Saga des marques de jeans : PEPE JEANS

mondenim.com (c) Copyright 2012

Tout commence en 1973. C’est au cœur de Portobello Market, le marché de vêtements les plus branché situé sous un pont de Notting Hill, dans l’Ouest de Londres, que les frères Shah (Nitin, Arun et Milan) donnent libre cours à leur vision de la mode en commençant à commercialiser leurs denims sous la marque Pepe Jeans. Mais pas n’importe lesquels : des jeans riches en détails, qui s’adressent à celles et ceux qui refusent le conformisme et la standardisation ambiants.

Le succès ne se fait pas attendre, et la croissance va être rapidement et durablement au rendez-vous. L’accroissement rapide de leur nouvelle société, PEPE (UK) Ltd., leur permet d’ouvrir un magasin sur Kings Road, ainsi qu’un atelier et des bureaux.

L’histoire de PEPE JEANS est marquée par une expansion géographique régulière :
*début de la conquête de l’international, notamment aux Etats Unis et en Irlande (1984), et en Inde (1989)
*années 1990 : arrivée de la marque en France, Italie, Allemagne,Espagne, Pays-Bas, Portugal.
*l’expansion géographique se poursuit dans les années 2000 sur les marchés émergents (Amérique Latine et Asie)

En 2002, PEPE JEANS lance la collection Enfants, qui rencontre un succès immédiat grâce à la qualité de ses fits, puis lance dans la foulée la Collection 73, une ligne de jean super premium teintée de Rock.

Tout au long de son histoire, PEPE JEANS se distingue par un sens artistique aigü teinté de clairvoyance, comme en témoigne la pertinence de ses collaborations et de son choix d’égéries, que ce soit avec les photographes ou les mannequins de ses campagnes: c’est le cas de sa collaboration avec Bruce Weber, l’un des plus photographes de mode les plus talentueux de sa génération, qui va réaliser pour la marque une campagne mettant en scène la top model Bridget Hall, qui fera dans le monde du prêt-à-porter par sa portée esthétique et émotionnelle.
Pepe Jeans a l’occasion de révéler à travers ses campagnes certaines des plus grands top-models, Jason Priestly, Leticia Casta, Ashton Kutcher, Kate Moss, et dernièrement la célèbre trendsetter Alexa Chung.
Autre choix judicieux : le sponsoring que PEPE JEANS signe avec la meilleure écurie F1 du moment : le team F1 Red Bull.

Sans rien n’avoir renié de ses valeurs, la marque PEPE JEANS -la pièce maîtresse du groupe PEPE JEANS qui possède aussi la marque HACKETT- est désormais présente dans 60 pays et distribuée dans plus de 7000 points de vente.

mondenim.com (c) copyright 2012

Le denim “French Touch” a le vent en poupe !

mondenim.com (c) Copyright 2012

Si les Etats-Unis ont longtemps joui d’une position monopolistique sur le marché du denim, d’autres régions du monde ont réussi progressivement à trouver leur place, comme l’Europe, le Japon, mais aussi, surtout pour la production, la Chine, la Turquie ou l’Afrique du Nord.

En Europe, les Pays-Bas (G-STAR, DENHAM), l’Italie (DIESEL, REPLAY) ou la Scandinavie (CHEAP MONDAY, NUDIE JEANS, FILIPPA K) ont tiré leur épingle du jeu ces 15 dernières années. Qu’en est-il du denim en France aujourd’hui?

Impossible de ne pas citer MARITHE & FRANCOIS GIRBAUD (lire l’article dans la rubrique Saga des Grandes Marques), qui a inspiré des générations de jeanneurs depuis leurs débuts, à la fin des années 60.

Il faut également citer la marque FREEMAN T. PORTER, créée en 1993, qui réalise des collections de prêt-à-porter d’inspiration urbaine, et qui se distingue par des modèles de jeans très travaillés.

Créée en 2003 par Maurice Ohayon, NOTIFY a réussi à devenir l’une des références du jeans français à l’étranger; bien décidé à poursuivre son parcours déjà impressionnant en moins de 10 ans, Notify annonce pour 2012 de nouveaux modèles haut de gamme et le lancement d’une collection Enfants.

On peut relever également la bonne santé du denim marseillais, la cité phocéenne ayant su au fil du temps se forger une culture jeans, portée par la « success story » de RICA LEWIS, l’une des premières entreprises installées en France à réussir sur ce marché.
Aujourd’hui, deux des principales marques françaises sont ainsi nées à Marseille : LE TEMPS DES CERISES (créée en 1998, et vendue dans près d’un millier magasins multi-marques en Europe) et KAPORAL 5 (créée en 2003, qui a de fortes ambitions à l’international).

