Déc. 2011 – Déc. 2016 : le blog mondenim fête ses 5 ans !

mondenim.com (c) copyright 2016

Décembre 2011 – Décembre 2016 : cinq ans jour pour jour depuis que l’aventure de notre blog a commencé.
Plus de 650 articles, dédiés au denim sous toutes ses coutures.

Glossaire, chronique, billet d’humeur, portrait de stars amateurs de la mythique toile, hommage aux créateurs ou aux marques, conseils pour bien acheter, bien porter, bien entretenir son denim… Tout y est passé !

Sujet inépuisable s’il en est, le jeans n’a eu de cesse depuis 5 ans de nous inspirer, de nous surprendre, de nous émouvoir, simplement parce qu’il se réinvente sans cesse, parce qu’il est de notre temps autant qu’intemporel. Parce qu’il nous rassemble. Et qu’il démontre jour après jour que tout est loin d’avoir été écrit ou dit à son égard.

Pour vous remercier de votre fidélité, ce cinquième anniversaire est l’occasion de vous offrir une réduction exclusive de 20% sur tout le site www.mondenim.com avec le code promo BLOGMD5A ; offre cumulable avec les autres promotions en cours, valable à partir de 50 € d’achat jusqu’au 10 janvier 2017 inclus.

Le blog mondenim fête ses 5 ans

Le blog mondenim fête ses 5 ans

mondenim.com (c) Copyright 2016

Quel âge et combien de lavages pour votre jeans?

mondenim.com (c) Copyright 2013

A quoi reconnait-on un passionné de denim ? Souvent à la manière dont il parle de son jeans.

Car si un amateur plutôt averti va décliner la marque, le nom du modèle et de sa finition, ainsi que la taille de son jeans, un passionné (ou “denim geek“) est susceptible d’aller plus loin en ajoutant deux indicateurs : l’âge du jeans et son nombre de lavages depuis son achat.

Ainsi, il est devenu fréquent d’entendre parler ici et là d’un “jeans NUDIE JEANS Average Joe Organic Contrast Indigo, 10 mois, 4 lavages”, d’un “jeans EDWIN ED71 Quartz Blue Denim Unwashed, 8 mois, 3 lavages”, ou encore d’un jeans NAKED AND FAMOUS WeirdGuy Grey Selvedge, 6 mois, 1 lavage”.

Pour l’indication de l‘âge, pas besoin d’étude de psychologie pour relever l’analogie avec un être vivant, et la symbolique qu’une telle analogie revêt. Pour ce qui est de l’indication du nombre de lavages, elle est révélatrice du comportement de la personne vis-à-vis de son jean, avec un constat souvent (mais pas toujours) implacable : moins vous lavez votre jeans, plus vous avez des chances d’êtes un puriste – n’oublions pas que bon nombre de marques recommandent de porter plusieurs mois leurs jeans avant le premier lavage, en particulier s’il s’agit d’un jeans brut.

Et vous, connaissez-vous l’âge et le nombre de lavages de vos jeans? Cela fait-il déjà partie de vos propres indicateurs? N’hésitez pas à partager votre propre expérience en prenant l’exemple de votre jeans préféré !

mondenim.com (c) Copyright 2013

Bien choisir la coupe de son jeans denim : c’est vous qui voyez

mondenim.com (c) Copyright 2012

Entre bootcut, straight, tapered, 7/8, Boyfriend, jegging, Baggy, slim et autre skinny, la variété des coupes de jeans est telle que l’une des premières questions que l’on se pose habituellement au moment de choisir un jeans est “quelle coupe choisir”?

En réponse à cette question, on trouve souvent des prescriptions d’une coupe plutôt qu’une autre, sensée être LA coupe de prédilection pour votre morphologie :
*le slim? idéal pour les plus minces et celles qui veulent mettre en avant leurs fesses rebondies
*le bootcut? parfait pour les personnes grandes et élancées
*le straight? un bon choix pour les silhouettes grandes et élancées
*le 7/8 ? pour les longues jambes
*le jegging ? pour les filles menues
*le tapered ? pour les cuisses musclées / fortes
*le boyfriend ? une bonne solution pour les gabarits cherchant à cacher leurs rondeurs

Tout cela est vrai. Mais, ne doit être interprété que comme une indication, une source d’inspiration comme une autre, et non comme une vérité universelle.

Ainsi, nous défendons l’idée qu’à priori aucune coupe de jean ne vous est ‘interdite’ : pourquoi faire l’impasse sur un superbe slim si vous ne faites pas partie des plus minces, ou encore pourquoi ignorer le 7/8 parce que vous ne mesurez pas 1m75?

