EDWIN : anagramme et quintessence du DENIM

mondenim.com (c) Copyright 2012

Une grande marque, c’est souvent (toujours?), au départ, une belle histoire.

C’est incontestablement le cas de la marque de denim japonaise EDWIN, qui voit le jour officiellement en 1961 sous l’impulsion de San Tsunemi, un passionné de la toile denim qui a l’audace, dès l’après guerre, d’importer et personnaliser des jeans américains, puis de contribuer au démarrage de la production de jeans au Japon, en créant bientôt la marque EDWIN.

EDWIN, anagramme de DENIM en retournant la lettre M en la transformant en W.

Mais aussi EDWIN, quintessence du denim, entre maitrise technique et créativité, en produisant depuis le début ses jeans à partir de toile denim selvedge produite sur de vieux métiers à tisser -une toile qui pouvait paraître archaïque dans les années 60 avant de s’imposer désormais comme une référence pour le jeans premium-, en inventant de nouveaux procédés de délavage, ou encore en créant  le concept “new vintage” qui revisite les modèles historiques de la marque.

EDWIN fait aujourd’hui mieux qu’être entrée dans l’Histoire du denim : elle contribue à faire l’Histoire du denim.

Sa collection de jeans propose un choix de coupes, en version brute ou dans des délavages travaillés, et a de qui mettre tout le monde d’accord, et pas seulement les puristes inconditionnels du jeans japonais (lire aussi l’article “EDWIN : guide des modèles de jeans Homme et Femme : Collection Printemps Eté 2012“), comme par exemple le modèle EDWIN Sen, 100% made in Japan.

Retrouvez une sélection de jeans EDWIN pour homme sur www.mondenim.com.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Génération denim : Vincent Cassel et le jeans

mondenim.com (c) Copyright 2012

Photo (c) Inez van Lamsweerde et Vinoodh Matadin

Vincent Cassel est un acteur français sans concession, aussi talentueux qu’exigeant, qui donne tout pour chacun de ses rôles –une quarantaine en plus de 20 ans de carrières-, leur insufflant une énergie et une présence exceptionnelles.

Fort d’une formation très complète composée de chant, cirque, comédie (aux Etats Unis) et de théâtre, Vincent Cassel ne tarde pas à se faire un prénom –n’est pas le fils de Jean Pierre Cassel qui veut.

Avec ‘Les clés du paradis’ (Philippe de Broca, 1991), Vincent Cassel signe l’un de ses premiers pas au cinéma, annonciateur d’une carrière riche et prometteuse, marquée par de nombreux temps forts, comme la collaboration avec Matthieu Kassovitz, avec qui il tourne dans ‘Métisse’ (1992), ‘La Haine’ (1995) et ‘Les rivières pourpres’ (2000), Luc Besson (‘Jeanne d’Arc’, 1999), Jacques Audiard (‘Sur mes lèvres’, 2001), Steven Soderbergh (fulgurante prestation dans ‘Ocean’s 12’, 2004), David Cronenberg (‘Les promesses de l’ombre’ (2007) et ‘Dangerous method’ (2011)), Jean Jacques Annaud (‘Sa majesté Minor’, 2007), sans oublier Jan Kounen pour le dérangeant ‘Dobermann’ (1997), Darren Aronofsky (remarquable ‘Black Swan’, 2011) et Jean François Richet pour ‘L’instinct de mort’ et ‘L’ennemi public n°1’ (2008), dans lesquels il incarne Jacques Mesrine et réalise une prestation unanimement saluée, notamment récompensée par le César du meilleur acteur 2009.

Vincent Cassel est aussi producteur –notamment du film ‘Irréversible’ (Gaspar Noé, 2002), ou encore égérie pour une marque de parfum célèbre.

Favorisé par un physique hors du commun et des goûts vestimentaires sûrs, Vincent Cassel est aussi photogénique qu’il crève l’écran, comme le montre la photo en médaillon, avec jeans, blouson de cuir, chemise blanche et cravate noire. Une toile denim parfaitement assortie à la puissance brute et aux nombreuses facettes de l’acteur français.

mondenim.com (c) Copyright 2012