Enfin, un foisonnement de créativité s’exprime dans l’hexagone à travers de jeunes marques françaises aussi ambitieuses que prometteuses, attachées pour la plupart à une approche artisanale et sartoriale de la confection :
*REIKO JEANS, une marque de jeans pour Femme lancée en 2009 à Marseille (eh oui, encore Marseille)
*BLEU DE PANAME, une marque parisienne qui adopte une approche artisanale (à l’instar du Hollandais DENHAM) et qui fait le pari du « Made in France », devenu si rare sur ce marché
*FACONNABLE TAILORED DENIM, qui cherche à revenir aux racines du style français – chic et de bon goût.
*ARON DENIM, également positionné sur le « Made in France », qui emprunte une voie artistique (chaque modèle est numéroté et agrémenté d’éléments graphiques réalisés par des artistes).
*ATELIER LADURANCE,  une marque créée dans le Sud de la France en 2002, qui propose des articles en denim remarquablement soignés, révélée notamment grâce à ses collaborations avec le magasin COLETTE à Paris.

Pour n’en citer que quelques unes…

Le denim « French Touch », porté par ce mélange de créativité et de savoir-faire bien français, semble donc promis à un bel avenir, et entrainera peut être -c’est dans l’ère du temps- le retour du « Made in France » ?

mondenim.com (c) copyright 2012

Existe-t’il un juste prix pour un jeans?

Le retour en grâce du jeans au cours des années 90, l’avènement de nouvelles marques positionnées premium (G-Star, Diesel…) et le passage à l’Euro ont contribué à faire flamber les prix sur la partie moyen-haut de gamme du marché du denim. L’époque où le must du marché était le légendaire Levi’s 501 (R) à 500 Francs (80€) est bien révolue.

Par ailleurs, la dispersion des prix sur le marché n’a jamais été aussi forte : selon les marques et les circuits de distribution, on constate des prix variant de 30€ à plus de 300€, soit un rapport de 1 à 10!

Pour autant, le denim n’échappe pas à la loi de la concurrence et son effet naturel sur le nivellement des prix (les enseignes ont toutes développées ces dernières années une offre denim crédible), ainsi que l’installation durable de la crise qui pèse sur la consommation des ménages.

Il semble bien qu’un seuil de prix pyschologique pour le jean se situe en France autour de 100€: une part considérable du marché étant valorisée entre 75 et 95 €. Au-delà des 100€, la marque doit être capable de justifier son prix par son positionnement et son image, la qualité des coupes et des finitions, la noblesse des matières utilisées, et l’attractivité intrinsèque d’un modèle ou simplement la prime à la nouveauté.

La clientèle féminine, davantage attachée à la mode qu’à une marque particulière, peut ainsi être encline à opter pour des modèles Mode à prix plus raisonnable, comme les proposent les enseignes Zara ou H&M ou des marques prometteuses comme Cheap Monday ou VOI Jeans.

En définitive, c’est avant tout ce que l’on attend de son jeans qui va conditionner le prix auquel on est prêt à l’acheter, et ce indépendamment de son pouvoir d’achat, et qui vont conditionner deux comportements d’achat : d’un côté, l’achat compulsif, plutôt féminin, dicté par la volonté de remplir ses penderies -dans ce cas, la notion de seuil de prix psychologique est importante; de l’autre, un achat plus pondéré, réfléchi, en quête d’un denim que l’on va porter durablement -cet achat concerne aussi bien les femmes que les hommes. Dans le second cas, les clients seront naturellement davantage disposés à accepter des prix élevés.

En conclusion, à l’exception de certains seuils de prix psychologiques (en particulier le cap fatidique des 100€), les tendances contradictoires constatées sur le marché du denim démontrent qu’il n’existe pas de juste prix pour un jeans.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Les marques de denim “mainstream” à la manoeuvre sur le segment Premium

mondenim.com (c) Copyright 2012

Depuis les années 90, les marques de jeans grand public subissent les assauts répétés des marques de luxe ou de nouvelles marques de denim positionnées d’emblée sur le segment premium, et ont dû accuser une érosion de leur parts de marché et une perte d’attractivité de leur marque, notamment auprès d’une clientèle plus jeune.

Ces marques ne pouvaient pas rester sans réagir: l’une des ripostes consiste à s’attaquer au segment haut de gamme (le convoité premium) du marché du jean, par une ligne de produits plus exclusive, plus pointue, et…plus chère.

C’est le cas de Levi’s (R) avec Levi’s Vintage Clothing (R) (lire aussi l’article “Le phénomène “denim vintage”“), et Levi’s Made and Crafted, une forme de riposte aux jeans de créateur par une ligne de denims alliant modernité et inspiration traditionnelle.

C’est aussi le cas du label Blue Bell, ligne haut de gamme de Wrangler lancée en 2008, et produite intégralement en Caroline du Nord, et dont les effets délavés sont réalisés par un procédé au laser, pour un prix de vente autour de 250€.

L’italien Replay réagit également avec sa collection Red Seal, une collection de jeans pour Homme très premium vendus à 299€ (!), décrite comme “une ligne culte de denim supérieur”; les pantalons sont fabriqués en Italie à partir de précieuses toiles denim japonaises, et sont disponibles dans un réseau de boutiques de prêt-à-porter de luxe.

Gap n’est pas en reste, avec sa collection Gap 1969 (célébrant au passage la date de création de la célèbre marque américaine). Gap 1969 s’adresse aux hommes et aux femmes, et apporte un soin particulier aux détails et la qualité de finition de ses modèles, susceptibles de séduire une clientèle exigeante.

