Génération jeans denim : SELAH SUE

mondenim.com (c) Copyright 2012

Selah Sue en live                    Photo Jérôme Pouille

Autant le dire tout de suite : nous sommes fan de Selah Sue, musicienne belge, à la fois auteur, compositeur, chanteuse et guitariste.

Remarquée dans l’émission Taratata aux côtés de Ben L’Oncle Soul, adoubée par des pairs ô combien prestigieux – elle fait en 2010 les premières parties de Prince ou Keziah Jones- Selah Sue a déjà su, à seulement 23 ans, imposer son style sur la scène musicale europénne, mélange de tendances Ragga, Soul et Reggae, d’abord à travers des reprises inspirées (notamment des titres de The Zutons),mais aussi et surtout avec ses propres compositions, regroupées dans un premier album qui fera date : l’album “SELAH SUE”, paru en 2011, énorme succès commercial, riche de titres incontournables comme Raggamuffin, Cray Vibes, This World, Explanation, Please (en duo avec Cee-Lo Green), ou -notre préférée Fyah Fyah.

A partir de 2010, Selah Sue se produit beaucoup sur scène, que ce soit dans divers festivals, en Belgique (Les Nuits Botaniques, Les Ardentes, ou Pukkelpop), aux Pays-Bas , en Suisse ou en France (Les Eurockéennes de Belfort), ou à travers sa propre tournée, souvent à guichet fermé.

Selah Sue fait partie des artistes pour laquelle le qualificatif “prometteuse” n’est pas usurpé; les Etats-Unis semblent d’ailleurs être une prochaine étape de cette carrière fulgurante… à suivre.

Si Selah Sue se produit dans des tenues vestimentaires variées, le denim reste un incontournable de sa garde-robe, en totale affinité avec son style, ses valeurs, pour tout dire sa génération.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Le denim s’invite aux Journées européennes du Patrimoine

mondenim.com (c) Copyright 2012

Les 29èmes Journées européennes du Patrimoine 2012 se sont déroulées le week end du 15 et 16 septembre 2012, et ont rencontré comme chaque année un beau succès populaire en France, avec une affluence supérieure à 12 millions de visiteurs sur le territoire.

Ces journées offrent l’occasion de découvrir des édifices publics prestigieux (Palais de l’Élysée, la star absolue, le Quai des Orfèvres, le Sénat, les ministères et ambassades, mais aussi des théâtres, des hôpitaux) et privés (châteaux, usines…) qui ouvrent exceptionnellement leurs portes pour dévoiler leur histoire et leurs trésors parfois bien cachés.

“Patrimoines cachés”, c’est justement le thème des Journées européennes du Patrimoine 2012; un thème qui a donné l’idée aux Galeries Lafayette de Metz de rendre hommage à certaines marques emblématiques et parfois très anciennes, en exposant quelques unes de leurs premières créations.

Parmi ce Hall of Fame, des marques de lingerie, de maroquinerie ou encore de confection, parmi lesquelle… la marque LEVI’S : une reproduction d’un modèle datant des années 1890-1901, le LEVI’S SPUR BITE, a ainsi été exposée, dévoilant sa coupe fonctionnelle – le jeans était à l’époque un vêtement de travail- et sa dimension super vintage, rapiécé et délavé naturellement, comme il se devait à l’époque.

L’occasion de rappeler que le denim fait partie intégrante de l’histoire du prêt-à-porter, une forme d’expression artistique qui fait partie intégrante de notre patrimoine socio-culturel.

mondenim.com (c) Copyright 2012

La rentrée littéraire s’habille en jeans denim

mondenim.com (c) Copyright 2012

L’heure de la rentrée littéraire a sonné en France : une déferlante de romans est en train de s’abattre sur les rayons des librairies, avec son lot de bonnes (et moins bonnes) surprises.

A cette occasion, les media offrent une visibilité particulière aux écrivains, révélations ou déjà confirmés, qui sont souvent loin de bénéficier de la notoriété de Michel Houellebeck ou d’Amélie Nothomb.

Et c’est en parcourant les différents dossiers et articles sur les nouveaux romans et leurs auteurs qu’une évidence apparaît : la rentrée littéraire a choisi le jeans denim comme code vestimentaire.

La preuve? Le dossier spécial Rentrée littéraire en une du numéro des Inrockuptibles, daté du 22 au 28 août 2012.

En guest star, Philippe Djian pour la sortie de son dernier opus au titre énigmatique ‘Oh…‘ (Gallimard), posant à plusieurs reprises en jeans.
Pour les besoin de la photo, le denim a été également choisi dans le dossier des Inrockuptibles par Aurélien Bellanger (pour son premier roman ‘La théorie de l’information’ (Gallimard), Tristan Garcia (‘Les cordelettes de Browser’ (Denoël)), Cécile Guilbert en jeans brut (‘Réanimation’ (Grasset)), Claro en jeans avec éraflures (‘Tous les diamants du ciel’ (Acte Sud)), Pauline Klein (‘Fermer l’oeil de la nuit’ (Allia)) ou encore Joy Sorman en jeans slim (‘Comme une bête’ (Gallimard)).

