmi une infinie variété de nuances d’indigo du plus foncé au plus délavé.

Au fil du temps, les marques de denim ont élaboré chacune leurs propres procédés de coloration et de délavages, et rivalisé de créativité dans les noms de leurs modèles : Stone Rinse, One Wash, mais aussi Dark Blue, Crystal Blue, Blue Reborn, Royal Rinse, Solid Blue, Indigo Crushed, Contrast indigo ou encore Clean Wash…

Au point que pour se faire l’idée de la couleur d’un jean, la meilleure solution reste de regarder sa toile denim.

Une devinette : quel est le point commun entre certains fromages (Parmesan, Comté…), certains alcools (Rhum, Porto…) et le denim? Pas grand-chose à première vue? Et bien si : ces produits évoluent tous sous l’effet du temps : l’affinage pour le fromage, le viellissement en fût pour certains alcools, et le délavage pour le denim.

Si la maturation, en tant qu’effet du temps, est utilisée pour structurer l’offre de certains produits alimentaires (le Comté -de 6 mois à 24 mois ou le Porto -5 ans à 15 ans d’âge, voire davantage-), qu’en est-il pour le jeans?

Avec l’avènement de la mode vintage dans le prêt-à-porter, l’empreinte si particulière qu’ a le temps sur le jean et la parfaite maîtrise par les denimiers des procédés de délavage de la toile denim, on peut tout à fait imaginer qu’à un degré de délavage donné corresponde une équivalence en terme de durée d’utilisation : ainsi un jeans vintage équivalent à 2 ans de maturation sera logiquement plus délavé qu’un jean à 6 mois d’âge.

C’est en tout cas l’approche que commencent à adopter certaines marques, parmi lesquelles la marque de denim californienne KORAL LOS ANGELES avec sa ligne “Lived For length“, qui propose des nuances de délavage de 0 (brut) à 48 mois, ou encore EDWIN, qui propose au sein de sa gamme SEN un assortiment de modèles dont le délavage est l’équivalent d’un jeans de 1 an, 2 ans et 4 ans d’âge.

mondenim.com (c) Copyright 2013

EDWIN : anagramme et quintessence du DENIM

mondenim.com (c) Copyright 2012

Une grande marque, c’est souvent (toujours?), au départ, une belle histoire.

C’est incontestablement le cas de la marque de denim japonaise EDWIN, qui voit le jour officiellement en 1961 sous l’impulsion de San Tsunemi, un passionné de la toile denim qui a l’audace, dès l’après guerre, d’importer et personnaliser des jeans américains, puis de contribuer au démarrage de la production de jeans au Japon, en créant bientôt la marque EDWIN.

EDWIN, anagramme de DENIM en retournant la lettre M en la transformant en W.

Mais aussi EDWIN, quintessence du denim, entre maitrise technique et créativité, en produisant depuis le début ses jeans à partir de toile denim selvedge produite sur de vieux métiers à tisser -une toile qui pouvait paraître archaïque dans les années 60 avant de s’imposer désormais comme une référence pour le jeans premium-, en inventant de nouveaux procédés de délavage, ou encore en créant  le concept “new vintage” qui revisite les modèles historiques de la marque.

EDWIN fait aujourd’hui mieux qu’être entrée dans l’Histoire du denim : elle contribue à faire l’Histoire du denim.

Sa collection de jeans propose un choix de coupes, en version brute ou dans des délavages travaillés, et a de qui mettre tout le monde d’accord, et pas seulement les puristes inconditionnels du jeans japonais (lire aussi l’article “EDWIN : guide des modèles de jeans Homme et Femme : Collection Printemps Eté 2012“), comme par exemple le modèle EDWIN Sen, 100% made in Japan.

Retrouvez une sélection de jeans EDWIN pour homme sur www.mondenim.com.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Jeans et denim de A à Z : l’Effet usé

mondenim.com (c) Copyright 2012

L’Effet usé (ou “vieilli“) est une tendance majeure de la mode jeanswear : il sublime l’une des caractéristiques intrinsèques à la toile denim : celle de se patiner avec le temps, c’est à dire de se bonifier progressivement comme un beau cuir, faisant de l’usure naturelle une marque de personnalisation et de vécu valorisante, quand elle n’est que faute de goût ou manque de soin rédhibitoire pour la plupart des autres matières.

Bien entendu, l’Effet usé s’obtient naturellement au fur et à mesure que l’on porte et que l’on lave son jean.
Mais il est surtout aujourd’hui beaucoup utilisé par les marques de denim dans la réalisation de certains de leurs modèles, pour les personnaliser et faire ressortir la subtilité chromatique ou structurelle de la toile denim.
C’est dans ce cas-là une sorte d’anti jeans brut, qui lui est préservé de tout procédé de vieillissement préalable.

L’Effet usé fait appel aux procédés de délavage classiques, qu’il s’agisse du Stone Wash ou du Stone Bleached, mais aussi les procédés plus récents, comme le Wattwash de Marithé et François Girbaud ou le traitement à l’ozone du Temps des Cerises.

Il est aussi question des méthodes de personnalisation par les éraflures, plus ou moins marquées, pour un style plus ou moins trash.

Le recours à l’Effet usé est partie intégrante du style jean vintage, qu’il s’agisse de délavages plus marqués au niveau des plis ou des cuisses, ou encore d’éraflures de toute nature.

Les marques de denim rivalisent aujourd’hui de créativité et d’audace dans leur utilisation maîtrisée du vieillissement de leurs modèles, qu’ils s’agissent des marques de créateurs comme DSQUARED2 ou DOLCE & GABBANA, ou de marques de denim comme G-STAR ou DIESEL.

mondenim.com (c) Copyright 2012

G-STAR : nouveautés jeans de la Collection Printemps/Eté 2012

mondenim.com (c) Copyright 2012

Collection Printemps Eté 2012 : quelles nouveautés jeans du côté de G-Star?

Collection jeans Femme
Le Slim continue à tenir le haut du pavé dans la nouvelle collection jeans Femme de G-Star, comme le modèle Arc 3D Super Skinny (le modèle de denim 3D), descendant direct du modèle de jean mythique de la marque : l’Elwood.

Le Straight, intemporel, est aussi très bien représenté, et s’accommode parfaitement à un look un peu plus élaboré, habillé. Sans oublier le Boot Cut, subtilement évasé sous le genou, toujours aussi féminin, ou encore le Tapered</strong> ou « fuselé », pour un style urbain, plus branché.

Collection jeans Homme
Classique des classiques, le Straight est toujours un must du vestiaire denim masculin, tant il est à l’aise au travail ou pour les “afters”.

Le Slim continue sa percée auprès de la gent masculine en se montrant à la hauteur des attentes en terme de confort, tandis que le Tapered, une coupe que G-Star maîtrise parfaitement, donne le meilleur de lui-même, ample au niveau de la taille et étroit à la base, juste comme il se doit.

Bref, pour la saison Printemps-Eté 2012, G-Star capitalise sur ses standards, qu’elle décline avec des versions de délavages plus ou moins affirmées, en tout cas toujours parfaitement maîtrisées et résolument de saison.

mondenim.com (c) Copyright 2012