En définitive, le choix de la coupe de votre jeans vous incombe. Et il serait dommage, car réducteur, de ne conditionner son choix qu’à votre seule morphologie, le choix d’un jeans – et donc de sa coupe- étant corrélé à bien d’autres paramètres, parmi lesquels le confort (d’ajusté à ample), le style (de classique à fashion) et -last but not least- l’esthétique.

Et sur ce critère éminemment subjectif qu’est l’esthétique, c’est votre propre conviction qui prime, reposant sur une seule question : “vous sentez-vous bien dans ce jeans?”, tant à travers le regard des autres qu’à travers votre propre regard. Et dans ce registre-là, tout est possible, fort heureusement.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Qui veut la peau du jeans denim slim ?

mondenim.com (c) Copyright 2012

Info ou intox ?

Voici que le jean slim, l’une des star du vestiaire féminin depuis plusieurs saisons, fait a nouveau parlé de lui. Et cette fois-ci, ce n’est pas sous l’impulsion de telle ou telle célébrité, mais d’une chirurgienne américaine, le Dr Karen Boyle, qui affirme dans une récente interview dans l’International Business Times qu’un jeans denim slim pourrait provoquer un syndrôme baptisé Meralgia paresthetica, et qui consiste en des pressions au niveau d’un nerf de la cuisse, ayant pour conséquence « des symptômes d’engourdissement, de picotement et d’inconfort ».

Ceci venant confirmer ce qu’un médecin canadien, le Dr Parmar, avait déjà identifié au début des années 2000 auprès de plusieurs patientes qui présentaient la particularité d’être en surpoids et de porter des jeans (très) ajustés.

Ce qui amène certains observateurs à ne pas incriminer le jeans slim en tant que tel, mais bien la taille du modèle porté : ce n’est pas révéler un secret que d’affirmer que nombre d’hommes et de femmes pensent qu’ils font au minimum une taille de moins qu’en réalité, voire espèrent qu’en portant un jean de taille inférieure ils donnent effectivement l’impression de faire une taille de moins…

Les observations des Dr Parmar et Boyle nous inspirent deux réflexions principales :

1. il est essentiel de choisir le bon modèle de jeans denim, à la bonne taille ; nous le savions déjà pour des raisons esthétiques et de confort; cela suggère que cela pourrait l’être aussi pour des raisons d’agrément, voire de santé.

2. rendre responsable le jeans slim du syndrôme Meralgia paresthica nous paraît être un raccourci un peu hâtif. Pour en arriver à une telle conclusion, il nous semblerait important de compléter ces résultats par l’analyse des tailles des modèles portés par les personnes concernées, et de les comparer à leurs mensurations réelles…

A suivre…

mondenim.com (c) Copyright 2012

Jeans denim : les règles d’or du jean

mondenim.com (c) Copyright 2012

Les règles d’or sont à la mode. Mais la mode a aussi ses règles d’or, et notamment le denim.

En effet, quelques règles s’imposent pour obtenir le meilleur de votre jeans, que ce soit en terme de fit, d’aspect ou d’espérance de vie de votre chère pièce en denim.

On peut regrouper ces règles d’or en 3 catégories :
-Bien choisir son jeans
-Bien le porter
-Bien l’entretenir

Tout commence naturellement par la nécessité de bien choisir son jeans, ce qui n’est pas une sinécure, compte tenu de l’offre pléthorique (lire aussi l’article ‘Jeans denim : trop de choix tue le choix?’)

Si l’on dit souvent que le jeans a la capacité d’être assorti avec pratiquement n’importe quel vêtement, bien porter son jeans n’en est pas pour autant systématique : certaines associations sont plus heureuses que d’autres, selon que l’on opte pour un look casual chic (l’association jean + veste + chemise + chaussures de ville), décontracté (jean + tee shirt + sneakers) ou fashion (jean + perfecto). Une solution : l’inspiration de ‘lookbooks‘, ou catalogues de looks, proposés par les marques ou les media.

Enfin, l’entretien de son jean n’est pas du tout anodin. Tant pour prolonger sa durée de vie que pour faire en sorte qu’il s’adapte le plus fidèlement possible à votre morphologie pour devenir votre seconde peau. A cet égard, les conseils d’entretien des marques sont essentiels, notamment d’attendre le plus longtemps possible avant le premier lavage, sans oublier une règle de base : moins vous laver votre jeans, plus vous le préserver et moins vous consommer d’eau.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Bien choisir son jeans denim : pour ou contre les jeans denim d’occasion

mondenim.com (c) Copyright 2012

Le denim ne faillit pas à la tendance actuelle du développement du marché d’occasion, que l’avènement des boutiques de dépôt-ventes de prêt-à-porter et des sites de petites annonces en ligne encourage largement.