Une forme de plébiscite pour la toile indigo qui n’a rien d’étonnant, tant le jean a le pouvoir absolu d’incarner une tendance ‘casual chic’ et des valeurs de liberté que nombre d’auteurs et d’écrivains revendiquent.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Génération denim : Gemma Arterton et le jeans

mondenim.com (c) Copyright 2012

Photo : Gemma Arterton pour G-STAR - (c) G-STAR

Diplômée de la Royal Academy of Dramatic Art (RADA) de Londres, Gemma Arterton est une actrice britannique dont la jeune carrière a démarré pour la télévision, dans le téléfilm ‘Capturing Mary’ (réalisé par Stephen Poliakoff pour la BBC en 2007), et au théâtre, dans la pièce ‘Peine d’amours perdues’, de Shakespeare.

Mais c’est le cinéma qui va propulser Gemma Arterton au rang de Star, d’abord avec son rôle dans le James Bond ‘Quantum of Solace’ (Marc Foster, 2008, avec Daniel Craig et Mathieu Amalric), puis dans la comédie ‘Good Morning England’ (Richard Curtis, 2009, avec Philip Seymour Hoffman), avant d’enchaîner les premiers rôles féminins dans ‘Le choc des titans’ (Louis Leterrier, 2010, aux côtés de Liam Neeson et Ralf Fiennes), ‘Prince of Persia’ (Mike Newell, 2010, avec Jake Gyllenhaal), ‘Tamara Drewe’ (Stephen Frears, 2010, avec Roger Allan), ou encore prochainement ‘Byzantium’ (Neil Jordan, 2012, avec Caleb Landry Jones).

C’est autant pour une carrière pleine de promesses (déjà récompensée du prestigieux prix du Meilleur Espoir Féminin aux BAFTA Films Awards) que pour sa personnalité, son indépendance d’esprit et son élégance sans ostentation que la marque de denim hollandaise G-STAR a choisi Gemma Arterton comme égérie pour représenter pour sa Collection Femme en 2011.

Gemma Arterton, c’est tout simplement un style en affinité avec l’idée que se fait G-STAR du jeans, de ses influences brutes et de ses valeurs, à l’instar de Vincent Gallo, et plus récemment Caleb Landry Jones, choisis successivement ces 2 dernières années pour représenter la collection Homme de la marque.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Generation denim : Tobey Maguire et le jeans

mondenim.com (c) Copyright 2012

Photo : Tobey Maguire version 'casual'

Tobey Maguire est un acteur américain surtout connu pour avoir incarné le célèbre Peter Parker dans les 3 opus Spider Man pour le cinéma (2002, 2004 et 2007). Pour autant, sa filmographie ne se limite pas au personnage de l’homme araignée -celui qui a eu le malheur de croiser une araignée : une vingtaine de 20 rôles à son actif en deux décennies.

Repéré notamment par Ang Lee qui lui permet de donner la réplique à Kevin Kline dans ‘Ice Storm’ (1996), Tobey Maguire obtient un rôle dans ‘Harry dans tous ses états’ (Woody Allen, 1997). Les rôles vont alors s’enchaîner pour le grand ami de Leonardo DiCaprio, qu’il s’agisse de ‘Pleasantville’ (Gary Ross, 1998), ‘Las Vegas Parano’ (Terry Gilliam, 1998), ‘Chevauchée avec le diable’ (à nouveau Ang Lee, en 1999), ‘Wonder Boys’ (Curtis Hanson, 2000, aux côtés de Michael Douglas), ou encore ‘The good German’ (Steven Soderbergh, 2006) et ‘Tonnerre sous les Tropiques’ (Ben Stiller, 2008).

Sa notoriété offre à Tobey Maguire une couverture mediatique intense, aussi bien pour relayer son activité cinématographique que ses apparitions non officielles. L’occasion de découvrir l’acteur américain tantôt en version ‘chic’ (façon costume), tantôt en version ‘casual’ (façon jeans denim loose + tee shirt basique).

Deux facettes d’une seule et même personne, tel Docteur Peter Parker et Mister Spider Man.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Jeans denim et politique française : une vague indigo?

mondenim.com (c) Copyright 2012

Photo © Olivier Laban-Mattei/NEUS pour M, Le magazine du Monde

Ex garde des Sceaux, ex membre du premier cercle au sein de la Sarkozie, Rachida Dati connaît un certain retour en grâce depuis le début de l’année 2012, lorsque Nicolas Sarkozy est venu lui demander de lui prêter main forte dans la rude bataille des dernières élections présidentielles en France.

Actuelle maire du VIIème arrondissement de Paris, Rachida Dati a finalement laissé la circonscription qu’elle convoitait à l’ancien premier ministre François Fillon pour les dernières élections législatives, non sans régler quelques comptes avec ce dernier par media interposés, et tout en revenant sur le devant de la scène politique et médiatique.

Dotée d’une garde-robe qui trahit un goût prononcé pour la mode – et le shopping, Rachida Dati est aussi à l’aise en jupe droite et veste – version Cabinets Ministériels ou Mairie du VIIème- que dans un jeans denim bootcut parfaitement ajusté et en pull cachemire en V, comme lors de récentes sorties publiques, l’occasion pour elle de mesurer sa cote de popularité.

Ajouté à cela l’apparition récente de Cécile Duflot au conseil des Ministres en jeans (lire l’article ‘Le jeans denim politiquement correct : c’est maintenant?’) , cela nous amène à dresser deux constats :

-le jean n’a pas d’étiquette… politique

-en plus d’une récente vague rose, il semble bien qu’on assiste également actuellement au déferlement d’une vague indigo… au moins dans le vestiaire de nos représentants politiques.

mondenim.com (c) Copyright 2012