Saga des marques de jeans : ARMANI JEANS

Le styliste italien Georgio Armani fait ses classes chez Nino Cerruti dans les années 60, avant de s’associer avec Sergio Galeotti pour créer sa société Georgio Armani S.p.A, et lancer sa première collection pour Homme. Nous sommes en 1975. La collection Femme ne tardera pas à voir le jour, dès l’année suivante.

L’empire Armani, c’est un modèle de diversification réussie, constitué d’un ensemble de griffes prestigieuses formant un tout extrêmement cohérent et reconnaissable: entre autres, Georgio Armani, Emporio Armani, Armani Junior, Armani Collezioni, Armani baby, Armani Underwear sans oublier Armani Jeans et Armani Casa, pour la maison.

C’est en 1981 que le styliste italien créé Armani Jeans, une ligne de prêt-à-porter qui lui permet d’exprimer sa verve dans un style plus casual, emprunt du raffinement, de la sobriété et du chic maison.

Armani Jeans , c’est une ligne de prêt-à-porter et d’accessoires pour l’Homme et la Femme, au sein de laquelle le denim occupe une place privilégiée ; la gamme denim d’Armani Jeans se caractérise par une variété de jeans aux coupes classiques, des coloris indigo, blanc, noir, gris ou marron, des délavages soignés et des finitions sobres (un recours parcimonieux aux éraflures dans certains cas), et l’utilisation de toiles coton + Elasthanne.

Quiconque à déjà porté un jeans signé AJ Armani Jeans sait ce que veulent dire tenue et confort impeccables, une expérience qui n’est pas sans effet addictif.

En 2011, Armani entame une collaboration prometteuse avec Rihanna, qui devient l’égérie d’Armanie Jeans et Armani Underwear, avant de créer elle-même une collection pour le géant italien: entre autres, un jeans slim, un Boyfriend droit, quelques hauts, articles de lingerie et accessoires.

Armani Jeans est distribuée dans le monde entier, essentiellement en boutiques multi-marques.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Jeans denim culte : le Bottom Up de LIU.JO

C’est en 2008 que la marque de créateur Liu.Jo s’attaque au segment du denim sculptant en créant la proposition Bottom Up, une série de modèles de jeans devenus iconiques, par une valorisation de la silhouette, l’éloge de la féminité, de l’élégance et de la séduction, si chers à ses créateurs.

Liu.Jo Bottom Up, c’est une identité claire et distinctive, fruit d’une recherche permanente sur les matières et les procédés de délavage, d’une solution technique éprouvée -un carré retourné et une pince parfaitement intégrés aux coupes ciselées de chaque modèle, mais aussi d’une créativité picturale et audacieuse.

Encouragé par la qualité de l’accueil que lui réserve l’Italie et la demande croissante à l’étranger, Liu.Jo lance sa ligne Bottom Up en France et d’autres pays européens en 2011. Un lancement unanimement salué, bien servi il est vrai par Kate Moss, nouvelle égérie de la griffe italienne.

Avec Bottom Up, Liu.Jo a réussi le pari de se placer au coeur de l’échiquier du denim sculptant premium; la collection de cet Automne-Hiver accueille d’ailleurs deux nouvelles coupes: le Flair (évasé à partir du genou) et le Beat (résolument patte d’éléphant), proposés en délavages indigo classiques, mais aussi en denims Black ou Grey.

(Lire aussi l’article ‘Saga des marques : Liu.Jo’)

mondenim.com (c) Copyright 2012

Saga des marques de jeans : AG ADRIANO GOLDSCHMIED

En 2000, Adriano Goldschmied crée en Italie sa propre griffe AG Adriano Goldschmied en partenariat avec Yul Ku, de Koos Manufacturing, l’un des fabricants de jeans les plus en pointe en qualité et innovation. C’est le couronnement d’un parcours exceptionnel dans le monde du denim, marqué par le lancement de Diesel avec Renzo Rosso en 1978.

Après des débuts dans une petite boutique, AG Adriano Golschmied a réussi à se faire un nom, devenu synonyme de qualité et design.

A l’automne 2004, fin de la collaboration Goldschmied – Ku : le premier quitte la griffe pendant que le second en prend la direction, bien décidé à rester fidèle « made in the U.S.A. », et poursuivre le développement de AG Adriano Goldschmied avec la même obsession du détail et de la qualité.

La vision d’AG Adriano Goldschmied? Réaliser des jeans « vintage » qui garantissent une silhouette moderne et impeccable. C’est la raison pour laquelle la marque AG a créé la ligne AG-ed Vintage Collection, confirmant son rang dans le secteur du denim premium, grâce à un procédé de délavage révolutionnaire, qui reproduit un rendu comparable à celui d’un jeans porté pendant plusieurs années.

Aujourd’hui, la croissance continue pour AG Adriano Goldschmied, portée notamment l’ouverture de nouvelles boutiques et de nouveaux réseaux de distribution au Canada, en Asie et en Europe.

AG Adriano Goldschmied s’est engagé très tôt dans la fabrication de denim plus propres : tous ses jeans en denim utilisent désormais un procédé de délavage à l’ozone, une solution pour réduire fortement la consommation d’eau, d’énergie et de produits chimiques au cours de la fabrication de ses modèles.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Saga des marques : DOLCE & GABBANA et le jeans


Dolce & Gabbana. Deux noms associés pour former une marque majeure de la mode italienne qui a réussi à s’imposer dans le monde entier, tout en réussissant -plus rare encore- à traverser les époques au firmament de la popularité depuis sa création. Retour rapide sur l’histoire d’une marque devenue mythique.

