Saga des marques : DOLCE & GABBANA et le jeans


Dolce & Gabbana. Deux noms associés pour former une marque majeure de la mode italienne qui a réussi à s’imposer dans le monde entier, tout en réussissant -plus rare encore- à traverser les époques au firmament de la popularité depuis sa création. Retour rapide sur l’histoire d’une marque devenue mythique.

1985. Les stylistes Domenico Dolce et Stefano Gabbana donnent naissance en Italie à la griffe Dolce & Gabbana, avant de présenter leur première collection Femme, en 1986. Le succès ne tarde pas, le duo créatif voit grand et s’internationalisation à la fin des années 80 au Japon, aux Etats Unis, et bien sûr en Europe.

Constamment en mouvement, la marque se distingue par sa recherche de nouveaux territoires d’expression et de nouvelles collaborations artistiques, montrant ainsi une nouvelle facette de son talent ; c’est le cas en 1990, avec le lancement de sa première collection de prêt-à-porter Homme, en 1992 avec le lancement de sa ligne de parfum pour femme, en 1994 celui de la ligne D&G, plus jeune et casual.

La diversification continue avec les lunettes en 1998, les sous-vêtements, l’horlogerie en 1999 (D&G time), sans oublier la maroquinerie et les chaussures, une collection de prêt-à-porter pour enfants (D&G Junior) en 2001, et plus récemment la cosmétique (2009).

Une telle diversification s’est souvent accompagnée d’un recours aux partenariats sous licences, sur lesquels Dolce & Gabbana, dictés par leur perfectionnisme et leur vision acérée de ce que la marque doit faire ou ne pas faire, vont parfois revenir à partir du début des années 2000, le tout dans un souci de meilleure maîtrise de la production de certaines de ses collections, comme une partie de ses accessoires ou de sa maroquinerie, pour laquelle une division spécifique, avec les chaussures, est créée.

L’implantation de boutiques est l’une des pierres angulaires du succès de la griffe italienne, contribuant au rapport passionnel qui la lie à ses admirateurs. Ainsi se succèdent les ouvertures évenementielles dans la plupart des grandes capitales de la mode dans le monde : Milan, Madrid, Tokyo, Londres, Dubaï, New York, Los Angeles, sans oublier Paris, sur la célèbre rue du Faubourg St Honoré.

Ces dernières années sont également marquées par des collaborations artistiques audacieuses, repoussant toujours les limites du territoire de la marque, comme le moyen d’exprimer autrement, et toujours sans concession, ses valeurs et ses convictions : c’est le cas du partenariat avec Citroën en Italie, ou encore des achitectes de renom pour l’ouverture d’un espace de restauration inédit.

Le denim s’est progressivement imposé comme une pièce majeure des collections Homme et Femme de la marque, expression de son sens du raffinement, de sa maîtrise des détails qui font la différence, sans oublier la réalisation de coupes impeccables : tous les ingrédients pour faire qu’un sentiment va s’imposer en portant un jeans Dolce & Gabbana, outre le bien être : la fierté.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Saga des marques : DSQUARED2 et le jeans

C’est l’histoire de deux mecs… en fait, l’histoire de deux frères jumeaux, Dean et Dan Caten, issus d’une famille nombreuse canadienne, que rien ne prédestinait à l’univers de la mode.

Sauf que très tôt, Dean et Dan se passionnent pour la mode, et, encore enfants, se mettent à dessiner des vêtements pour leurs sœurs.

Et cette passion révèle un authentique talent qui les fait entrer – par la grande porte- dans le monde de la mode. Un parcours royal qui se conjugue toujours à deux.

1983. Intégration de la prestigieuse Parson’s School of Design à New York

1991. Installation en Italie, qui annonce une période de collaborations fructueuses avec les plus grandes marques de mode, avant de présenter leur première collection pour homme. Dsquared2 est née. Nous sommes en 1994.

A travers une succession de collections et de défilés retentissants, Dean et Dan expriment un style qui épouse leur parcours personnel, emprunt d’une irrévérence toute canadienne, d’un raffinement italien hors-pair, d’un sens aigü du détail et de références culturelles extrêmement variées. On ne se refait pas.

Dsquared2 atteint désormais une maturité stylistique qui lui permet de conquérir un plus large public, sans ne rien renier de ses fondamentaux ni de sa vision alternative du luxe, à la fois sexy, provocatrice, et éminemment raffinée ; une vision perpétuellement alimentée par l’inspiration internationale de Dean et Dan, qui partagent aujourd’hui leur vie entre Londres et Milan.

Le denim s’impose parmi les incontournables des collections Dsquared2 , tant il sied à la vision et la démarche créatrice de ses auteurs. Un denimcrafted with the finest italian hands” (confectionné par des mains italiennes expertes)

mondenim.com (c) Copyright 2012

Saga des marques de jeans : CITIZENS OF HUMANITY

mondenim.com (c) Copyright 2012

Le styliste Jerôme Dahan est une figure incontournable du denim premium : il a déjà à son actif de nombreux succès, notamment à travers sa contribution au lancement de 7 FOR ALL MANKIND au début des années 2000.

