Le jeans denim : 10ème art … le temps d’une exposition

mondenim.com (c) Copyright 2012

Photo : Exposition ‘L’autre jean’  Musée d’Art et d’Industrie St Etienne

Le XXème siècle a vu se développer de nouvelles formes d’art : le 7ème art (le Cinéma), le 8ème art (la Télévision) et le 9ème art (la Bande Dessinée), venant compléter les autres formes d’art beaucoup plus anciennes et répertoriées du 1er art au 6ème art (respectivement l’Architecture, la Sculpture, la Peinture, la Danse, la Musique et la Poésie).

S’il est un secteur qui nous paraît mériter d’être également érigé au rang d’art à part entière, c’est bien la mode, qui n’en finit pas de faire rêver les hommes et les femmes du monde entier, à travers le talent et l’audace de ses créateurs. La Mode, 10ème art ?

10ème art, c’est bien ainsi que le denim est implicitement considéré à l’occasion d’une exposition intitulée ‘L’autre jean‘, en collaboration avec Marithé & François GIRBAUD, à découvrir à partir du 26 octobre 2012 et jusqu’au 6 mai 2013, au Musée d’Art et d’Industrie de St Etienne (France).

Une exposition que de nombreuses autres villes seraient certainement ravies d’accueillir (à commencer par Nîmes…), tant le jeans est populaire et est source d’inspiration pour les créateurs depuis plusieurs décennies.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Jeans et denim de A à Z : la toile denim “Left Hand Twill”

mondenim.com (c) Copyright 2012

Photo : trame de denim Left Hand Twill (NAKED & FAMOUS DENIM)

 

Le “Left Hand Twill” est à la toile denim ce que la position ‘goofy’ est au skateboard : une histoire de gaucher. Il est en effet considéré comme un tissu “gaucher’, dont la diagonale du tissu sergé part du coin inférieur droit en direction du coin supérieur gauche.

Si une majorité des jeans est réalisée a contrario aujourd’hui à partir d’une toile denim “Right Hand Twill” (son pendant “droitier”), le denim “Left Hand Twill” est réputé plus doux au toucher, et adopté par une marque comme LEE(R) pour réaliser la plupart de ses jeans.denim.

Reconnaissons-le : d’un premier abord, les toiles denim Left Hand Twill (LHT) et Right Hand Twill (RHT) se ressemblent beaucoup : c’est le nombre de fils de chaîne et l’orientation de la diagonale du tissu qui va les différencier : subtile.

Toujours prompte à décliner le denim sous toutes ses coutures, la marque canadienne NAKED AND FAMOUS DENIM propose dans sa Collection Automne Hiver 2012 un modèle particulier, le WeirdGuy Left Hand Twill Selvedge, accompagné d’une cartonnette explicative sur le procédé LHT (photo en médaillon). A découvrir bientôt sur MONDENIM.COM.

mondenim.com (c) Copyright 2012

 

Le jeans denim en voit de toutes les couleurs avec le fil de trame…

mondenim.com (c) Copyright 2012

Le denim est un tissu en coton composé d’un entrelacement d’un fil de chaîne teint (souvent indigo) avec un fil de trame clair; cela signifie que son procédé de teinture n’est pas ‘à cœur’, en d’autres termes que le coeur du tissu (le fil de trame) n’a pas la même couleur que l’extérieur du tissu (le fil de chaîne). Là est le secret du délavage du jean : en se décolorant progressivement, le fil de chaîne laisse apparaître le fil de trame, de couleur beige clair en général.

En général. Car certains fabricants de denim, toujours à la recherche d‘innovations, ont eu l’idée de teindre le fil de trame. Une idée simple qui va en faire voir de toutes les couleurs au jeans, car elle permet de créer des mélanges de couleurs inédits, au fur et à mesure que le jean se délave et révèle sa couleur de trame.

La meilleure illustration de cette trouvaille est probablement proposée par la marque canadienne NAKED AND FAMOUS DENIM  dans sa Collection Homme Automne Hiver 2012, avec les modèles suivants  :

-le WeirdGuy Dirty Fade Selvedge, réalisé avec un fil de trame marron, ce qui lui confère un effet ‘roots’ / sale au fur et à mesure qu’il se délave

-Le Red Core Selvedge (en WeirdGuy ou SlimGuy), réalisé avec un fil de trame rouge, qui va révéler sa couleur au fur et à mesure de son délavage, laissant augurer un effet très original, entre indigo et rouge…

On aurait pu penser que tout avait déjà été fait en terme de teinture de jeans, notammant avec le procédé de surteinture ces dernières années, qui permet aujourd’hui à certaines marques comme CIMARRON de proposer jusqu’à 70 teintes de jean différentes. Et bien que nenni. Teindre le fil de trame offre des possibilités chromatiques très importantes, de surcroît évolutives avec le temps, certes pas toujours esthétiques (gare aux associations de couleurs), mais très intéressantes dans le contexte de recherche de personnalisation et d’originalité qui touche la mode denim d’aujourd’hui.

A découvrir bientôt sur MONDENIM.COM : le modèle NAKED & FAMOUS WeirdGuy Dirty Fade Selvedge.

mondenim.com (c) Copyright 2012

LEE ou le jeans denim en mouvement

mondenim.com (c) Copyright 2012-2013

Photo : Nouvelle campagne publicitaire LEE – (c) LEE

Lee®  fait partie du cercle très fermé des marques de denim plus que centenaires. Et loin d’être empesée par le nombre des années, c’est au contraire pour Lee® un gage de savoir-faire et de capacité à traverser les époques, à évoluer au gré des tendances : bref à démontrer sa capacité à être toujours … en mouvement.

