Saga des marques : DIRK BIKKEMBERGS et le jeans

mondenim.com (c) Copyright 2013

C’est en 1986 que Dirk BIKKEMBERGS, styliste issu du très influent groupe des “Six d’Anvers”, va créer sa propre marque, d’abord en lançant une collection de chaussures, avant de diversifier dans le prêt-à-porter (pour l’homme (1988) et la femme (1993)), mais aussi les accessoires, les sous-vêtements, les lunettes, sans oublier mode enfant et le sportswear, à travers trois lignes : BIKKEMBERGS (casual), BIKKEMBERGS SPORT (sportswear) et DIRK BIKKEMBERGES SPORT COUTURE (sport).

Le jeans denim ocupe logiquement une place centrale dans l’offre casual de DIRK BIKKEMBERGS : qu’il soit de couleur, indigo délavé ou brut, 100% coton ou en mélange coton / lin ou coton / Spandex, le jeans façon BIKKEMBERGS s’exprime sans complexe, tantôt fashion casual, tantôt sport fashion, et avantageusement complété de hauts très sports tels que sweat-shirts à capuche, tee-shirts, vestes et autres blousons, le tout dans une palette de couleurs vives et inspirées.

mondenim.com (c) Copyright 2013

Bien choisir son jeans denim : trop de choix tue le choix de jean ?

mondenim.com (c) Copyright 2012

On constate une augmentation sensible de l’offre de jeans depuis les années 80, sous l’impulsion de nouveaux intervenants sur le marché, qu’il s’agisse de nouvelles marques de jeans (mainstream ou jeans de créateur), ou des marques de prêt-à-porter investissant à leur tour le nouvel eldorado indigo, sans parler de la riposte des marques de jeans historiques.

Ainsi, au moment même où nombre de marchés tendaient à se concentrer en voyant le nombre de marques diminuer, le jeans faisait le chemin inverse en accueillant un nombre important de nouvelles marques, et de modèles.

Au point que l’offre de jeans n’a sans aucun doute jamais été aussi large qu’aujourd’hui. D’où ces questions : N’y a t’il pas désormais trop de choix? Cela ne complique-t’il pas finalement le processus du choix de son jeans? En d’autres termes : trop de choix de jeans tue-t’il le choix de son jean?

En fait, la question n’est pas de savoir s’il y a trop de choix. Les profils et les attentes de consommateurs se sont également extraordinairement diversifiés ces dernières années, notamment à travers l’aspiration à une forme d’individualisation des codes vestimentaires : si l’offre est large, c’est quelque part en réponse à la diversité de la demande. Par ailleurs, on peut partir du principe que plus l’offre est importante, plus on a de chance de trouver son propre jeans.

Par contre, force est de reconnaître que un tel choix rend plus difficile le processus de choix de son jeans : certes chaque marque a son territoire, son histoire et sa personnalité dans lesquels le consommateur peut se reconnaître -ou pas. Mais la multiplication des modèles et la complexité de certaines gammes tendent à perturber les acheteurs plus occasionnels.

La solution passe donc moins par la réduction du choix que par une forme d’accompagnement au choix, que cela soit au niveau des Marques (clarification et parfois rationalisation de l’offre), des points de vente (signalisation et merchandising plus clairs, conseil ciblés des vendeurs) ou des sites e-commerce (il n’est pas certain que la solution passe par une profusion de marques et un traité style ‘catalogue en ligne’).

mondenim.com (c) Copyright 2012

Bien choisir son jeans denim : les détails font la différence !

mondenim.com (c) Copyright 2012

L’adage populaire ‘Le diable est dans les détails‘ est souvent justifié. Souvent, mais pas toujours. Car s’il est un domaine où les détails sont au contraire recherchés, c’est dans le secteur du denim.

