Tendances denim : Baggy’s back !

mondenim.com (c) Copyright 2014

Début 2012, nous vous parlions du jeans Baggy (Jeans et denim de A à Z : le jean Baggy); le jeans Baggy est l’anti-slim par excellence : tout l’oppose aux coupes ajustées d’un jeans slim.

Là où les jeans Slim, Skinny et autres semi-slim se distinguent par une coupe ajustée, c’est avant tout le confort qui distingue le Baggy, confort qui lui permet d’être adapté aux activités urbaines et plébiscité depuis le début des années 80 par les skateboarders.

Aussi clivant qu’il puisse être, le succès du jeans Baggy va dépasser toutes les espérances, au point qu’il est aujourd’hui devenu une pièce iconique de la tendance streetwear du monde entier.

Et c’est en devenant un style incontournable auprès d’une communauté amatrice de streetwear, leader d’opinion et à l’avant-garde des modes et des tendances, que le Baggy revient aujoud’hui logiquement sur le devant de la scène pour séduire à nouveau un public plus large que ces dernières années : on ne compte plus ces temps-ci les photos de personnalités habillées en Baggy, telle Miley Cerius.

En résumé, si le Baggy a été baptisé en référence aux sacs de course en papier américains, porter aujourd’hui un jeans Baggy signie exactement le contraire de se vêtir comme un sac

mondenim.com (c) Copyright 2014

Denim X Skateboard : arts de rue by EDWIN

mondenim.com (c) Copyright 2013

edwin-oliver-bradley-1

Skateboard et denim font depuis longtemps partie du paysage urbain à travers le monde. Combien de planches de skate et de paires de jeans ont été usées dans les skateparks et les rues des grandes villes du globe ?

La célèbre marque japonaise EDWIN a ainsi tenté de partager cette tendance en rassemblant passion du denim et culture du skate dans un court-métrage mettant en scène le skater professionnel Oliver Bradley avec son EDWIN ED55, dont la coupe tapered (fuselée, ample au niveau des cuisses) est un excellent compromis pour la pratique du skateboard, confortable sans être trop large, se distinguant ainsi clairement du célébre baggy.

Une vidéo dans laquelle le skater britannique, désormais expatrié à Dallas au Texas, revient sur sa passion pour le skateboard, une passion qu’il vit au quotidien en jeans.

Loin du spot publicitaire classique, EDWIN a donc su capter la rencontre de deux arts de vivre complémentaires, si ce n’est même fusionnels, que sont le skateboard et le denim.

Retrouvez la vidéo dans son intégralité ici:

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=-UyOJbSCN-8

mondenim.com (c) Copyright 2013

Quelle est la bonne longueur de jambes d’un jeans?

mondenim.com (c) Copyright 2012

” La bonne longueur de jambes, c’est lorsque les pieds touchent vraiment par terre!”, avait coutume de dire le regretté Coluche.

Pour ce qui est de la longueur de jambes d’un jeans, c’est un peu plus complexe, car cela dépend de plusieurs paramètres.

Tout d’abord, la longueur de jambes d’un jeans dépend de sa coupe : du plus court – le 7/8 (voire le 3/4) ou le baggy va se porter au dessus de la cheville – au plus long – le flare ou le bootcut va s’arrêter pratiquement au niveau du sol, pour cacher tout ou partie de la chaussure, en passant par les coupes droite et slim dont le bas du jeans s’arrête quelques centimètres sous la cheville, ou le jeans carotte, qui effectue un beau retour ces dernières saisons et se distingue par le fait qu’il s’arrête au niveau de la cheville.

Mais la longueur de jambes d’un jeans, c’est aussi une histoire de goût : pour un même modèle, une personne ne souhaitera pas forcément le porter avec la même longueur que peut le souhaiter une autre personne.

C’est également fonction du style recherché : les styles casual et fashion s’accommoderont de longueurs supérieures à un style plus classique.

Enfin, le rapport entretenu avec la longueur de ses jeans varie d’une marque à l’autre : certaines marques ne proposent qu’une seule longueur de jeans (FREEMAN T PORTER, LEE pour femme…), d’autres déclinent leurs modèles dans deux longueurs dfférentes (en général L=32 et L=34), d’autres enfin proposent une longueur de jambes sensiblement supérieure, afin de favoriser le recours au retroussage du bas du jeans, toujours aussi tendance cette saison – c’est le cas par exemple de certains modèles EDWIN.

En définitive, la bonne longueur d’un jeans passe par deux étapes-clés : le moment du choix du modèle et le moment où on le porte. Pour ce faire, on ne pourra que suggérer :

1. le recours à un conseil extérieur, tel un Accompagnement au Choix Personnalisé à partir de ses mensurations, en l’occurence sa longueur d’entrejambe

2. l’inspiration à partir de catalogues de looks ou des photos qui présentent les modèles portés, et non pris à plat ou détourés

3. enfin, le respect de quelques fondamentaux :
-certaines coupes ne sont pas conçues pour être portés trop courts (coupes droites, bootcut)
-dans la plupart des cas, le recours à l’ourlet n’est pas conseillé sur un jeans, car il a tendance à modifier l’équilbre de la silhouette originelle du modèle.

mondenim.com (c) Copyright 2012

 

 

Saga des marques : 55DSL et le jeans

mondenim.com (c) Copyright 2013

Le groupe Only The Brave, qui compte déjà DIESEL à son actif, récidive en 1994 en lançant 55DSL, à l’origine la marque d’une collection événementielle de DIESEL constituée d’une gamme de 55 modèles, destinée à une clientèle plus jeune et sensible à la mouvance « streetwear ».

