Génération jeans denim : Jake Bugg

mondenim.com (c) Copyright 2013

 

(c) R. Saker – The Observer

Se faire un nom dans le monde musical actuel est déjà une performance. Mais se faire un nom en l’espace de quelques mois, et à à peine 18 ans, cela relève carrément de l’exploit.

C’est justement ce qu’a réussi en 2012 le musicien britannique Jakob Kennedy alias Jake Bugg, pour qui tout paraît simple : première guitare à 12 ans, première émission musicale à 16 ans, premier album (éponyme) – et premier succès- à 18 ans.

L’album (de) Jake Bugg (Mercury Records) propose 10 titres ciselés, savant métissage de tendances folk, rock, countries et de blues, dont le succès n’a pas tardé à dépasser les frontières du Royaume-Uni.

L’expression ‘retenez bien son nom’ paraît donc particulièrement appropriée lorsque l’on évoque la personne de Jake Bugg, manifestement aussi à l’aise sur scène qu’en studio d’enregistrement et digne représentant de la Génération Y, pour qui le denim est vraiment une seconde peau.

mondenim.com (c) Copyright 2013

Génération denim : Romain DURIS et le jeans

mondenim.com (c) Copyright 2012

Photo : Romain Duris

Romain Duris est un acteur français révélé au grand public à l’âge de 20 ans dans le Péril jeune (Cédric Klapisch, 1994), et qui totalise aujourd’hui plus d’une trentaine de rôles pour le cinéma,  avec des réalisateurs aussi différents que Tony Gatlif (‘Gadjo Dilo’ en 1997 et ‘Je suis né d’une cigogne’en 1998), Olivier Dahan (‘Déjà mort’ en 1997, ‘Le petit poucet’ en 2001), Jacques Audiard (‘De battre mon cœur s’est arrêté’, 2005), Laurent Tirard (‘Molière’, 2007), Christophe Honoré (‘Dans Paris, 2006), Jean-Paul Salomé (‘Arsène Lupin’, 2004) ou encore Pascal Chaumeil (le savoureux ‘L’Arnacoeur’, 2010, avec François Damiens et Vanessa Paradis)

Acteur fétiche de Cédric Klapisch pour lequel il tourne dans ‘Chacun cherche son chat’ en 1996, ‘Peut être’ en 1998, ‘L’auberge espagnole’ en 2002, ‘Les poupées russes’ en 2005 et ‘Paris’ en  2008, Romain Duris est un acteur très polyvalent qui s’approprie ses rôles, grâce à  son jeu tout en finesse et sensibilité, ainsi qu’une classe naturelle qui lui permet de porter aussi avantageusement la tenue de soirée (version chic) qu’un look jeans denim + chemise blanche ou col en V (version casual chic – voir la photo en médaillon), comme en témoigne le supplément ‘Style’ de L’Express, daté  fin octobre 2012), dans lequel il présente plusieurs looks tendance, dont celui de la couverture, vêtu d’un jeans The Kooples.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Génération denim : Matthias SCHOENAERTS

mondenim.com (c) Copyright 2012

Photo : Matthias Schoenarts

 Depuis le Festival de Cannes 2012, le téléphone de Matthias SCHOENAERTS n’arrête plus de sonner. Pourquoi ? Parce que son interprétation aux côtés de Marion COTILLARD dans le film « De rouille et d’os », le dernier opus de Michel Audiard, a marqué les esprits, tant du côté du grand public que de ses pairs; ll est aujourd’hui sollicité pour tourner des deux côtés de l’Atlantique.

Quelles sont les recettes du succès fulgurant de Matthias SCHOENAERTS, que l’on compare parfois à Robert de Niro, son illustre ainé ? En voici quelques unes :
-sa  personnalité, mélange de sensibilité, d’authenticité et de virilité, qui crève l’écran
-beaucoup de travail, avec un engagement qui frise l’excès et qui n’est pas sans rappeler la performance du même de Niro dans « Ragin Bull » : il a ainsi pris près de 30 kg pour réaliser une interprétation impressionnante dans le film « Bullhead », de Michaël R. Roskam (2011), probablement l’un des deux films les plus importants de sa carrière à ce jour avec celui de Michel Audiard
–de l’expérience. Matthias SCHOENAERTS est tout sauf un jeune premier. A 35 ans, il a déjà près de 20 ans de carrière et plus de 20 rôles pour le cinéma ou la télévision
-le tout couronné par un physique qui n’est pas pour le desservir.

Last but not least, Matthias SCHOENAERTS semble gérer parfaitement l’accélération fulgurante de sa carrière au cours de ces derniers mois, un peu comme s’il s’y était préparé -preuve d’une maturité et d’une humilité qui sont l’apanage des plus grands, et en sachant se protéger, ce qu’il donne l’impression de mimer sur la photo en médaillon.

Le rapport de tout cela avec le denim ? A première vue aucun. Si ce n’est que Matthias SCHOENAERTS porte parfaitement –entre autres- le jeans, mais aussi et surtout que ses valeurs et son tempérament sont en résonance avec l’esprit denim.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Génération jeans denim : SELAH SUE

mondenim.com (c) Copyright 2012

Selah Sue en live                    Photo Jérôme Pouille

Autant le dire tout de suite : nous sommes fan de Selah Sue, musicienne belge, à la fois auteur, compositeur, chanteuse et guitariste.

