Le niveau de maturation : un moyen de structurer l’offre de jeans denim ?

mondenim.com (c) Copyright 2013

Pas facile de décrire avec précision la teinte d’un jeans parmi une infinie variété de nuances d’indigo du plus foncé au plus délavé.

Au fil du temps, les marques de denim ont élaboré chacune leurs propres procédés de coloration et de délavages, et rivalisé de créativité dans les noms de leurs modèles : Stone Rinse, One Wash, mais aussi Dark Blue, Crystal Blue, Blue Reborn, Royal Rinse, Solid Blue, Indigo Crushed, Contrast indigo ou encore Clean Wash…

Au point que pour se faire l’idée de la couleur d’un jean, la meilleure solution reste de regarder sa toile denim.

Une devinette : quel est le point commun entre certains fromages (Parmesan, Comté…), certains alcools (Rhum, Porto…) et le denim? Pas grand-chose à première vue? Et bien si : ces produits évoluent tous sous l’effet du temps : l’affinage pour le fromage, le viellissement en fût pour certains alcools, et le délavage pour le denim.

Si la maturation, en tant qu’effet du temps, est utilisée pour structurer l’offre de certains produits alimentaires (le Comté -de 6 mois à 24 mois ou le Porto -5 ans à 15 ans d’âge, voire davantage-), qu’en est-il pour le jeans?

Avec l’avènement de la mode vintage dans le prêt-à-porter, l’empreinte si particulière qu’ a le temps sur le jean et la parfaite maîtrise par les denimiers des procédés de délavage de la toile denim, on peut tout à fait imaginer qu’à un degré de délavage donné corresponde une équivalence en terme de durée d’utilisation : ainsi un jeans vintage équivalent à 2 ans de maturation sera logiquement plus délavé qu’un jean à 6 mois d’âge.

C’est en tout cas l’approche que commencent à adopter certaines marques, parmi lesquelles la marque de denim californienne KORAL LOS ANGELES avec sa ligne “Lived For length“, qui propose des nuances de délavage de 0 (brut) à 48 mois, ou encore EDWIN, qui propose au sein de sa gamme SEN un assortiment de modèles dont le délavage est l’équivalent d’un jeans de 1 an, 2 ans et 4 ans d’âge.

mondenim.com (c) Copyright 2013

Saga des marques de jeans : KORAL LOS ANGELES

mondenim.com (c) Copyright 2013

KORAL LOS ANGELES a été créé pour revenir aux fondements-mêmes de ce qui fait un Grand jeans, véritable triptyque de la toile denim : qualité des matières, finitions raffinées et coupe impeccable.” C’est autour de ce triptyque consubstantiel à la toile denim que David Koral définit son projet, sa Marque.

KORAL LOS ANGELES, c’est un peu l’héritage d’un véritable enthousiasme pour le jeans, celui de plusieurs générations de créateurs, les pionniers du jeans premium qui en ont fait la quintessence de la représentation de la mode chic et de tous les jours. Tout autant que le résultat d’une passion créatrice pour le denim et sa capacité à se réinventer perpétuellement.

La quête des meilleures matières ? Elle se traduit pour KORAL LOS ANGELES par la collaboration avec certaines des meilleures filatures du monde.

La perfection des coupes ? Elle se manifeste par un travail inlassable, fait d’ajustements permanents à travers différentes étapes de délavages, d’essayages et de prototypages.

Le raffinement des finitions ? Il s’exprime par l’exploitation de toutes les propriétés chromatiques de la toile denim, et de personnalisations réalisées à la main.

Dans le souci de restituer l’effet du temps sur ses jeans, KORAL LOS ANGELES a développé la collection LIVED FOR LENGTH, qui propose des jeans équivalents à une maturation allant de 0 (brut) à 48 mois. Une précision qui ne manque pas d’intérêt. Et qui révèle le perfectionnisme et la maîtrise technique de la marque de la Côte Ouest.

Encore peu distribuée en Europe, force est de constater que KORAL LOS ANGELES a des choses à dire, et porte la promesse de parvenir à trouver sa place dans le secteur pourtant très concurrentiel du denim premium. A suivre…

mondenim.com (c) Copyright 2013

LES SOLDES MONDENIM.COM : c’est maintenant ou jamais !

Les Soldes d’hiver ont commencé, avec leur lot de bonnes affaires.

MONDENIM.COM a mis les petits plats dans les grands, en proposant des réductions de prix immédiates sur tous ses jeans et ceintures de la saison Automne Hiver 2012, des réductions pouvant atteindre -50% !