55DSL va dépasser les espérances de ses créateurs pour devenir une collection permanente, bien distincte de DIESEL, et dirigée par Andrea Rosso, fils de Renzo, co-fondateur et patron du groupe Only The Brave.

Arrivée en France en 2008, 55DSL se définit comme une marque de streetwear, à la croisée des tendances culurelles alternatives du monde entier et animée par la double passion pour la mode et la créativité; elle propose des collections de prêt-à-porter et d’accessoires pour femme et homme, et constitue un formidable laboratoire de créativité et d’audace, notamment à travers des collaborations avec MTV ou Bloody Beetroots, et avec de brillants acteurs de la scène artistique alternative en Italie.

Nous nous étonnions courant 2012 du fait que 55DSL ne proposait alors pas de jeans dans ses collections, allant même jusqu’à affirmer que cela pourrait justement faire sens de développer une offre denim signée de la marque Streetwear italienne. Et bien le jeans a commencé à faire  une apparition -encore timide pour le moment- avec notamment le jeans droit et sobre PEEX, pour homme. Ce qui suggère l’idée tout à fait respectable que le jeans est pour le moment considéré par 55DSL comme un faire valoir pour le reste de la collection. A suivre sur les prochaines collections, sur un segment du Streetwear de plus en plus concurrentiel.

mondenim.com (c) Copyright 2013

Jeans et denim de A à Z : le Streetwear

mondenim.com (c) Copyright 2012

Le Streetwear, ou « vêtements dits « de rue » », qualifie un style vestimentaire apparu au début des années 80 aux Etats Unis.

A cette époque, on assiste à l’émergence de nouveaux courants d’expression artistique et culturelle qui s’expriment dans la rue –les mouvements Hip-hop, Rap, R’n’B, ou encore des taggeurs / grapheurs- qui vont adopter et promouvoir un style de vêtements décontractés, portés très ample, adaptés aux exigences de leur passion.

Parmi les incontournables du vestiaire Streetwear, le pantalon en jean Baggy, qui fera le succès de Marithé et François Girbaud aux Etats Unis, les tee shirts et sweet shirts larges et colorées, les baskets très NBA, la casquette et les accessoires divers.

Le Streetwear n’a pas tardé à s’exporter, relayé dans un premier temps par les inconditionnels du Hip-Hop ou du Rap, avant de séduire un public 15-25 ans plus large, et de nouvelles générations, comme les Skateboarders, lui assurant une pérennité qui n’était pas acquise au départ.

C’est aussi et surtout devenu au fil du temps une source d’inspiration incontournable de la mode denim, -à l’instar du Sportswear ou de tendances plus “casual-chic“- et exprimée à travers des coupes loose et des tailles basses / ultra-basses (l’exemple de Carharrt, Meltin’Pot, DC, ou -dans une moindre mesure- G-Star)

mondenim.com (c) Copyright 2012

Jeans et denim de A à Z : le jegging

mondenim.com (c) Copyright 2012

Il fallait oser le croisement entre le jeans et le legging, deux familles de pantalons qui n’ont a priori pas grand chose à voir l’une avec l’autres, et que l’on a croisé pour réaliser une nouvelle catégorie de pantalons pour femme : le jegging, contraction de jean et legging.

Le jegging est-il le résultat d’un mariage contre nature entre le jean et le legging?

*à ma droite, le legging, réalisé en matières élastiques, archi-moulant, uni ou imprimé, décliné dans une palette de couleurs unies; exclusivement féminin, il est récemment revenu sur le devant de la scène vestimentaire.

*à ma gauche, le jeans, réalisé en toile denim, plutôt indigo, qui joue sur les effets de délavage ou de finitions (scratchs, zips, surpiqûres, formes de poches…) et sur la variété des coupes (du Baggy au straight en passant par le bootcut, le 7/8 ou encore l’ultra-slim)

Il n’est nullement question d’un mariage contre nature, mais d’une synthèse, d’une sorte d’hybridation entre le jeans stretch et le legging, qui se retrouvent pour leurs caractéristiques moulantes, grâce à l’utilisation d’Elasthanne dans leurs compositions, à des proportions différentes.

Au final, peut importe de savoir si le jegging est davantage un jeans qu’un legging -ou l’inverse : il doit son succès actuel au fait qu’il réussit à emprunter les qualités d’aspect du jeans avec le confort et le style du legging.

Nombre des marques de denim proposent aujourd’hui le jegging dans leur collection de jeans Femme, contribuant ainsi à en faire l’un des incontournables du vestiaire féminin d’aujourd’hui.

mondenim.com (c) Copyright 2012