Jeans et denim de A à Z : l’Effet usé

mondenim.com (c) Copyright 2012

L’Effet usé (ou “vieilli“) est une tendance majeure de la mode jeanswear : il sublime l’une des caractéristiques intrinsèques à la toile denim : celle de se patiner avec le temps, c’est à dire de se bonifier progressivement comme un beau cuir, faisant de l’usure naturelle une marque de personnalisation et de vécu valorisante, quand elle n’est que faute de goût ou manque de soin rédhibitoire pour la plupart des autres matières.

Bien entendu, l’Effet usé s’obtient naturellement au fur et à mesure que l’on porte et que l’on lave son jean.
Mais il est surtout aujourd’hui beaucoup utilisé par les marques de denim dans la réalisation de certains de leurs modèles, pour les personnaliser et faire ressortir la subtilité chromatique ou structurelle de la toile denim.
C’est dans ce cas-là une sorte d’anti jeans brut, qui lui est préservé de tout procédé de vieillissement préalable.

L’Effet usé fait appel aux procédés de délavage classiques, qu’il s’agisse du Stone Wash ou du Stone Bleached, mais aussi les procédés plus récents, comme le Wattwash de Marithé et François Girbaud ou le traitement à l’ozone du Temps des Cerises.

Il est aussi question des méthodes de personnalisation par les éraflures, plus ou moins marquées, pour un style plus ou moins trash.

Le recours à l’Effet usé est partie intégrante du style jean vintage, qu’il s’agisse de délavages plus marqués au niveau des plis ou des cuisses, ou encore d’éraflures de toute nature.

Les marques de denim rivalisent aujourd’hui de créativité et d’audace dans leur utilisation maîtrisée du vieillissement de leurs modèles, qu’ils s’agissent des marques de créateurs comme DSQUARED2 ou DOLCE & GABBANA, ou de marques de denim comme G-STAR ou DIESEL.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Pour faire court : vive la minijupe en jeans

mondenim.com (c) Copyright 2012

La minijupe (ou mini-jupe) est une jupe très courte, droite ou plissée.

Deux créateurs de mode ont contribué à la popularisation de minijupe: d’un côté, une jeune créatrice de mode anglaise d’inspiration très pop, Mary Quant, qui l’intégre dans des collections, associée à des bottes hautes – un look très Chapeau melon et bottes de cuir ; de l’autre, Courrèges , célèbre couturier français, en fait l’une des pièces centrale de sa collection de prêt-à-porter. Nous sommes en 1965.

Une popularisation qui ne fait pas immédiatement l’unanimité, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle déchaîne des passions d’une intensité inversement proportionnelle à sa longueur…

La minijupe devient en fait rapidement bien plus qu’une pièce vestimentaire qui met remarquablement en valeur les jambes des femmes : elle devient le symbole de la libération féminine, véritable incarnation d’une émancipation à travers des codes vestimentaires totalement affranchis de l’emprise masculine.

Dans les années 70, la minijupe va subir la concurrence des shorts, quitter le devant de la scène au cours des années 80, avant de revenir dans les années 90 et 2000, en particulier dans les collections Automne-Hiver, portée avec des collants épais ou une paire de leggings, une veste de tailleur, des bottes en cuir ou un pull oversize.

Parmi les versions incontournables, la minijupe en cuir bien sûr, mais surtout la mini-jupe en jeans, plus facile à portée tout en élançant les jambes.

La minijupe en jeans est en effet devenue l’une des pièces maîtresses des collections denim Femme de nombreuses marques, parmi lesquelles Levi’s, Diesel, Joe’s Jeans, 7 For All Mankind, Freesoul ou encore Uniqlo.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Jeans et denim de A à Z : le jeans brut

mondenim.com (c) Copyright 2012

Le mot « brut » est souvent associé à un état naturel, non encore façonné ou élaboré par l’homme. C’est par exemple le cas de ressources naturelles non transformées, comme les diamants, l’or ou le pétrole.

Cela peut également signifier le résultat d’une première élaboration, avant d’autres transformations; c’est précisément le cas d’un jeans brut, qui est réalisé à partir d’une toile denim brute, qui a subi la phase de teinture (notamment le fameux indigo), mais pas celle du délavage, qu’il s’agisse du procédé Stone wash réalisé en machine, ou de procédés alternatifs, comme à l’ozone ou au laser.

