Saga des marques : LIU.JO et le jeans

Nous sommes à Carpi -haut lieu de l’industrie textile “Made in Italy“, au milieu des années 90. Deux frères, Marco et Vannis Marchi y créent Liu.Jo, une griffe dont la mission est de valoriser la féminité et la beauté naturelle par une expression raffinée et glamour.

Première collection, premiers succès. La marque Liu Jeans voit alors le jour et, de concert avec la ligne Liu.Jo, incarne une forme de féminité irrésistible, à la fois raffinée, active et contemporaine.

D’abord distribuées en Italie en magasins multi-marques, Liu Jeans et Liu.Jo font l’objet d’ouvertures de boutiques mono-marques en Italie et à l’étranger. Nous sommes en 2000.

La Décennie 2000 est marquée par un fort développement pour l’entreprise des frères Marchi, ern particulier par une intense diversification de son activité : lancement d’une ligne d’accessoires, de prêt-à-porter pour petites filles (Liu.Jo Junior), de prêt-à-porter masculine; puis, à travers des partenariats sous licence, une collection pour bébé (Liu.Jo Baby), une collection de bijoux (Liu.Jo Luxury), ainsi que Liu Jo Underwear, Beachwear et Casa.

La diversification continue en 2008 avec Liu.Jo Shoes, le lancement de la première collection denim pour Homme, et enfin, en Italie, de la proposition iconique Bottom-Up, le jeans “sculptant” (lire aussi l’article “Jeans culte : le Bottom up de Liu.Jo”)

2010: les collections denim Homme et Femme passent sous l’étendard Liu.Jo Jeans.

2011 est marquée par deux événements majeurs : d’une part le lancement en France et d’autres pays européen de la gamme Bottom-Up, et d’autre part le choix judicieux porté sur Kate Moss comme nouvelle égérie de la maison.

La collection Bottom-Up Automne-Hiver 2011 accueille deux nouvelles coupes dans la famille: le Flair (évasé à partir du genou) et le Beat (résolument patte-d’éléphant), proposés en délavages indigo classiques, mais aussi en denim Black ou Grey.

mondenim.com (c) Copyright 2012

4 commentaires

Frenchy

publié le 29 février 2012 à 13h40

No complaints on this end, smpily a good piece.

Laisser un commentaire