Jeans et denim de A à Z : le jeans strass

mondenim.com (c) Copyright 2012

Source photo : www.les-creatifs.com

Le strass est un cristal constitué d’une quantité importante d’oxyde de plomb -dans certains cas plus de 50%, contre un minimum de 24% dans le cas d’un cristal classique- ce qui lui procure une grande capacité de réfraction, donc un effet très brillant.

Inventé et popularisé au milieu du XVIIIème siècle par Georges Frédéric Strass, joaillier alsacien de son état, le strass s’est progressivement imposé pour imiter à moindre frais le diamant, mais aussi d’autre pierres précieuses comme l’émeraude ou le rubis, grâce à un procédé de coloration par adjonction d’oxydes métalliques.

Fort de ses capacités de réfraction, le strass s’est fait progressivement une place dans le secteur des bijoux fantaisie, mais aussi des accessoires (ceintures, maroquinerie…) et du prêt-à-porter, notamment le jeans.

C’est en effet au cours des années 70 que le strass s’est invité dans la mode denim, à une époque de grande créativité autour du jean, qu’il s’agisse des coupes (l’avènement du jeans évasé) ou des finitions (de nouveaux effets délavés, des personnalisations brodées ou surpiquées…); le procédé est simple : enchâsser des pièces de strass dans la toile denim : on parle de ‘jeans strass’ ou ‘jeans strassé’.

Le jeans strass fait partie des collections jeans Femme de marques s’adressant à une clientèle en général un peu plus jeune, en tout cas encline à porter des vêtements ou accessoires fantaisie, un rien flashy (voire ‘bling bling’ dans certains cas) : c’est le cas de GUESS ou MISS SIXTY.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Jeans et denim de A à Z : le jeans évasé

mondenim.com (c) Copyright 2012

le jeans évasé a fait son apparition en pleine période du mouvement de contre-culture hippie, à la fin des années 60. Il porte aussi le nom de ‘jeans patte d’éléphant‘ ou ‘jean patte d’eph‘.

Un jeans évasé part souvent d’une jambe droite et plutôt ajustée au niveau des cuisses, pour s’élargir à partir du genou jusqu’au revers du pantalon.

Deux variantes principales existent :
-le jeans bootcut, moulant aux cuisses et au bas légèrement évasé
-le jeans flare : taille haute, moulant aux cuisses et aux fesses, bas très évasé.

Omniprésent et très emblématique auprès d’une clientèle de jeunes adultes au cours des années 70, le jeans évasé s’est ensuite éclipsé pendant les années 80 et 90, bousculé par l’avènement du jean stretch (coupes slim ou skinny), avant de revenir dans les années 2000, essentiellement dans les collections jeans Femme; pour Homme, il s’agira souvent plutôt de base de coupes droites ou tapered , modérément ouvertes sous le genou.

Idéal pour les morphologies plutôt minces, le jeans évasé a la particularité de prolonger les jambes en recouvrant une partie des chaussures.

Il ne fait pas partie des best sellers, mais a su progressivement devenir un classique, beaucoup moins daté qu’il ne l’était auparavant. Il s’est notamment imposé dans le vestiaire de nombre de célébrités.

La plupart des marques de denim proposent une offre jean évasé pour Femme, qu’il s’agisse des marques de jeans grand public, qu’elles soient américaines LEVI’S, LEE, WRANGLER ou européennes (Le Temps des Cerises…), mais aussi les marques de jean premium ou de créateurs (7 For All Mankind, Dsquared2, Sass & Bide, J Brand…)

mondenim.com (c) Copyright 2012

Jeans et denim de A à Z : le jeans enduit

mondenim.com (c) Copyright 2012

Le jeans enduit, appelé également « jean huilé », « jeans laqué» ou encore « jeans ciré » (« waxed jeans » dans la langue de Shakespeare), est un jean recouvert d’un enduit translucide qui lui procure un aspect brillant, satiné, et une texture rigide, comme s’il s’agissait d’une toile denim très épaisse.

Le jeans enduit n’est pas sans évoquer le look biker, les codes vestimentaires des motards ayant depuis longtemps adoptés des matières enduites pour des raisons pratiques évidentes.

Le jeans enduit a véritablement commencé à se populariser lors des collections 2007-2008, sous l’impulsion de nombreuses marques, qu’il s’agisse de marques de créateur (NOTIFY, SASS & BIDE), ou de marques de denim comme G-STAR, DIESEL, LEE, WRANGLER, LEVI’S ou encore NUDIE JEANS, de même que des marques de prêt-à-porter généralistes (COMPTOIR DES COTONNIERS)

Le jeans enduit a la particularité d’être une pièce délicate : attention donc d’une part à la qualité de l’enduit du modèle, qui conditionnera sa bonne tenue dans le temps, et surtout à son entretien : nombre de marques recommandent un lavage à sec, ou dans certains cas un lavage à froid.

Il est donc impératif de suivre strictement les instructions d’entretien de l’étiquette du jeans, si l’on ne veut pas voir la couche d’enduit se détériorer ou disparaître rapidement.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Jeans et denim de A à Z : le jeans carotte

mondenim.com (c) Copyright 2012

Le jeans carotte est redevenu tendance depuis 2 à 3 ans, aussi bien dans les collections denim Homme que Femme.