Enfin, Lee(R) a également trouvé sa parade avec sa gamme Lee 101 (R).

Ceci pour n’en citer que quelques unes, tant il faut s’attendre à une forte activité des marques grand-public sur ce segment si convoité du denim premium, tant il est créateur de valeur ajoutée, en terme d’image (la démonstration d’un savoir-faire qui impacte l’ensemble de la marque) et de revenus (des marges sensiblement supérieurs sur un segment sur lequel le prix d’achat n’est pas le client, le principal critère de choix).

mondenim.com (c) Copyright 2012

Saga des marques de jeans : LEE

Si Lee® fait partie du cercle très fermé des marques dont l’histoire commence à la fin du XIXème siècle avec la création de la société HD Lee Merc. en 1889 par Henry David Lee, c’est en réalité lorsque ce dernier a l’idée de proposer un vêtement de travail solide et pratique, le fameux Bib Overall, un modèle de salopette en toile denim, en 1911.

1924. Lee® lance une ligne de pantalons en denim Lee Riders 101, destinée aux cowboys et amateurs de rodeo, décidemment une source d’inspiration pour les marques de vêtements américaines de l’époque.

Le succès commercial est au rendez-vous puisqu’en 1937, Lee® est le plus gros fabricant de vêtements de travail des Etats-Unis.

1949. Lee fait à nouveau preuve de clairvoyance en lançant le Lady Lee Riders, l’une des premières gammes de denim pour Femme.

Années 50 : Les jeans Lee entrent dans la légende hollywoodienne, avec une présence remarquée auprès des mythiques James Dean (A l’Est d’Eden) et Marlon Brando (L’équipée sauvage), et qui vont ostensiblement accompagner la popularisation du denim et l’avènement de son positionnement lifestyle.

1976. Lancement de la gamme Ms Lee, pour les jeunes femmes branchées, et qui s’exprime en couleurs avec les Rainbow Pants.
A l’instar des marques emblématiques du rêve américain, Lee® va subir la concurrence des marques de denim émergentes dans les années 1990 et 2000, et engager un important travail de recentrage de la marque sur son ADN -l’authenticité (comme en témoigne la campagne media déployée en Europe depuis 1 an avec la signature ‘A Lee don’t lie’), mais aussi de segmentation de l’offre produits et de ses canaux de distribution (le bon denim proposé au bon endroit).

La ligne Lee 101® témoigne à cet égard de la volonté de la marque de proposer une gamme premium pour hommes, qui s’appuie sur le modèle mythique du même nom, et distribué par quelques magasins, ainsi que la ligne Lee Stretch Deluxe, dans la mouvance des jeans stretch, privilégiant confort et qualité de la coupe (une véritable seconde peau) et destinée à une clientèle féminine.

mondenim.com (c) Copyright 2012

La femme est-elle l’avenir du denim?

En terme de quantités de denims vendus en France par an, les femmes surclassent les hommes. Les femmes sont en effet devenues les plus accros au denim, et offrent un espace de créativité exceptionnel pour les fabricants, qui peuvent compter sur leur appétit de nouveautés d’une saison à l’autre. Ainsi, les collections Femmes sont-elles souvent à l’origine des évolutions stylistiques constatées dans la mode denim, certaines marques étant même dédiées exclusivement aux femmes.

Quel chemin parcouru! Car cela n’a toutefois pas toujours été le cas. Si le denim est porté depuis de 150 ans, c’est pendant près d’un siècle exclusivement par la gente masculine, d’abord pour un usage professionnel, puis lorsqu’il commence à s’impose pour un usage loisirs, après-guerre. Jusqu’aux années 50, le denim est donc une affaire d’hommes.

Puis vient l’idée à certaines femmes de porter un denim, de coupe masculine (c’est l’ancêtre du boyfriend!), puisque très peu de collections existents alors pour femme – une exception notoire : la gamme Lady Lee Rides (R), de Lee.

Ce n’est que dans les années 60 que le denim s’impose dans le vestiaire féminin, sous l’impulsion des premières collections dédiées aux femmes.

Un phénomène qui va s’accélérer à la fin des années 60, époque où le militantisme prônant la libération de la femme est à son apogée. Le denim devient même un symbole politique, vecteur de liberté corporelle nouvelle et de sexualité maîtrisée, bref l’un des facteurs d’accession à l’égalité Homme-Femme réclammée.

Dès lors, le denim va traverser les époques aux côtés des femmes, qu’il s’agisse des années 70 (le denim est le symbole vestimentaire représentant les années hippies), des années 80 (où l’on constate une grande uniformisation des styles denim Homme-Femme), et depuis les années 90 (l’avènement de l’individualisation et la diversification des styles) et jusqu’à nos jours, comme le montre la dernière grande innovation sur le marché: le denim sculptant (pour une silhouette pafaite), qui s’adresse pour le moment exclusivement aux femmes.

Alors, à la question : “La femme est-elle l’avenir du denim?”, la réponse est oui, tant en terme quantitatif (le nombre de denims vendus) que qualitatif (elles sont la principale source d’inspiration sur le marché aujourd’hui).

mondenim.com (c) Copyright 2012