A cela deux raisons principales :
1. Si le marché du jeans fut longtemps cantonné à des modèles basiques, où le regular fit, le lavage Stone Wash, les surpiqûres orange et autres 5 poches régnaient sans partage, l’avènement d’une nouvelle génération de marques de denim à partir des années 80 (Diesel, Replay, 7 For All Mankind, G-Star…), et le repositionnement du jean au coeur de la mode (la naissance du jeans de créateur) ont incontestablement favorisé l’augmentation de l’offre, incitant les marques à différencier leurs modèles, notamment avec force détails.

2. le marché du jeans s’est lui aussi adapté à la tendance à la personnalisation des codes vestimentaires, tournant le dos à une forme d’uniformisation qui avait fini par lui porter préjudice à la fin des années 70.

Le jeans a l’avantage de pouvoir se décliner en une infinie variété de détails, qu’il s’agisse des coutures (couleurs du fil), des boutons, de motifs brodés ou imprimés (par exemple sur les poches arrières, ou le jeans imprimé), ou de la réalisation de l’effet usé, entre éraflures et délavages personnalisés.

Au point que ce sont bien les détails, contribuant à l’originalité et même la rareté d’un modèle de jeans, qui font aujourd’hui la différence.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Jeans et denim de A à Z : le jeans de créateur

mondenim.com (c) Copyright 2012

Le retour en grâce du denim au cours des années 90 doit beaucoup à l’intérêt qu’il a réussi à susciter au sein du monde des créateurs de mode, qu’il s’agisse de stylistes ou couturiers de renom -ravis d’exprimer leur talent à travers une pièce basique et universelle, ou de jeune créateurs -bien décidés à se faire un nom en commençant par cette figure imposée qu’est le jean.

C’est ce qui a donné naissance à une nouvelle catégorie, jadis extrêmement confidentielle : le jean de créateur, que l’on pourrait définir comme un jean premium (son prix fait partie des plus élevés sur le marché), réalisé en petite série et distribué en boutiques de prêt-à-porter de luxe. Mais ce qui définit aussi le jeans de créateur, c’est la qualité de son fit, l’esthétique de ses coupes et, en général, son haut niveau de confort.

Le jeans de créateur doit beaucoup à la tradition sartoriale de l’Italie (“sartore” signifie “tailleur” en italien) : c’est la raison pour laquelle on compte de nombreuses marques italiennes dans cette catégorie prestigieuse : qu’il s’agisse de JACOB COHEN, DOLCE & GABBANA, PATRIZIA PEPE, VERSACE.

Le denim de créateur s’impose aussi aux Etats Unis (des marques comme HUDSON JEANS, SIWY, PAIGE, ou encore J BRAND), en Australie (SASS AND BIDE) ou en France (NOTIFY)

Le jeans de créateur est une pièce très convoitée : les célébrités en raffolent et ne s’en cachent pas, comme en témoigne la profusion de clichés diffusés dans la presse people ou à travers des blogs spécialisés.
Mais cela reste une pièce de luxe élitiste, définitivement pas à la portée de toute les bourses : le prix d’une certaine forme d’exclusivité, antithèse de la standardisation que l’on peut rencontrer aujourd’hui dans le prêt-à-porter.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Saga des marques de jeans : HUDSON JEANS

mondenim.com (c) Copyright 2012

HUDSON JEANS est une marque de denim américaine pour Homme et Femme créée par Peter Kim en 2002, dont le style est à la fois glamour, casual et chic.

En une décennie, HUDSON JEANS a réussi à se forger une solide réputation parmi le monde très fermé des marques de jean de créateur, grâce à l’excellence de ses modèles, qu’il s’agisse de leur fit,», leur coloris (unis ou aux motifs imprimés inspirés du Street Art), la maîtrise de leurs finitions (effet usé : rapiécé, déchiré, délavage des plis…) ou des matières (qualité de fabrication « made in Italy » ou « made in Japan, toile denim stretch avec la technologie Hudson jeans X Equinox).