En partie d’inspiration années 50, mais largement remis au goût du jour dans la précision de ses coupes, le jeans carotte est une coupe ample au niveau de la taille et des hanches pour se resserrer progressivement jusqu’en bas, laissant apparaître les chevilles, donnant l’impression d’une coupe en forme de carotte.

Il y a un cousinage certain entre le jean carotte et des coupes comme le Boyfriend (pour son amplitude au niveau des hanches et de la taille), le 7/8 (parce qu’il s’arrête au-dessus des chevilles), ou encore le tapered (parce qu’il s’étroitise progressivement du haut vers le bas du pantalon, mais de manière plus régulière).

Nombre de marques proposent des modèles de jeans carotte dans leurs collections, comme NUDIE JEANS avec son modèle Thin Finn pour Homme (coupe carotte en version étroitisée), ou encore DENHAM avec son modèle Apache Tapered Bow Jean pour homme.

D’abord regardé d’un oeil circonspect, force est de constater que le jean carotte trouve aujourd’hui sa place dans la palette des coupes de jeans qui comptent dans la mode Homme et Femme, même s’il n’est pas rare qu’un modèle adopte cette coupe sans que la marque le définitisse pour autant comme tel.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Jeans et denim de A à Z : le jeans de créateur

mondenim.com (c) Copyright 2012

Le retour en grâce du denim au cours des années 90 doit beaucoup à l’intérêt qu’il a réussi à susciter au sein du monde des créateurs de mode, qu’il s’agisse de stylistes ou couturiers de renom -ravis d’exprimer leur talent à travers une pièce basique et universelle, ou de jeune créateurs -bien décidés à se faire un nom en commençant par cette figure imposée qu’est le jean.

C’est ce qui a donné naissance à une nouvelle catégorie, jadis extrêmement confidentielle : le jean de créateur, que l’on pourrait définir comme un jean premium (son prix fait partie des plus élevés sur le marché), réalisé en petite série et distribué en boutiques de prêt-à-porter de luxe. Mais ce qui définit aussi le jeans de créateur, c’est la qualité de son fit, l’esthétique de ses coupes et, en général, son haut niveau de confort.

Le jeans de créateur doit beaucoup à la tradition sartoriale de l’Italie (“sartore” signifie “tailleur” en italien) : c’est la raison pour laquelle on compte de nombreuses marques italiennes dans cette catégorie prestigieuse : qu’il s’agisse de JACOB COHEN, DOLCE & GABBANA, PATRIZIA PEPE, VERSACE.

Le denim de créateur s’impose aussi aux Etats Unis (des marques comme HUDSON JEANS, SIWY, PAIGE, ou encore J BRAND), en Australie (SASS AND BIDE) ou en France (NOTIFY)

Le jeans de créateur est une pièce très convoitée : les célébrités en raffolent et ne s’en cachent pas, comme en témoigne la profusion de clichés diffusés dans la presse people ou à travers des blogs spécialisés.
Mais cela reste une pièce de luxe élitiste, définitivement pas à la portée de toute les bourses : le prix d’une certaine forme d’exclusivité, antithèse de la standardisation que l’on peut rencontrer aujourd’hui dans le prêt-à-porter.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Jeans et denim de A à Z : l’Effet usé

mondenim.com (c) Copyright 2012

L’Effet usé (ou “vieilli“) est une tendance majeure de la mode jeanswear : il sublime l’une des caractéristiques intrinsèques à la toile denim : celle de se patiner avec le temps, c’est à dire de se bonifier progressivement comme un beau cuir, faisant de l’usure naturelle une marque de personnalisation et de vécu valorisante, quand elle n’est que faute de goût ou manque de soin rédhibitoire pour la plupart des autres matières.

Bien entendu, l’Effet usé s’obtient naturellement au fur et à mesure que l’on porte et que l’on lave son jean.
Mais il est surtout aujourd’hui beaucoup utilisé par les marques de denim dans la réalisation de certains de leurs modèles, pour les personnaliser et faire ressortir la subtilité chromatique ou structurelle de la toile denim.
C’est dans ce cas-là une sorte d’anti jeans brut, qui lui est préservé de tout procédé de vieillissement préalable.

L’Effet usé fait appel aux procédés de délavage classiques, qu’il s’agisse du Stone Wash ou du Stone Bleached, mais aussi les procédés plus récents, comme le Wattwash de Marithé et François Girbaud ou le traitement à l’ozone du Temps des Cerises.

Il est aussi question des méthodes de personnalisation par les éraflures, plus ou moins marquées, pour un style plus ou moins trash.

Le recours à l’Effet usé est partie intégrante du style jean vintage, qu’il s’agisse de délavages plus marqués au niveau des plis ou des cuisses, ou encore d’éraflures de toute nature.

Les marques de denim rivalisent aujourd’hui de créativité et d’audace dans leur utilisation maîtrisée du vieillissement de leurs modèles, qu’ils s’agissent des marques de créateurs comme DSQUARED2 ou DOLCE & GABBANA, ou de marques de denim comme G-STAR ou DIESEL.

mondenim.com (c) Copyright 2012