C’est la raison pour laquelle un jeans brut a ce rendu authentique : sa toile est plus rugueuse et rigide, sa teinte très soutenue : il exprime une forme de quintessence du jeans, un retour à ses origines de vêtement travail destiné à la fin du XIXème siècle aux chercheurs d’or ou aux ouvriers des chemins de fer aux Etats Unis. Ce n’est pas étonnant qu’il soit redevenu l’un des must du vestiaire de la gent masculine, sensible à cette forme d’expression de leur virilité ; pour autant, les femmes ne sont pas en reste, bien servies par des créateurs très inspirés par cette forme d’art brut

En outre, le jeans brut présente des qualités de robustesse (selon la qualité des toiles denim utilisées, et notamment dans le cas de l’utilisation de la fameuse toile denim selvedge), et surtout possède la caractéristique de s’adapter progressivement et naturellement à la morphologie de la personne qui le porte, pourvu que celui-ci ai choisi le bon modèle à la bonne taille, et l’entretienne comme il se doit.

Car un jeans brut s’apprivoise : nous pourrions même dire qu’il se mérite. Il va pouvoir devenir une véritable seconde peau, à condition de respecter quelques incontournables :
-choisir une demi voire une taille sous sa taille habituelle (en terme de tour de taille), car la toile denim va progressivement se détendre
-attendre le plus longtemps possible avant de le laver une première fois (les plus courageux tiennent jusqu’à 6 mois, voire plus…)
-respecter scrupuleusement les instructions d’entretien de l’étiquette du jeans

Mais ce qui peut ressembler à un sacerdoce est en fait un parcours initiatique permettant d’accéder au Graal de tout amateur de jeans : porter un jeans parfaitement ajusté à sa morphologie, comme s’il était réalisé sur-mesure.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Jeans et denim de A à Z : la longueur d’entrejambe d’un jeans

mondenim.com (c) Copyright 2012

La longueur d’entrejambe fait partie, avec le tour de taille (ou tour de ceinture) et le tour de hanches (ou tour de bassin), des mensurations utilisées pour définir avec précision les dimensions d’un jeans.

La longueur d’entrejambe correspond à la longueur à partir du haut de l’intérieur de la cuisse jusqu’au bas des pieds.

Pour mesurer sa longueur d’entrejambe, c’est simple. vous prenez un mètre-ruban (oui, on a toujours besoin d’un mètre-ruban chez soi! à défaut, rabattez-vous sur une ficelle), et prenez la mesure, en position debout, entre le haut de l’intérieur des cuisses et le bas des pieds. Cela vous donne une dimension en cm.

Les fabricants de denim proposent logiquement des tailles de jambes adaptées aux différentes longueurs d’entrejambe; mais la difficulté réside dans le fait que les correspondances entre tailles affichées et mensurations ne sont les mêmes d’une marque à l’autre: il est donc très conseillé de consulter les tableaux de correspondance de tailles des fabricants (lorsqu’ils sont disponibles), ou de se libérer du temps pour une séance d’essayage en magasin. Dans tous les cas, tenez bon : c’est à ce prix que vous trouverez le jeans le plus adapté à votre longueur de jambes.

(lire aussi l’article : “Bien choisir son denim, quelques conseils“).

mondenim.com (c) Copyright 2012

Jeans et denim de A à Z : le double denim

Le look “double denim” est l’équivalent du fameux “total look denim”, autrement dit le port d’une toile denim de la tête au pied, c’est à dire un jeans assorti à une veste, une chemise ou un blouson en denim.

Les avis sont partagés sur le double denim : un peu “too much” ou simplement datés pour certains -toute ressemblance avec Hugues Aufray ne serait que pure coïncidence-, ou au contraire l’occasion de porter haut leur matière préférée pour d’autres.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Bien choisir son jeans denim : évitez les retouches sur votre jean !

L’une des particularités du jeans est d’être généralement défini par deux mesures: le tour de taille (W pour “waist”) et la longueur de jambes (L pour Length).

Bien choisir son denim est essentiel: un bon choix de modèle (coupe adaptée à votre morphologie), de tour de taille et de longueur (W/L) doit permettre, dans la plupart des cas, d’éviter toute retouche sur votre jeans, y compris le recours à un ourlet (lire l’article “Bien choisir son denim: quelques conseils”).

Chaque coupe a été conçue selon des proportions précises, et toute modification de ces proportions peut avoir un impact esthétique regrettable, une fois le jeans porté.

Le recours à l’ourlet est d’autant moins justifié que si, d’aventure, la longueur des jambes vous paraît encore trop importante en dépit du bon choix de longueur, vous avez toujours la possibilité de retrousser le bas des jambes du jeans à l’envi, c’est super tendance (lire l’article “Bien retrousser le revers de son denim: quelques conseils”) !

mondenim.com (c) Copyright 2012