1985. Les stylistes Domenico Dolce et Stefano Gabbana donnent naissance en Italie à la griffe Dolce & Gabbana, avant de présenter leur première collection Femme, en 1986. Le succès ne tarde pas, le duo créatif voit grand et s’internationalisation à la fin des années 80 au Japon, aux Etats Unis, et bien sûr en Europe.

Constamment en mouvement, la marque se distingue par sa recherche de nouveaux territoires d’expression et de nouvelles collaborations artistiques, montrant ainsi une nouvelle facette de son talent ; c’est le cas en 1990, avec le lancement de sa première collection de prêt-à-porter Homme, en 1992 avec le lancement de sa ligne de parfum pour femme, en 1994 celui de la ligne D&G, plus jeune et casual.

La diversification continue avec les lunettes en 1998, les sous-vêtements, l’horlogerie en 1999 (D&G time), sans oublier la maroquinerie et les chaussures, une collection de prêt-à-porter pour enfants (D&G Junior) en 2001, et plus récemment la cosmétique (2009).

Une telle diversification s’est souvent accompagnée d’un recours aux partenariats sous licences, sur lesquels Dolce & Gabbana, dictés par leur perfectionnisme et leur vision acérée de ce que la marque doit faire ou ne pas faire, vont parfois revenir à partir du début des années 2000, le tout dans un souci de meilleure maîtrise de la production de certaines de ses collections, comme une partie de ses accessoires ou de sa maroquinerie, pour laquelle une division spécifique, avec les chaussures, est créée.

L’implantation de boutiques est l’une des pierres angulaires du succès de la griffe italienne, contribuant au rapport passionnel qui la lie à ses admirateurs. Ainsi se succèdent les ouvertures évenementielles dans la plupart des grandes capitales de la mode dans le monde : Milan, Madrid, Tokyo, Londres, Dubaï, New York, Los Angeles, sans oublier Paris, sur la célèbre rue du Faubourg St Honoré.

Ces dernières années sont également marquées par des collaborations artistiques audacieuses, repoussant toujours les limites du territoire de la marque, comme le moyen d’exprimer autrement, et toujours sans concession, ses valeurs et ses convictions : c’est le cas du partenariat avec Citroën en Italie, ou encore des achitectes de renom pour l’ouverture d’un espace de restauration inédit.

Le denim s’est progressivement imposé comme une pièce majeure des collections Homme et Femme de la marque, expression de son sens du raffinement, de sa maîtrise des détails qui font la différence, sans oublier la réalisation de coupes impeccables : tous les ingrédients pour faire qu’un sentiment va s’imposer en portant un jeans Dolce & Gabbana, outre le bien être : la fierté.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Saga des marques : DSQUARED2 et le jeans

C’est l’histoire de deux mecs… en fait, l’histoire de deux frères jumeaux, Dean et Dan Caten, issus d’une famille nombreuse canadienne, que rien ne prédestinait à l’univers de la mode.

Sauf que très tôt, Dean et Dan se passionnent pour la mode, et, encore enfants, se mettent à dessiner des vêtements pour leurs sœurs.

Et cette passion révèle un authentique talent qui les fait entrer – par la grande porte- dans le monde de la mode. Un parcours royal qui se conjugue toujours à deux.

1983. Intégration de la prestigieuse Parson’s School of Design à New York

1991. Installation en Italie, qui annonce une période de collaborations fructueuses avec les plus grandes marques de mode, avant de présenter leur première collection pour homme. Dsquared2 est née. Nous sommes en 1994.

A travers une succession de collections et de défilés retentissants, Dean et Dan expriment un style qui épouse leur parcours personnel, emprunt d’une irrévérence toute canadienne, d’un raffinement italien hors-pair, d’un sens aigü du détail et de références culturelles extrêmement variées. On ne se refait pas.

Dsquared2 atteint désormais une maturité stylistique qui lui permet de conquérir un plus large public, sans ne rien renier de ses fondamentaux ni de sa vision alternative du luxe, à la fois sexy, provocatrice, et éminemment raffinée ; une vision perpétuellement alimentée par l’inspiration internationale de Dean et Dan, qui partagent aujourd’hui leur vie entre Londres et Milan.

Le denim s’impose parmi les incontournables des collections Dsquared2 , tant il sied à la vision et la démarche créatrice de ses auteurs. Un denimcrafted with the finest italian hands” (confectionné par des mains italiennes expertes)

mondenim.com (c) Copyright 2012

Saga des marques : MISS SIXTY et le jeans

En 1991, Wichy Hassan, le créateur de la marque italienne Energie récidive en créant MISS SIXTY, une ligne plus spécialement dédiée aux adolescentes et jeunes femmes, constituant ainsi progressivement un groupe de Prêt-à-Porter qui compte aujourd’hui dans le monde de la mode : Sixty Group.

Miss Sixty va évoluer avec sa clientèle, s’adressant à un public féminin plus large, sensible aux partis pris de la marque, mélange de féminité, ce qu’il faut de glamour et d’extraversion, et une atmosphère très années 60-70.

Depuis 10 ans, le groupe a élargi considérablement son offre au-delà du jeans et autres pièces en denim, que ce soit des tops, des lunettes, des chaussures, des maillots de bain, des parfums ou encore des accessoires.

Sixty Group a l’ambition de s’affirmer en tant que marque tendance, alliant modernité et design, à travers de la communication classique (Affichage, Presse), et par l’intermédiaire de célébrités, clientes de l’une des deux marques.

Le groupe est présent dans plus de 90 pays.

mondenim.com (c) Copyright 2012