En plus, MONDENIM.COM continue à assurer tous ses services pendant les Soldes :
-Expédition sous 24H (et le jour même si la commande est validée le matin jusqu’à 11 heures)
-Livraison gratuite en France et dans plusieurs pays en Europe
-Retour gratuit*
-Chaque jeans est livré dans son sac de rangement  exclusif

Et toujours, les conseils MONDENIM.COM pour bien choisir son jeans : par téléphone au 03 87 201 281,en utilisant le configurateur à partir de ses mensurations, ou en consultant les guides des tailles spécifiques à chaque modèle et disponibles dans les fiches produit.

Alors, rendez-vous sur www.mondenim.com : attention, c’est dans la limite des stocks disponibles!

*pour les retours expédiés de France métropolitaine

mondenim.com (c) Copyright 2013

Génération jeans denim : Nicholas Hoult

mondenim.Com (c) Copyright 2013

Photo : Nicholas Hoult

Nicholas Hoult est un acteur britannique dont la carrière commence particulièrement tôt : il n’a que 7 ans lorsqu’il décroche son premier rôle au cinéma, dans le film « Intimate Relations ».

C’est après plusieurs rôles secondaires pour le cinéma et la télévision que Nicholas Hoult décroche un rôle dans la série Skins, révélant différentes facettes de son talent, notamment sa capacité à jouer dans une comédie ; nous sommes alors en 2007, il n’a que 18 ans.

Depuis, Nicolas Hoult a joué notamment dans le film ‘A single man’ (Tom Ford, 2009), ‘X-Men : Le commencement’ (Matthew Vaughn, 2011), et incarnera prochainement un gentil zombie dans ‘Warm Bodies’, de Jonathan Levine.

A 23 ans, Nicholas Hoult fait partie des acteurs plein de promesses à qui tout réussit – comme en témoigne sa collaboration en tant que mannequin avec la marque Tom Ford – et à qui tout va – du costume ajusté au style preppy, en passant par l’incontournable jeans + sneakers.

mondenim.com (c) Copyright 2013

Le jeans skinny, un incontournable du look “hipster”

mondenim.com (c) Copyright 2013

Photo : source Blog.tropismes.net

Désignant après guerre des amateurs de jazz bebop adoptant une attitude cool et volontiers anti-conformiste, le terme ‘hipster’ est revenu en force à l’aube des années 2010, d’abord à Brooklyn puis progressivement dans les grandes villes européennes, pour désigner des hommes et des femmes de 20/30 ans branchées, au look travaillé, adeptes de l’ironie en toute circonstance et d’une certaine forme de contre-culture, ainsi que du vélo à pignon fixe et de la tablette de marque américaine.

Mais au fait, c’est quoi le look hipster ? Un ensemble assez composite constitué d’une paire de lunettes à grosses montures, d’une chemise à carreaux façon bûcheron – la tendance hipster n’est d’ailleurs pas étrangère au retour en grâce de ce classique longtemps considéré comme ringard-, d’une paire de sneakers, du port de la moustache et… d’un jeans skinny.

C’est récemment que les hipsters ont commencé à provoquer des réactions sarcastiques, voire parfois carrément critiques, peut être la conséquence d’une forme de vulgarisation venant contredire leur velléités anti-conformistes, au point de créer un clivage entre les pour et les contre hipsters.

Les hipsters ont toutefois une arme implacable dans l’adversité : un sens aigü de l’ironie et de l’auto-dérision.

mondenim.com (c) Copyright 2013

Génération jeans denim : Jake Bugg

mondenim.com (c) Copyright 2013

 

(c) R. Saker – The Observer

Se faire un nom dans le monde musical actuel est déjà une performance. Mais se faire un nom en l’espace de quelques mois, et à à peine 18 ans, cela relève carrément de l’exploit.

C’est justement ce qu’a réussi en 2012 le musicien britannique Jakob Kennedy alias Jake Bugg, pour qui tout paraît simple : première guitare à 12 ans, première émission musicale à 16 ans, premier album (éponyme) – et premier succès- à 18 ans.

L’album (de) Jake Bugg (Mercury Records) propose 10 titres ciselés, savant métissage de tendances folk, rock, countries et de blues, dont le succès n’a pas tardé à dépasser les frontières du Royaume-Uni.

L’expression ‘retenez bien son nom’ paraît donc particulièrement appropriée lorsque l’on évoque la personne de Jake Bugg, manifestement aussi à l’aise sur scène qu’en studio d’enregistrement et digne représentant de la Génération Y, pour qui le denim est vraiment une seconde peau.

mondenim.com (c) Copyright 2013