Or, le mouvement, c’est un peu un leitmotiv pour la marque Lee®, qui s’est toujours donné comme mission de créer des vêtements adaptés aux mouvements qu’impose la vie quotidienne.

Ce n’est donc pas un hasard si la dernière campagne publicitaire déployée en Europe par la marque Lee® fait l’éloge du mouvement, autour d’un message aussi clair qu’universel : la vie, c’est le mouvement, et le style n’est rien sans faculté de mouvement, que favorisent les vêtements Lee®.

Cette campagne met en scène des personnages qui nous ressemblent, vêtus de jeans, chemise et/ou veste en jean Lee® qui croquent la vie, dans un élan de spontanéité et de partage, le tout dans un environnement urbain familier. Une campagne qui sonne juste, et qui nous parle.

Retrouvez notre sélection de jeans Lee® sur http://www.mondenim.com  .

mondenim.com (c) Copyright 2012-2013

 

Ressusciter votre jeans denim préféré : c’est possible !

mondenim.com (c) Copyright 2012

L’existence d’un jeans denim n’est pas un long fleuve tranquille. Que vous soyez soigneux ou non, il est probable que votre jeans endure éraflures, trous et autres déchirures plus ou moins sérieuses au cours de son existence, jusqu’à devenir irréparable.

Que faire lorsque cela arrive à votre jeans préféré, celui que vous avez patiemment fait à votre morphologie, celui dont le vécu est trahi par son délavage unique, celui que vous n’êtes vraiment pas prêt à remiser, même sans être fétichiste?

Eh bien oui. Il y a d’abord une solution simple techniquement, mais pas toujours esthétique : le rapiècement. Souvent utilisé en ornement (à des fins purement esthétiques), le rapiècement peut trouver à la rigueur sa place sur un modèle de jeans délavé avec effet vieilli,  c’est en revanche moins évident pour un jean brut ou sobrement délavé.

Mais il y a surtout LA solution : le reprisage. Ce procédé plus complexe vous demandera soit de bonnes connaissances en couture et une bonne machine à coudre, soit de vous adresser à un spécialiste : il est question ici de raccommoder votre jeans avec du fil de couleur aussi proche que possible de sa toile denim.

Le reprisage a un double avantage par rapport au rapiècement : il est en principe plus discret et renforce la zone réparée.

Ressusciter votre jeans préféré, c’est donc possible.

Anecdotique nous direz-vous ? Pas tant que cela, si l’on en juge, d’une part le développement de quelques sites internet (américains) spécialisés dans la réparation de jeans (il existe bien des cliniques pour doudous!), d’autre part les conseils de réparation que certaines marques prodiguent, comme la marque suédoise NUDIE JEANS, à la fois parce que réparer un acte éco-responsable, mais aussi parce qu’elle connaît l’attachement de certains amateurs pour leur denim, et a compris que préserver ses jeans n’est absolument pas antinomique avec l’achat d’un nouveau jeans que tout fabricant peut légitimement  appeler de ses voeux (lire ausi l’article ‘Le jeans denim : un marché de renouvellement durable‘).

mondenim.com (c) Copyright 2012

 

 

 

Jeans denim et Japon : une histoire fusionnelle

mondenim.com (c) Copyright 2012

(c) Edwin – Années 70

Cette illustration, que l’on doit à la marque EDWIN, est intéressante à plus d’un titre : elle a non seulement le mérite d’être singulièrement esthétique, mais elle est également parfaitement fidèle à la culture de son pays d’origine, le Japon, mélange de tradition et de modernité, dans une recherche permanente d’harmonie.

Que de chemin parcouru depuis la fin des années 40, époque où la plupart des jeans portés au Japon sont importés des Etats Unis : portés par l’engouement croissant que la toile denim suscite au Pays du Soleil Levant, des pionniers comme Tsunemi San, créateur de la marque EDWIN, vont contribuer à développer la production de jeans localement, qualitativement et quantitativement, en récupérant des Etats Unis des métiers à tisser réformés…

Quelques décennies plus tard, le Japon a non seulement comblé son retard dans la production et la culture du jeans, mais il a, d’une certaine manière, dépassé ses maîtres.

Car aujourd’hui :

-les marques de denim japonaises sont nombreuses et en plein développement à l’international – outre EDWIN et BIG JOHN, 2 des marques pionnières du jeans nippon, on citera des marques comme 45RPM, EVISU, SKULL JEANS, MOMOTARO JEANS, ONI DENIMIRON HEART ou encore ONE GREEN ELEPHANT

-le « made in Japan » est devenu une référence absolue dans l’industrie du jeans -comme encore récemment dans l’industrie automobile ou électronique-  qui voit s’exprimer tout le savoir-faire et le perfectionnisme nippon, portant au firmament la toile denim japonaise, dont la fameuse toile denim selvedge, que les plus grandes marques de denim cherchent à se procurer pour réaliser leurs plus belles pièces (les marques de créateurs, ou des marques exigeantes comme le canadien NAKED AND FAMOUS DENIM).

Le prestige de la toile denim japonaise provient aussi bien de la noblesse des matières utilisées (les meilleurs cotons, les rivets en cuivre…) que de la maîtrise de chaque étape de transformation et de finition du jeans, de telle sorte que la maestria japonaise trouve son expression aussi bien à travers un jeans brut imaculé qu’à travers un jeans délavé comme il se doit.

Prestige qui permet au Japon de résister à la concurrence de plus en plus vive de pays producteurs de jeans à moindre coût, comme la Turquie, la Tunisie ou la Chine.

mondenim.com (c) Copyright 2012