La collection Femme d’HUDSON JEANS propose des modèles de jeans dans une grande variété de coupes (évasé (Flare et Bootcut), Straight, Slim, Skinny, Super Skinny, Crop ou encore Wide Leg), de coloris ou de finitions, ou encore des shorts ou vestes en jean.

La collection Homme est une gamme de jeans de coupes Straight Leg, Bootcut, Skinny ou encore Athletic.

HUDSON JEANS se distingue aussi par une quête permanente de nouvelles sources d’inspiration, qu’elles proviennent de l’art (notamment le Street Art) ou par le truchement de collaboration créatives lumineuses:

* la collection capsule Hudson for GMJ, fruit de la rencontre d’HUDSON JEANS avec l’icône de la mode Georgia May Jagger, l’une des collections de jeans les plus rock et glamour du moment

*la collection « Loulous », lancée début 2012, à la fois jubilatoire et avant-gardiste, placée sous le signe du Street Art tendance phosphorescent, et proposée en trois modèles bleu marine avec une bande phosphorescente orange, bordeaux avec une bande phosphorescente rose, ou encore olive avec une bande phosphorescente jaune.

A l’instar des marques de jeans les plus ‘hype’ du moment, HUDSON JEANS peut se targuer de compter des célébrités parmi lesquelles Claudia Schieffer, Rihanna, Sandra Bullock ou Jennifer Aniston.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Jeans et denim de A à Z : le jeans brut

mondenim.com (c) Copyright 2012

Le mot « brut » est souvent associé à un état naturel, non encore façonné ou élaboré par l’homme. C’est par exemple le cas de ressources naturelles non transformées, comme les diamants, l’or ou le pétrole.

Cela peut également signifier le résultat d’une première élaboration, avant d’autres transformations; c’est précisément le cas d’un jeans brut, qui est réalisé à partir d’une toile denim brute, qui a subi la phase de teinture (notamment le fameux indigo), mais pas celle du délavage, qu’il s’agisse du procédé Stone wash réalisé en machine, ou de procédés alternatifs, comme à l’ozone ou au laser.

C’est la raison pour laquelle un jeans brut a ce rendu authentique : sa toile est plus rugueuse et rigide, sa teinte très soutenue : il exprime une forme de quintessence du jeans, un retour à ses origines de vêtement travail destiné à la fin du XIXème siècle aux chercheurs d’or ou aux ouvriers des chemins de fer aux Etats Unis. Ce n’est pas étonnant qu’il soit redevenu l’un des must du vestiaire de la gent masculine, sensible à cette forme d’expression de leur virilité ; pour autant, les femmes ne sont pas en reste, bien servies par des créateurs très inspirés par cette forme d’art brut

En outre, le jeans brut présente des qualités de robustesse (selon la qualité des toiles denim utilisées, et notamment dans le cas de l’utilisation de la fameuse toile denim selvedge), et surtout possède la caractéristique de s’adapter progressivement et naturellement à la morphologie de la personne qui le porte, pourvu que celui-ci ai choisi le bon modèle à la bonne taille, et l’entretienne comme il se doit.

Car un jeans brut s’apprivoise : nous pourrions même dire qu’il se mérite. Il va pouvoir devenir une véritable seconde peau, à condition de respecter quelques incontournables :
-choisir une demi voire une taille sous sa taille habituelle (en terme de tour de taille), car la toile denim va progressivement se détendre
-attendre le plus longtemps possible avant de le laver une première fois (les plus courageux tiennent jusqu’à 6 mois, voire plus…)
-respecter scrupuleusement les instructions d’entretien de l’étiquette du jeans

Mais ce qui peut ressembler à un sacerdoce est en fait un parcours initiatique permettant d’accéder au Graal de tout amateur de jeans : porter un jeans parfaitement ajusté à sa morphologie, comme s’il était réalisé sur-mesure.

mondenim.com (c) Copyright 2012