Remarquée dans l’émission Taratata aux côtés de Ben L’Oncle Soul, adoubée par des pairs ô combien prestigieux – elle fait en 2010 les premières parties de Prince ou Keziah Jones- Selah Sue a déjà su, à seulement 23 ans, imposer son style sur la scène musicale europénne, mélange de tendances Ragga, Soul et Reggae, d’abord à travers des reprises inspirées (notamment des titres de The Zutons),mais aussi et surtout avec ses propres compositions, regroupées dans un premier album qui fera date : l’album “SELAH SUE”, paru en 2011, énorme succès commercial, riche de titres incontournables comme Raggamuffin, Cray Vibes, This World, Explanation, Please (en duo avec Cee-Lo Green), ou -notre préférée Fyah Fyah.

A partir de 2010, Selah Sue se produit beaucoup sur scène, que ce soit dans divers festivals, en Belgique (Les Nuits Botaniques, Les Ardentes, ou Pukkelpop), aux Pays-Bas , en Suisse ou en France (Les Eurockéennes de Belfort), ou à travers sa propre tournée, souvent à guichet fermé.

Selah Sue fait partie des artistes pour laquelle le qualificatif “prometteuse” n’est pas usurpé; les Etats-Unis semblent d’ailleurs être une prochaine étape de cette carrière fulgurante… à suivre.

Si Selah Sue se produit dans des tenues vestimentaires variées, le denim reste un incontournable de sa garde-robe, en totale affinité avec son style, ses valeurs, pour tout dire sa génération.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Génération denim : Gemma Arterton et le jeans

mondenim.com (c) Copyright 2012

Photo : Gemma Arterton pour G-STAR - (c) G-STAR

Diplômée de la Royal Academy of Dramatic Art (RADA) de Londres, Gemma Arterton est une actrice britannique dont la jeune carrière a démarré pour la télévision, dans le téléfilm ‘Capturing Mary’ (réalisé par Stephen Poliakoff pour la BBC en 2007), et au théâtre, dans la pièce ‘Peine d’amours perdues’, de Shakespeare.

Mais c’est le cinéma qui va propulser Gemma Arterton au rang de Star, d’abord avec son rôle dans le James Bond ‘Quantum of Solace’ (Marc Foster, 2008, avec Daniel Craig et Mathieu Amalric), puis dans la comédie ‘Good Morning England’ (Richard Curtis, 2009, avec Philip Seymour Hoffman), avant d’enchaîner les premiers rôles féminins dans ‘Le choc des titans’ (Louis Leterrier, 2010, aux côtés de Liam Neeson et Ralf Fiennes), ‘Prince of Persia’ (Mike Newell, 2010, avec Jake Gyllenhaal), ‘Tamara Drewe’ (Stephen Frears, 2010, avec Roger Allan), ou encore prochainement ‘Byzantium’ (Neil Jordan, 2012, avec Caleb Landry Jones).

C’est autant pour une carrière pleine de promesses (déjà récompensée du prestigieux prix du Meilleur Espoir Féminin aux BAFTA Films Awards) que pour sa personnalité, son indépendance d’esprit et son élégance sans ostentation que la marque de denim hollandaise G-STAR a choisi Gemma Arterton comme égérie pour représenter pour sa Collection Femme en 2011.

Gemma Arterton, c’est tout simplement un style en affinité avec l’idée que se fait G-STAR du jeans, de ses influences brutes et de ses valeurs, à l’instar de Vincent Gallo, et plus récemment Caleb Landry Jones, choisis successivement ces 2 dernières années pour représenter la collection Homme de la marque.

mondenim.com (c) Copyright 2012

Generation denim : Tobey Maguire et le jeans

mondenim.com (c) Copyright 2012

Photo : Tobey Maguire version 'casual'

Tobey Maguire est un acteur américain surtout connu pour avoir incarné le célèbre Peter Parker dans les 3 opus Spider Man pour le cinéma (2002, 2004 et 2007). Pour autant, sa filmographie ne se limite pas au personnage de l’homme araignée -celui qui a eu le malheur de croiser une araignée : une vingtaine de 20 rôles à son actif en deux décennies.

Repéré notamment par Ang Lee qui lui permet de donner la réplique à Kevin Kline dans ‘Ice Storm’ (1996), Tobey Maguire obtient un rôle dans ‘Harry dans tous ses états’ (Woody Allen, 1997). Les rôles vont alors s’enchaîner pour le grand ami de Leonardo DiCaprio, qu’il s’agisse de ‘Pleasantville’ (Gary Ross, 1998), ‘Las Vegas Parano’ (Terry Gilliam, 1998), ‘Chevauchée avec le diable’ (à nouveau Ang Lee, en 1999), ‘Wonder Boys’ (Curtis Hanson, 2000, aux côtés de Michael Douglas), ou encore ‘The good German’ (Steven Soderbergh, 2006) et ‘Tonnerre sous les Tropiques’ (Ben Stiller, 2008).

Sa notoriété offre à Tobey Maguire une couverture mediatique intense, aussi bien pour relayer son activité cinématographique que ses apparitions non officielles. L’occasion de découvrir l’acteur américain tantôt en version ‘chic’ (façon costume), tantôt en version ‘casual’ (façon jeans denim loose + tee shirt basique).

Deux facettes d’une seule et même personne, tel Docteur Peter Parker et Mister Spider Man.

mondenim.com (c) Copyright 2012