Pour autant, acheter un jeans d’occasion est-il une bonne idée ? Son statut particulier de “seconde peau” n’est-il pas en contradiction avec l’idée même de la “seconde main” ?
A l’instar d’une paire de chaussures, un jean n’est-il pas destiné à prendre l’empreinte de son propriétaire d’origine, incompatible à un changement de mains ultérieur?

Sur le papier, acheter son jeans d’occasion présente le double avantage d’acquérir un modèle de jean :

-à un prix sensiblement inférieur au prix du neuf, permettant parfois d’accéder à une pièce d’une marque de créateur à laquelle on ne pourrait prétendre “au prix fort”

-qui peut bénéficier d’un rendu vintage, ou un effet usé naturellement, ce que certaines marques de créateur proposent à la revente en tant que modèles “vintage” à des prix qui n’ont rien à voir avec un prix d’occasion

C’est aussi indirectement -car ce n’est pas la motivation première a priori- en ligne avec la tendance éco-responsable en prolongeant d’autant la durée de vie d’un jean; ce qui est d’autant moins insensé que la durée de vie potentielle d’un denim est en moyenne nettement supérieure à celle d’autre type de pantalon (lire l’article “Le saviez-vous : 400 fois“).

Enfin, certaines marques n’hésitent pas à proposer de racheter certains de leur modèles d’occasion pour les revendre en version “vintage” – comme par exemple la marque suédoise NUDIE JEANS.

Dans les faits, d’autres facteurs entrent toutefois en jeu.

D’emblée, il faut mettre l’affectif de côté, nombre d’accros au denim ne pouvant concevoir l’idée même de revendre leur jeans, car c’est une partie d’eux-mêmes, tout comme acquérir un jean d’occasion peut donner l’impression d’acheter une partie de l’histoire de la personne qui l’a préalablement porté.

Par ailleurs, si acheter un jean neuf n’est déjà pas un long fleuve tranquille (lire les articles de la rubrique “Bien choisir son denim“), c’est encore plus compliqué pour un jeans d’occasion, car il ajoute aux incertitudes sur son authenticité (lire l’article “vrai-faux denim : comment les repérer” et “jeans confrefaits : comment les repérer“?) les aléas de son évolution à travers son usage et ses lavages successifs :

-évolution en terme d’aspect (la décoloration par lavages successifs n’est pas maîtrisée comme le délavage que réalisent les marques dans leur processus de fabrication de leurs modèles)

-évolution en terme de fit : la toile denim a tendance à se détendre d’une manière non homogène et selon la morphologie de la personne qui le porte. Ainsi, un modèle d’une taille particulière lorsqu’il est neuf peut avoir évolué d’au moins une demi, voire une taille au niveau de la taille, et dans certains cas la longueur de jambes peut avoir sensiblement évolué -rétréci en l’occurence

-évolution en terme d’usure, allant jusqu’à représenter une fragilité accrue au niveau des zones frottement ou des éraflures originelles

En réalité, il y aura toujours quelques opportunités à dénicher : un jeans de créateur comme un DOLCE & GABBANA, un PAIGE ou un DSQUARED2, très peu porté et vendu à un prix très compétitif. Mais ces opportunités sont rares, car on peut décemment s’interroger sur les raisons qui poussent le vendeur à mettre en vente une telle pièce.

En définitive, acheter un jeans d’occasion est un exercice risqué mais qui peut parfois payer, à certaines conditions: -opter pour un modèle dont les finitions et le colori s’accomodent d’une vieillissement naturel : gare au jeans black, (dont le délavage de la teinte noire n’est pas toujours heureux) ou aux denims brut, qu’il est conseillé de porter longtemps avant le premier lavage précisément parce qu’il fait progressivement corps avec la morphologie de son propriétaire; enfin, évitez les jeans enduit d’occasion, dont la couche d’enduit est fragile et dont l’état peut réserver des surprises en cas d’achat à distance…

-pouvoir essayer l’article avant de l’acheter, pour vérifier sur soi l’effet de la première vie de la pièce en question sur ses dimensions réelles – pas toujours évident via un site de petites annonces

-connaître son origine (demander la facture d’achat est fortement conseillé) et si possible ses condition d’entretien et d’utilisation

C’est donc à chacun(e) de voir si l’économie réalisée justifie de prendre les risques inhérents à l’achat d’un jeans d’occasion.

mondenim.com (c) Copyright 2012