En 2003, il lance aux Etats Unis CITIZENS OF HUMANITY, une marque de denim de créateur qu’il installe d’emblée parmi les références du marché en terme d’exigence stylistique, de finitions innovantes et l’excellence de ses coupes.

CITIZENS OF HUMANITY propose aujourd’hui des collections pour Femme et pour Homme; le jeans en est une pièce maîtresse, complétée de quelques hauts, le tout dans la plus pure expression de la vision et du talent de Jérôme Dahan.

Distribuée dans une sélection de boutiques réparties dans une cinquantaine de pays dans le monde, CITIZENS OF HUMANITY fait partie des premières marques de denim de luxe à avoir réussi son internationalisation.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Saga des marques : TRUE RELIGION et le jeans

2002. Création par Jeffrey Lubell de True Religion, une marque de denim américaine alliant la qualité, l’authenticité « made in the USA », un look « vintage » et un raffinement intemporel.

Mais pourquoi donc « True Religion » ? Simplement -si l’on peut dire- cela reprend l’idée de son créateur selon laquelle il n’y aurait qu’une seule religion : le peuple. Et comme tout le monde s’habille en jeans… On est assez loin de la pensée de Marx, pour qui “la religion est l’opium du peuple”…

True Religion souhaite s’adresser non pas à ceux qui suivent la mode, mais ceux qui la font, en proposant un large choix de styles et de familles de produits, dans le respect de son credo. Car Lubell affiche la couleur… indigo, lorsqu’il affirme que True Religion repose sur la coupe, la qualité, le style et l’ambition que les hommes et les femmes se sentent bien de corps et d’esprit en portant leur jean denim.

L’histoire de True Religion ne s’invente pas.
Jeffrey Lubell, alors adolescent, a l’habitude de personnaliser des jeans usés avec des pièces en cuir ou en denim, ou en les agrémentant de broderies qu’il réalise personnellement à la main. « C’est là que tout à commencé », admet l’intéressé.

Il utilise son double talent de styliste et d’entrepreneur à bon escient : aux commandes de sa machine à coudre, sa créativité avant-gardiste s’exprime à travers les coutures, les personnalisations à l’envi, à l’attention d’une clientèle femme et homme, pour fabriquer ce que plus tard il dira être ce qu’il sait faire de mieux : des jeans.
Lubell ne doute pas de son destin, et avance avec ténacité : il réussit au forceps à convaincre l’acheteur sceptique pour un magasin de Los Angeles d’être le premier à passer commande de sa collection. Résultat quasi instantané : tout est vendu en deux jours. Et True Religion convertit ainsi ses premiers fidèles.

True Religion doit son succès populaire aux qualités de coupe et de confort reconnues de ses modèles. Mais aussi au fait que chaque modèle était unique, et donc particulièrement adaptées aux velléités d’exprimer son individualité.

Le modèle « Joey » est devenu un modèle culte de la marque qui, grâce à l’originalité de ses coutures et la forme originale de ses poches arrières, a été accueilli avec enthousiasme, aussi bien par des femmes aux foyers que des stars mondiales comme Angelina Jolie ou Jennifer Lopez, sans oublier leurs pendants masculins.

True Religion ne tarde pas à s’exporter dans la crème des magasins de mode en Asie et, progressivement, en Europe. L’occasion aussi de développer une collection pour enfants et juniors, et de tirer son épingle du jeu sur le segment archi-convoité du jeans premium.

True Religion, c’est aujourd’hui une gamme complète de vêtements lifestyle pour toute la famille, dont une gamme de jeans et de vêtements sportswear, ainsi que des accessoires et du parfum; en vente dans une sélection de boutiques dans plus de 50 pays.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Saga des marques de jeans : PAIGE

2004. Création à Los Angeles de Paige (Premium Denim) par l’ex top-modèle Paige Adams-Geller, qui a choisi de mettre à profit son vécu dans l’univers du denim et faire reposer son travail sur un principe simple : il n’est pas nécessaire d’avoir un corps de rêve pour avoir le droit à son jeans de créateur.

Paige Adams-Geller, c’est une experience de 10 ans en tant que mannequin pour des marques de denim de premier plan comme 7 For All Mankind, Citizens of Humanity, ou encore Guess, pour n’en citer que quelques unes; une période intense pendant laquelle elle acquiert son expertise de la mode et des différents inspirations stylistiques.

Le marque de fabrique de la marque Paige? Un savant dosage de décontraction « côte Ouest » et un authentique raffinement, complété d’un recours aux meilleures matières et surtout d’un sens assumé du détail, et proposer ainsi des modèles véritablement avant-gardistes et addictifs, capable de séduire aussi bien journalistes de mode que célébrités ou clientes anonymes.

Après une première collection denim 100% Femme remarquée, Paige lance dans la foulée une collection denim Homme, puis une ligne destinée aux femmes enceintes (2007).

Paige est d’abord distribuée dans quelques boutiques américaines, avant de s’internationaliser progressivement pour être aujourd’hui présente dans les meilleures boutiques d’environ 80 pays.

Le parcours de la marque Paige est l’exemple d’une reconversion réussie, qui n’était pas acquises d’avance.

mondenim.com (c) Copyright 2012