Jeans et denim de A à Z : le jeans brut

mondenim.com (c) Copyright 2012

Le mot « brut » est souvent associé à un état naturel, non encore façonné ou élaboré par l’homme. C’est par exemple le cas de ressources naturelles non transformées, comme les diamants, l’or ou le pétrole.

Cela peut également signifier le résultat d’une première élaboration, avant d’autres transformations; c’est précisément le cas d’un jeans brut, qui est réalisé à partir d’une toile denim brute, qui a subi la phase de teinture (notamment le fameux indigo), mais pas celle du délavage, qu’il s’agisse du procédé Stone wash réalisé en machine, ou de procédés alternatifs, comme à l’ozone ou au laser.

C’est la raison pour laquelle un jeans brut a ce rendu authentique : sa toile est plus rugueuse et rigide, sa teinte très soutenue : il exprime une forme de quintessence du jeans, un retour à ses origines de vêtement travail destiné à la fin du XIXème siècle aux chercheurs d’or ou aux ouvriers des chemins de fer aux Etats Unis. Ce n’est pas étonnant qu’il soit redevenu l’un des must du vestiaire de la gent masculine, sensible à cette forme d’expression de leur virilité ; pour autant, les femmes ne sont pas en reste, bien servies par des créateurs très inspirés par cette forme d’art brut

En outre, le jeans brut présente des qualités de robustesse (selon la qualité des toiles denim utilisées, et notamment dans le cas de l’utilisation de la fameuse toile denim selvedge), et surtout possède la caractéristique de s’adapter progressivement et naturellement à la morphologie de la personne qui le porte, pourvu que celui-ci ai choisi le bon modèle à la bonne taille, et l’entretienne comme il se doit.

Car un jeans brut s’apprivoise : nous pourrions même dire qu’il se mérite. Il va pouvoir devenir une véritable seconde peau, à condition de respecter quelques incontournables :
-choisir une demi voire une taille sous sa taille habituelle (en terme de tour de taille), car la toile denim va progressivement se détendre
-attendre le plus longtemps possible avant de le laver une première fois (les plus courageux tiennent jusqu’à 6 mois, voire plus…)
-respecter scrupuleusement les instructions d’entretien de l’étiquette du jeans

Mais ce qui peut ressembler à un sacerdoce est en fait un parcours initiatique permettant d’accéder au Graal de tout amateur de jeans : porter un jeans parfaitement ajusté à sa morphologie, comme s’il était réalisé sur-mesure.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Bien choisir son jeans denim : comment repérer un jean contrefait?

A l’instar d’articles de luxe ou de mode, le jean est victime de son succès et subit un important marché de la contrefaçon.
Chacun sait qu’acquérir une contrefaçon est répréhensible par la loi ; c’est pénalisant pour le fabricant (qui a investi dans le développement et la fabrication des modèles originaux), mais pénalisant aussi pour le client (qualité médiocre, usure rapide, voire toxicité de certaines matières ou teintures).

Quelques conseils s’imposent pour éviter de répondre aux sirènes de la contrefaçon, d’autant que la qualité de copie de certaines contrefaçons est désormais telle qu’il faut parfois être un specialiste du denim pour faire la différence.

1. Choisissez bien auprès de qui vous achetez votre denim
Si vous achetez votre jeans neuf : assurez-vous que c’est auprès d’un revendeur ou un site internet agréé par la marque.
Si vous l’achetez d’occasion : comme pour une voiture, exigez la facture d’achat du denim pour vous assurer de son origine.

2. Vérifiez le prix
Si vous êtes face à une très forte promotion (au-delà de -50%), méfiance. Un modèle premium et cher à l’achat est rarement fortement discounté par hasard. Il peut s’agir d’une collection datant de plusieurs années, ou d’un modèle présentant un défaut plus ou moins important -jusque là pourquoi pas, mais aussi d’un modèle contrefait.
Il faut d’ailleurs redoubler de vigilance en période de soldes, où ces soit-disantes « bonnes affaires » sont mélangées avec des articles authentiques soldés.

3. Vérifiez l’étiquette
Trop de gens se font tromper par des étiquettes falsifiées. Si l’étiquette est manquante, il y a de fortes chances que l’article ne soit pas réellement celui qui est annoncé. Mais des contrefaçons plus sophistiquées portent une étiquette très semblables, mais pas exactement identiques : typographie, faute d’orthographe, pictogramme légèrement différent ; tout est bon pour donner l’apparence de l’authentique (vive le « jeu des 7 erreurs » mais on n’a pas forcément sous la main un modèle original sous la main pour pouvoir comparer !).

4. Vérifiez la composition du denim
La plupart des jeans sont 100% coton. C’est ce qui leur permet d’être faciles d’entretien, résistants, « respirants ». Il existe également certains mélanges de matières, notamment avec l’utilisation d’Elasthanne pour le rendu stretch des coupes slim ou skinny. Mais certaines marques ont recours à d’autre matières, comme par exemple le polyester, ce qui fait baisser le coût de revient du denim, mais peut aussi réduire sa durée de vie et parfois rétrécir au lavage.

5. Vérifiez la qualité
Le plus important reste l’impression ressentie lorsque que vous prenez en main et essayez le denim. Et les détails qui vont faire la différence sont la qualité de finition, comme les coutures, les rivets utilisés, le rendu de certaines personnalisations comme les éraflures…

N’hésitez pas à partager votre propre expérience, vos astuces pour repérer un jeans contrefait.

mondenim.com (c) Copyright 2011